Archives par mot-clé : SMIC

TV Liberté: Mélenchon, le grand fossoyeur

Insoumis peut-être, démunis sûrement. En cas de victoire de Jean-Luc Mélenchon, les Français pourraient bien prendre le communisme en pleine face. Déficit, fiscalité, confiscation, les candidats d’extrême-gauche à l’élection présidentielle ont un projet : tuer le patronat, mais au final, tout le monde y passera.

270 milliards de dépenses publiques… Ding dong, voilà le programme de Mélenchon ! A cela, il faudra ajouter les 120 milliards d’impôts supplémentaires récoltés chez les plus riches… Les revenus supérieurs à 400 000 euros par an seront quant à eux tout bonnement confisqués… pas question de savoir s’ils ont été honnêtement gagnés.

Le programme de l’insoumis a un toutefois un avantage, il est chiffrable… Ceux de ses camarades communistes Poutou et Arthaud sont plus compliqués à cerner… D’autres candidats d’ailleurs, comme Jacques Cheminade, considèrent tout simplement que l’estimation du coût d’un programme est inutile… seule la colère compte !

Du côté de Benoît Hamon, même si on a l’étiquette des socialistes, on penche sévèrement à gauche… Le revenu universel de l’élu de la Belle Alliance Populaire correspondrait à la petite facture de… 350 milliards d’euros…

Au niveau du temps de travail, l’extrême-gauche ne lésine pas non Continuer la lecture de TV Liberté: Mélenchon, le grand fossoyeur

François Hollande reçoit à déjeuner trois économistes qui plaident pour la fin du SMIC

La  gauche peut se permettre de mener la politique que rêve de mettre en place l’UMP parce que pendant qu’elle est au pouvoir ses syndicats restent silencieux… je serais militant UMP je voterais à gauche.

———

François Hollande est-il en manque d’idées sociales-libérales ? Les trois économistes Philippe Aghion, Gilbert Cette, et Elie Cohen, récents auteurs de l’ouvrage Changer de modèle, de nouvelles idées pour une nouvelle croissance (éditions Odile Jacob), très critique contre la politique économique conduite par François Hollande depuis 2012, vont en tout cas aller lui glisser leurs conseils sur la manière de réformer la France, mardi 15 avril.

Une rencontre entre François Hollande et ces trois économistes apôtres du social-libéralisme version 2014 figure en effet à l’agenda officiel du président de la République, pour un déjeuner, mardi 15 avril.

Dans leur ouvrage, qui a bénéficié d’un large relais dans les médias, les trois économistes critiquent une France prisonnière d’un vieux logiciel de pensée, de la base à son élite. Ils regrettent par exemple la « doxa keynésienne, utile en son temps, (qui) n’est plus vraiment adaptée au contexte d’une économie mondialisée ».

Ils n’hésitent pas, également, à bousculer quelques croyances de gauche, en réclamant, par exemple, la fin du SMIC.

Ils écrivent ainsi :

En constituant un obstacle à l’amélioration des revenus des personnes qui ne parviennent pas à trouver un emploi ou à augmenter leur nombre d’heures de travail, le SMIC se retrouve en réalité contre certains de ceux qu’il est censé protéger.
Sur ce point, ils rejoignent les prises de positions successives des socialistes Pascal Lamy, ou Hubert Védrine.

Si François Hollande cherche des idées iconoclastes, voilà un déjeuner qui devrait assurément lui en fournir.

Le Lab

Allemagne : Un salaire minimum de dilettante

Les restrictions à l’instauration des 8,50 euros brut de l’heure dans le monde du travail suscitent de vives critiques. Certains secteurs échapperont à la nouvelle réglementation et les employeurs seront tentés d’utiliser un réservoir de main-d’œuvre low cost.

629653_0203125919182_web_teteLa droite chrétienne-démocrate (CDU-CSU) et les organisations patronales ont atteint leur objectif : détricoter le salaire minimum légal [qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2015].

Voilà que les chômeurs de longue durée sont à leur tour [à l’instar des jeunes sans qualification de moins de 18 ans et des stagiaires préparant leur entrée dans le monde du travail] exclus du salaire horaire à 8,50 euros. Une preuve d’amateurisme sur le front de la politique du marché du travail.

Un allongement artificiel des périodes de chômage
En effet, les entreprises seront tentées de limiter l’embauche d’un chômeur à six mois seulement : si celui-ci fait valoir ses droits au salaire horaire de 8,50 euros passé ce délai, il pourra être remercié le plus simplement du monde pour être remplacé par un autre chômeur. Et ce n’est pas noircir le tableau.

