Archives par mot-clé : suisse

Suisse : « la majorité des Imams suisses prêchant dans les mosquées sont islamistes »

L’experte Saïda Keller-Messahli, qui publie dans une semaine un livre sur la situation en Suisse, exige, dans la NZZ Am Sonntag, un maximum de 300 mosquées et la surveillance de tous les prédicateurs et de leurs lieux de culte

Après les récents attentats terroristes et l’affaire de l’imam de Bienne qui aurait prêché la haine contre son pays d’accueil tout en bénéficiant de l’aide sociale, l’experte Saïda Keller-Messahli accorde Continuer la lecture de Suisse : « la majorité des Imams suisses prêchant dans les mosquées sont islamistes »

« Les médias sont devenus un pouvoir sans contre-pouvoir »

On le dit depuis des mois: les média ne sont pas des contre-pouvoirs démocratique mais des pouvoirs contre-démocratiques.

En ce qui me concerne je souhaite la mise en place d’un ordre des journalistes comme il en existe pour les médecins.  Cette instance serait chargée de juger du respect de la déontologie journalistiques et des règles démocratiques. Si celle-ci sont bafouées par un journaliste alors on lui retire sa carte et il n’a plus le droit d’exercer.

je suis également d’accord avec la proposition de Marine Le Pen qui consiste à interdire des entreprises qui répondent à des commandes publiques de devenir actionnaire principal d’un média.


Commentant la campagne présidentielle française, notamment l’affaire Fillon, l’avocat genevois Marc Bonnant porte un jugement sévère sur le rôle des journalistes et de la magistrature.

L’avocat genevois estime que les médias sont devenus un pouvoir à part entière, sans véritable garde-fou. « Il n’y a pas d’autre instance après les médias. (…) Quand un journaliste dit quelque chose – vrai ou faux -, émet un jugement de valeur, déboulonne un homme, fracasse un mythe, vous en appelez à qui?«

« Certains médias, certains journalistes ont aujourd’hui l’incroyable arrogance (…) de ceux qui détiennent un pouvoir » et sont « sûrs de leur impunité« , poursuit l’homme de loi. Marc Bonnant considère que se retrancher derrière les faits est « hypocrite » de la part des médias car le simple « commentaire d’une information, c’est déjà une information trahie« .

Suisse: une adolescente agressée dans un train par des clandestins

Une jeune femme de 17 ans a déposé plainte à Schaffhouse mardi pour agression sexuelle. Les faits se sont produits le 31 décembre dans un train reliant Stein am Rhein à Schaffhouse, a indiqué mardi la police cantonale schaffhousoise.

Deux requérants, un Algérien et un Tunisien, âgés de 35 et 26 ans, sont soupçonnés d’être les auteurs de l’agression. Leur demande d’asile a été rejetée, a précisé la police. L’enquête devra déterminer lequel des deux est l’agresseur.

Source

Suisse : « Une Europe hautaine et repue de morgue »

Lu sur fdesouche

A la suite du réferendum sur l’immigration, deux professeurs français vivant en Suisse publient une tribune dans « Le Temps » .

[Extraits] « Raciste, la Suisse ?»

Accuser la Suisse de racisme a quelque chose d’incongru pour qui vit dans ce pays qui accueille dans ses centres urbains jusqu’à 35% d’étrangers. Enoncée par des ténors politiques européens, et notamment français, ou par des membres ou des proches de la Commission de Bruxelles, cette accusation devient injurieuse.

Convient-il de rappeler à quel point les institutions européennes bafouent la lettre et l’esprit de la démocratie?

Le peuple, par la voie référendaire, refuse le Traité constitutionnel européen ? Qu’à cela ne tienne, il est aisé de trouver une majorité parlementaire suffisamment complaisante pour l’avaliser! Ailleurs, on fera revoter les populations jusqu’à ce qu’elles s’exécutent.

