Archives par mot-clé : SDF

Marine Le Pen: S’il n’y a plus de place pour les SDf dans les centres d’urgences c’est parce qu’on y loge des migrants.

Pour le FN, les SDF sont « victimes de la politique migratoire irresponsable du gouvernement »

Le Front National a estimé vendredi que les sans-abri était victimes de la politique migratoire du gouvernement.

Et que pour venir en aide aux sans-abri, « la première des choses à faire est de cesser de saturer l’hébergement d’urgence par une immigration de plus en plus massive ».

« Malgré le déni gouvernemental, il est très difficile de ne pas établir un lien entre (la) difficulté à loger les SDF et l’afflux massif de migrants dans notre pays, dont le logement est souvent pris en charge prioritairement par les pouvoirs publics« , soutient le FN dans un communiqué.

« A ce titre, le devoir du gouvernement français est de mettre un coup d’arrêt à la politique d’accueil des migrants« , poursuit-il. Continuer la lecture de Pour le FN, les SDF sont « victimes de la politique migratoire irresponsable du gouvernement »

En plein JT, Pernaut oppose «sans-abri» et «migrants» (mà: France 24 revient sur la polémiquej)

Jean Pierre Pernaut a raison. Et ceux qui le contestent font de la propagande pro-immigrés.

Si l’assertion du journaliste de TF1 peut paraitre lapidaire et subjective, elle est justifiée au regarde de ce qui se passe sur le terrain.

En effet la cours de compte a déjà démontré que la politique en matière de droit d’asile n’était plus maitrisée.  Dans son rapport sur «l’accueil et l’hébergement des demandeurs d’asile», l’institution montre que les procédures sont très longues et extrêmement couteuses.  Les sages de la rue Cambon accusent le gouvernement de ne pas expulser les déboutés du droit d’asile, et pire, de les héberger  dans des lieux initialement destinés à l’hébergement des SDF.

sdf

Voir aussi: Marion Maréchal-Le Pen prend la défense de Jean-Pierre Pernaut

Le 12 Novembre 2016

«Voilà, plus de place pour les sans-abri mais en même temps les centres pour migrants continuent à ouvrir partout en France», a dit Jean-Pierre Pernaut dans son JT de 13h sur TF1 ce jeudi 10 novembre.

Le 11 Novembre 2016

Blois (41) : un arrêté pris par la municipalité de gauche pour limiter la distribution des repas chauds aux SDF

Polémique entre les Restos du Cœur et la municipalité de Blois. La cause : un arrêté pris début janvier par la mairie de gauche pour limiter la distribution de repas chauds aux SDF.

[…] Résultat, les 35 à 40 SDF Blésois qui bénéficient de ces maraudes affirment qu’ils ne pourront plus désormais manger que trois fois par semaine…

Source

Quand Jean-Marc Ayrault fichait tous les SDF de la ville de Nantes

Le Point.fr publie un listing informatisé qui prouve qu’en 2006 tous les SDF de la ville de Jean-Marc Ayrault ont été illégalement fichés.

Olivier consomme de l’alcool, consomme des drogues (dures et douces). Il a effectué une cure de désintoxication. Il a eu plusieurs problèmes avec la justice. Il a été condamné à 6 mois de prison ferme le 9 novembre 2005 à la suite d’une agression sur un ancien gardien d’immeuble.

Nom, prénom, date de naissance, surnom, antécédents judiciaires, toxicomanie, alcoolisme, fumant ou non du cannabis, vivant ou non en squat, problèmes psychiatriques… Le Point.fr a eu accès à un fichier illégal constitué par la mairie de Nantes sur ses SDF du temps où Jean-Marc Ayrault était maire de la ville. Il s’agit d’un document informatisé datant de 2006 et comprenant 129 noms. Les habitudes de chaque SDF sont consignées jusqu’aux moindres détails, même les plus intimes, y compris les relations homosexuelles.