Dès qu’il y a une faille, celle-ci est exploitée, l’expérience le montre. Par ailleurs, cette Continuer la lecture de Allemagne : Un salaire minimum de dilettante

Peillon veut payer les nouveaux profs en dessous du SMIC

Tiens je croyais que l’on ne pouvait voir ça qu’en Grèce…ha,ha, ils ont l’air malin les syndicalistes de gôche !

509377-le-ministre-de-l-education-nationale-vincent-peillon-en-visite-le-25-fevrier-2013-dans-une-ecole-pri

Communiqué du SNES FSU :

 Dans un contexte où la crise du recrutement des enseignants et des conseillers principaux d’éducation (CPE) ne fait de doute pour personne et où l’OCDE montre depuis de nombreuses années que les enseignants débutants français sont payés 10 % de moins que la moyenne des pays de l’OCDE, le ministre propose dans le cadre de sa réforme de la formation des enseignants de diminuer la rémunération brute des enseignants de 20 %.  En effet, un projet de décret soumis au Comité Technique Ministériel (CTM) du 17 juin prévoit que les enseignants et CPE débuteront leur carrière à 1 600 euros bruts au lieu des 2 000 euros actuels.

SMIC mensuel = 1 430 € bruts. 1 600 € bruts ça fait 1 350 € nets environ. Les nouveaux prof seront payé moins que le SMIC.

Si Sarko avait fait une telle proposition, la gauche aurait crié au Fascisme !!!!!

Amis de Gôche vous avez voté pour l’UMPS… c’est à dire une droite de gauche et une gauche de droite…..

 

 

Le RSA va remplacer le SMIC

Nous allons commencer cette nouvelle année par une mauvaise nouvelle. Non, vous ne rêvez pas. Il ne s’agit pas d’une blague ou d’une grosse fatigue après les fêtes. Ce que vous allez lire ci-dessous est une réalité. Le gouvernement envisage sérieusement de supprimer le smic. De ce fait, le RSA deviendra de facto le seul « salaire » de référence.

Et cette montée en puissance programmée du RSA au détriment du SMIC est un projet fou qui va modifier radicalement toute la politique sociale française.

Tout commence en 2011, le PS a préparé un programme politique qui a consigné noir sur blanc l’impérieuse nécessité de revaloriser très sérieusement le SMIC dès l’élection du candidat socialiste.

Il se trouve que le même candidat socialiste, durant toute la campagne n’a cessé de prendre ses distances avec une grande partie du programme. Mais le plus marquant fut le refus de François Hollande de prendre à son compte l’augmentation importante du SMIC prônée par son parti.

Arrivé au pouvoir, tout le monde se souvient encore des quelques centimes d’augmentation accordés comme une faveur par le gouvernement au 1er juillet 2012.

En fait, pour ceux qui connaissent le nouveau président, son opposition au SMIC n’est pas nouvelle. Depuis longtemps, François Hollande est un adepte de la pensée (très discutable) de Alain Minc. Ce dernier a toujours soutenu la disparition du SMIC au prétexte que des salaires trop élevés faisaient le lit du chômage en France.

Faire disparaître le salaire minimum de référence est donc une bonne façon de baisser l’ensemble de la grille salariale afin de permettre aux entreprise d’embaucher enfin à des conditions acceptables…

Dès son arrivée au pouvoir, Hollande demande à une commission d’experts de plancher sur les réformes possibles du SMIC. Deux des conclusions du rapport ont été immédiatement suivie : depuis le 1er janvier 2013, plus de coup de pouce et majoration indexée sur l’inflation.

Les autres mesures officielles préconisées par le rapport sont :
– créés des SMIC selon l’âge des bénéficiaires,
– créés des SMIC selon les régions (ce que le patronat réclame depuis des lustres),
– abandonner tout principe de revalorisation (art de laisser couler une référence).

Bref, les experts proposent de « casser » le SMIC en petits morceaux afin de mieux l’enterrer…

Mais, il existe aussi une mesure non officielle dans ce rapport dont le gouvernement s’est bien gardé de parler. Sous le prétexte qui reste à démontrer que : « Le SMIC n’est pas un instrument efficace de lutte contre la pauvreté et les bas revenus« , le rapport préconise de ne plus revaloriser que le RSA.

Ce point est extrêmement important.
Le SMIC est un salaire qui pèse sur les entreprises. Le RSA est à la charge de l’Etat. Comme le même rapport demande au gouvernement de ne plus légiférer en matière de droit du travail, on imagine facilement la suite : laissons les entreprises payer et gérer les salariés comme elles le souhaitent et l’Etat aidera les plus pauvres.

Voilà en résumé le nec plus ultra du libéralisme à la sauce Hollande : un marché du travail totalement déréglementé dont la suppression du SMIC sera le fer de lance et des bonnes oeuvres étatiques bien organisées… et revalorisées.

C’est rétrograde, stupide et suicidaire.

SOURCE