La Commission prépare en catimini un traité de libre-échange transatlantique qui va contribuer à mettre à bas un appareil réglementaire de protection de la santé et de l’environnement des citoyens.

L’Europe s’est petit à petit muée en empire néolibéral, instrumentalisant à des fins d’enrichissement d’un petit nombre des idéaux comme la libre circulation des personnes.

La Suisse n’est pas, à l’instar des autres pays européens, une démocratie uniquement représentative. C’est une démocratie directe où le peuple est appelé lors de votations à modifier directement la Constitution. Il s’agit d’une démocratie horizontale.

Les mesures de rétorsion européennes contre le peuple suisse, et tout particulièrement contre la jeunesse suisse avec la suppression des programmes Erasmus, heurtent les pédagogues que nous sommes.

Le désamour de cette Europe aussi hautaine que lointaine, repue de morgue, indifférente aux difficultés croissantes qui assaillent ses citoyens, ne peut que croître.

Faut-il être à Kiev, sous les coups d’une dictature brutale, pour encore désirer l’Europe?

Dominique Bourg, professeur à l’Université de Lausanne – Pierre Statius, professeur à la Haute Ecole pédagogique de Lausanne. Tous deux sont Français et vivent en Suisse

Le Temps

Les Suisses votent contre l’immigration de masse.

Ce week-end les Suisses devaient se prononcer sur l’arrêt de l’immigration. Une votation (référendum) qui comprenait également le financement du rail et un texte sur l’avortement.

Et c’est avec 50,4% que les suisses ont rejeté l’immigration de masse. Comme en 2009 lors de la votation sur les minarets, l’UDC, a  gagné son pari. Et ce, contre presque tous les partis, l’ensemble des média et la patronat.

3573779_fab735-536050-01-02_640x280Peu avant ce vote, l’Union européenne avait brandi des menaces contre les produits d’exportation suisses (60 % de l’activité économique) et la commissaire luxembourgeoise Viviane Reding avait fait savoir que Bruxelles ne tiendrait pas compte de l’expression du peuple suisse.

N’en déplaise à tout ces technocrates et à la bien pensance, la démocratie a parlé.La Vrai. Car en Suisse c’est le peuple qui est souverain.

Félicitation et soutien total au peuple Suisse que les média ne vont manquer d’insulter.

Gérard Miller, Michel Tubiana ex président de la LDH et Richard Prasquier avaient des comptes non déclarés en Suisse (MàJ)

Oh la belle liste !!!! hi,hi,hi, les grands donneurs de leçons qui se font prendre la main dans le pot de confiture oh,oh,oh… voilà quelques noms qui ne vont pas faire taire tous ceux qui voient les pleurnicheries communautaires comme un juteux un business… Le Monde tente de concurrencer Dieudonné ? faut dire que l’excuse à la shoa commence à faire beaucoup quand même… Et il y en a comme l’ancien Maoïste Gérard Miller qui trouvent à dire qu’ils ne savaient, que c’est indépendant de leur propre volonté…., ils se foutent vraiment de notre gueule.
La liste contenait 6000 noms, on attend avec impatience les autres.

Lire aussi : Le Point accuse les autorités françaises d’avoir modifié les listings dérobés à la banque HSBC à Genève

———–


Qu’y a-t-il dans les listes HSBC ? par lemondefr
Il n’existe pas un, mais deux listings HSBC. Après une longue enquête, Le Monde révèle, lundi 27 janvier, les dessous d’une incroyable affaire qui empoisonne les relations franco-suisses depuis cinq ans, et donne des sueurs froides à l’establishment français.

Le 26 décembre 2008, l’informaticien Hervé Falciani livre aux enquêteurs du fisc français quatre DVD contenant des dizaines de giga-octets de données brutes, cryptées, recueillies au cours de longues nuits de travail à Genève, et portant sur deux années : 2005 et 2006. Ce cadre de HSBC est en fuite, suspecté d’avoir voulu vendre ces données à des banques libanaises. La Direction nationale des enquêtes fiscales (DNEF), avec l’aide de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), retranscrit et reconstitue ensuite un listing contenant, in fine, 2 846 identités de fraudeurs potentiels.