Le Point.fr vous propose de consulter deux de ces fiches individuelles: cliquez sur les liens pour découvrir la première et la deuxième. La rubrique « CCAS », pour centre communal d’action sociale, laisse supposer que des agents de cette structure ont enfreint le secret professionnel pour nourrir les fiches. De même, il semble que certaines informations sur les antécédents aient été puisées dans les services de police. (…)

Le Point

Image du jour : le duc Arnaud Montebourg et sa duchesse au Champ-de-Mars

En dix ans, le nombre de SDF a bondi de 50%

Une étude choc de l’Insee révèle mardi que 141.500 personnes se trouvaient à la rue en 2012. Soit 50% de plus qu’en 2001.

 


La situation des sans abri s’aggrave en France. Début 2012, 141.500 personnes se trouvaient dépourvues de domicile. Soit 50% de plus qu’en 2001. C’est le constat que fait l’Insee dans une étude sur l’hébergement des sans-domicile, rendue publique mardi.

L’enquête se fonde sur la fréquentation des services d’hébergement et de restauration et sur les données transmises par les associations. Parmi ces sans-abri, deux sur cinq sont des femmes, et 30.000 des enfants. Les femmes sont néanmoins davantage hébergées que les hommes, en hôtel ou en logement associatif.

80 à 95% des chambres d’hôtels réquisitionnées pour les SDF sont destinées aux immigrés clandestins

Encore une preuve que la France part en sucette… on dit merci Duflot :

Hébergement d’urgence à Metz :

« Lundi soir, sur 1 430 personnes hébergées, nous n’avions que 65 personnes de nationalité française, soit 4,5 % du public. »
Le Républicain lorrain

– – – – – – – – – – –

Publié le : 18 octobre 2012 à 17 h 26 min

Addendum : Ayrault pressure les Français, Duflot loge les clandestins dans des hôtels à 150 euros la nuit ! Continuer la lecture de 80 à 95% des chambres d’hôtels réquisitionnées pour les SDF sont destinées aux immigrés clandestins

Le PCF expulse des SDF.

Des squatteurs expulsés sur ordre du Parti communiste, une opération de police rondement menée, les matelas sortis sur le trottoir dans l’obscurité, deux jeunes interpellés et ramenés au commissariat, les autres à la rue…

Mercredi soir, vers 20h30, une vingtaine de policiers ont expulsé une petite dizaine de squatteurs d’une maison au 149, rue du Château (XIVe), propriété du Parti communiste.

 Et hier, Sergio, un commerçant voisin, commentait l’opération : « C’est quand même fort de voir les cocos expulser des SDF. » « Etonnant et décevant de la part des communistes, s’agace Celia Blauel, élue (EELV) du XIVe, venue sur place. On note une différence entre les paroles et les actes. »

Une plainte pour dégradation

Hier matin, un maçon était déjà à l’œuvre pour « sceller les portes ». Cette petite maison de ville, ancien local de la section du XIVe, dont les pièces était jadis tapissées de la faucille et du marteau et d’affiches de la Fête de l’Huma, était vide depuis plus de trois ans. Depuis dix jours, des squatteurs, de 25 à 45 ans, s’y étaient installés. « On avait repéré la maison vide, reconnaît Thomas, l’un de ses occupants. On a tous des problèmes de logement. On a ouvert un compteur EDF. »

Au PC, on reconnaît « avoir eu recours aux forces publiques ». Mais on avance « des raisons d’insalubrité de la maison ». Igor Zamichiei, secrétaire de la fédération du PC à Paris, dénonce dans ce squat une « opération politique ». Selon lui, les squatteurs seraient « des groupes de la tendance anarchiste ». Thomas rigole : « On ne savait même pas que la maison appartenait aux communistes. Il n’y avait pas de nom sur la boîte aux lettres. » Reste que les squatteurs du 149, rue du Château, seront poursuivis par le parquet de Paris, à la suite de la plainte déposée, pour « dégradations de biens privés en réunion ».

Des élus murmurent que la maison devait être retapée pour être vendue. Les squatteurs auraient pu contrarier leur belle opération immobilière.

Le Parisien