Archives par mot-clé : science po

Florian Philippot empêché de prendre la parole à science po

Liberté d’expression, démocratie… des notions difficiles à comprendre pour des gens de gauche.


Plusieurs dizaines d’étudiants de Sciences Po ont empêché mardi soir la tenue, dans l’enceinte de l’école à Paris, d’une conférence à laquelle était invité le numéro 2 du FN Florian Philippot, a-t-on appris de sources concordantes.

« Une quarantaine d’étudiants ont organisé un sit-in en fin de journée dans le hall principal et devant un amphithéâtre de l’école d’études politiques », a indiqué à l’AFP Benjamin Duhamel, organisateur de ce « Grand Oral », un rendez-vous politique animé par trois associations étudiantes.

L’événement qui devait débuter à 19 heures a été empêché par un sitting. Un groupe d’étudiants s’est assis devant les portes de l’amphithéâtre pour en bloquer l’accès. Ils scandaient des slogans anti-FN et antifas, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

Le vice-président du Front national devait débattre sur le thème de « l’Europe face à la mondialisation », a ajouté l’organisateur, qui a déploré que « des étudiants de groupuscules d’extrême gauche aient empêché 500 personnes d’assister à ce débat (…) au nom d’un combat contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie que par ailleurs nous respectons ».

Florian Philippot « devait rencontrer des étudiants pendant deux heures, dans le cadre d’un débat contradictoire – un échange de 30 minutes était prévu avec Matthias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur, puis 30 minutes Continuer la lecture de Florian Philippot empêché de prendre la parole à science po

Le groupe FN à Sciences-Po créé avec des anciens de l’UMP, du PS et du Front de gauche

« On s’attaque à des choses qui n’ont jamais été faites, on s’attend à faire du bruit. On veut marquer. » Ainsi s’exprime David Masson-Weyl, président du Collectif Marianne lié au FN. Le jeune homme de 22 ans évoque sur RTL la future création au sein de Sciences-Po Paris d’une association d’étudiants sympathisants du Front national. Une première pour la célèbre école de la rue Saint Guillaume.

L’autre originalité de cette structure – dont la reconnaissance devra être validée par un vote des étudiants de Sciences-Po, début octobre – tient dans l’origine politique des personnes qui en sont à l’initiative : quatre étudiants en Master qui viennent du FN mais aussi de l’UMP, du PS et du Front de gauche. « J’ai rencontré Marine Le Pen en octobre 2014 et je lui ai fait part de ma volonté de lancer une antenne du FN à Siences-Po », raconte au Lab Aymeric Merlaud, adhérent frontiste et ancien candidat aux départementales en Maine-et-Loire.

Il ajoute :

A partir du moment où elle a validé cette option, j’ai commencé à travailler en sous-marin pour me rapprocher de certains militants désabusés.

Viennent ensuite Thomas Laval, ancien adhérent UMP, Antoine Chudzik, ex-Parti socialiste et Davy Rodriguez, ancien militant du Front de gauche. Tous trois sont, comme Aymeric Merlaud, étudiants en Master. Ils ont tous, depuis, adhéré au FN. « Ce ne sont pas du tout des profils d’étudiants de Sciences-Po classiques assis sur un balai mais des purs produits de la méritocratie républicaine« , confie au Lab un proche de Marine Le Pen. De fait, d’après Aymeric Merlaud, trois des quatre étudiants suscités bénéficient d’une bourse au mérite.

Encarté à l’UMP dès 2011, Thomas Laval a participé à la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. « J’étais derrière lui au meeting de Dijon », s’amuse-t-il auprès du Lab. Mais, explique-t-il, il s’est très vite interrogé sur le positionnement de son parti concernant l’Europe ou de l’immigration. Exactement comme Antoine Chudzik, adhérent au PS et membres des MJS à partir de 2011. Lui a voté Ségolène Royal lors de la primaire de la gauche. « Puis j’ai fais la campagne de François Hollande et j’ai voté pour un candidat qui promettait d’arrêter l’austérité en Europe et critiquait les hausses d’impôts menées par Nicolas Sarkozy. Et il a fait l’inverse », se justifie-t-il.

Prenant de plus en plus leurs distances avec leurs partis respectifs, les deux étudiants se découvrent une tentation frontiste. Ils décident alors de contacter Marine Le Pen.En mai Continuer la lecture de Le groupe FN à Sciences-Po créé avec des anciens de l’UMP, du PS et du Front de gauche

Quand les Verts et l’extrême gauche censurent l’intervention de Florian Philippot (FN) à Science-Po

Communiqué de presse de Florian Philippot, Vice-Président du Front National

Invité ce soir par l’association Europeans Now à participer à un débat sur l’Europe à Sciences-Po Paris, en présence des représentants des autres partis politiques, Florian Philippot déplore l’annulation de cet événement qui révèle l’état lamentable de la démocratie dans notre pays.

Berlin, Marx-Engels-Platz, Demonstration

Florian Philippot condamne les pressions scandaleuses exercées sur les organisateurs par certains syndicats de gauche non-représentatifs des étudiants de Sciences-Po, associés à l’extême-gauche la plus radicale et ultraviolente, en vue d’empêcher la tenue d’un débat démocratique.

 

Florian Philippot condamne avec encore plus de vigueur l’attitude indigne de la représentante d’EELV, Mme Danielle Auroi, qui, bien qu’informée de notre invitation depuis plusieurs jours a fait chanter les organisateurs en conditionnant sa présence ce soir à l’exclusion arbitraire du Front National. Nous exigeons de Mme Auroi des excuses immédiates, tant pour le manque de respect à l’endroit de nos millions d’électeurs, que vis-à-vis des organisateurs dont le travail est aujourd’hui réduit à néant.

Nous l’exprimons avec gravité : pour qui se prend cette illustre inconnue pour se croire autorisée à décider de qui peut s’exprimer et qui doit se taire dans notre République ? Depuis quand l’exercice du débat démocratique doit souffrir les conditions particulières d’un parti qui représente moins de 2% des Français ? Si les faux écologistes d’EELV refusent la pluralité des opinions, cela les regarde, mais ils n’ont aucunement le droit d’empêcher les autres partis politiques de débattre dans un cadre démocratique serein.

Florian Philippot tient à saluer la réaction honorable des représentants d’Europeans Now pour n’avoir point cédé au petit chantage de Mme Auroi, et les assure de sa disponibilité à participer dans l’avenir à un prochain débat.

Le Président de l’UNEF Sciences po Paris agresse sexuellement un jeune opposant à la dénaturation du mariage

La scène se passe sur le parvis de Sciences po Paris le jeudi qui précède la (première) Manif pour tous, celle du 17 novembre 2012. Un groupe de jeunes, dont certains anciens de la rue Saint-Guillaume, tracte. Ils sont accompagnés par quelques membres de l’aumônerie. Xavier Bongibault, le Président du collectif « Plus gay sans mariage », passera ce soir une vingtaine de minutes pour leur prêter main forte. Les étudiants sortent nombreux de leur cours de droit.

Soudain, Nicolas Robin, l’imposant Président de la section UNEF locale, s’en prend violemment à un étudiant âgé de 21 ans. Il lui saute dessus et procède à des attouchements sexuels, disant à sa victime : « Tu aimes ça, hein ? ». Le bonhomme caresse les fesses et le haut des cuisses de l’étudiant, contre sa volonté, puis se met juste derrière lui pour simuler une sodomie. Des membres de l’aumônerie et des militants de l’UNEF assistent à la scène.

(…) NDF.fr