Le 20 janvier 2009, la justice entre à son tour en action. Elle saisit les ordinateurs d’Hervé Falciani, et traite, elle aussi, les données brutes. Un deuxième listing est établi par la gendarmerie, recèlant pour sa part 2 956 patronymes de suspects. Une enquête préliminaire est ordonnée, au grand dam des Suisses. Il y aura des pièges, des freins, des tentatives d’obstruction du travail des enquêteurs, et même l’éviction du patron de la DNEF, tant le dossier est sensible.

Le Monde a aussi eu accès à ces deux listings. Les identités sont souvent les mêmes, et, en croisant les informations, des profils apparaissent. Ils sont commerçants, chirurgiens, avocats, comédiens, chanteurs, antiquaires, sportifs. Un matériau précieux pour les enquêteurs permettant d’établir une typologie documentée des détenteurs français de comptes suisses.

Dans la plupart des cas, les contribuables pris en faute ont déjà régularisé leur situation. A l’examen de ces listings, une évidence : les situations diffèrent. Une soixantaine de personnalités y figurent. Nous les avons contactées et donné la parole à celles qui le souhaitaient. Première catégorie, celle des titulaires de comptes parfaitement en règle….

Le cinéaste Cédric Klapisch figure sur la liste. « Le fisc m’a contacté au moment où je commençais à régulariser ma situation, révèle-t-il. Mon père habite en Suisse, il m’avait ouvert un compte à Genève, il n’y avait pas énormément d’argent dessus [247 000 euros selon nos informations]. Je ne savais pas que c’était illégal. J’ai tout régularisé en 2012, et je n’ai plus d’argent là-bas. » Gérard Miller fait part d’une expérience analogue. Son témoignage fait écho à celui de l’avocat Michel Tubiana ou de Richard Prasquier, ex-président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF)…

Le Monde, merci à Chantecler

Votation en Suisse : Immigration trop massive ? (vidéo)

La Suisse est la seule démocratie d’Europe. Il suffit de regarder ce débat télévisé et la façon dont se comportent les invités, pour s’apercevoir ce qui nous sépare de leur système. Vous constaterez que ce sont les patrons et les socialistes qui sont favorables à l’immigration.

Après toute une série de débats et de rencontres publiques, les suisses voteront et c’est la volonté du peuple qui s’appliquera.

——-
La Suisse doit-elle reprendre le contrôle de son immigration ? C’est ce que souhaite l’UDC avec son initiative « contre l’immigration de masse » qui veut le retour des contingents. Pour ses opposants, c’est la votation de tous les dangers. Ils redoutent l’écroulement de la voie bilatérale en cas d’acceptation. La libre circulation produit-elle trop d’effets négatifs ou est-elle essentielle à la prospérité de notre pays ? Est-elle néfaste ou nécessaire ?

Débat public sur l’immigration entre UDC et PS : en Suisse, c’est possible (video)

Lu sur Riposte Laïque

Le 9 février prochain, les Suisses seront appelés à se prononcer par référendum, suite à l’initiative de l’UDC, appelant à mettre fin à l’immigration de masse.
ChristophBlocherhttp://ripostelaique.com/9-fevrier-votation-suisse-pour-stopper-limmigration-massive.html

Chose étonnante chez nos amis helvètes, au-delà du fait qu’on demande l’avis des citoyens, on peut discuter de cette question de manière tout-à-fait sereine. Ainsi, ce mardi 21 janvier, j’eus le loisir d’assister, à Conthey, près de Sion, dans le Valais (bastion d’Oskar Freysinger) à un débat public entre Christoph Blocher, le chef historique de l’UDC, et un jeune socialiste, Mathias Reynard, conseiller national.

C’est l’UDC qui organisait le débat, et avait invité un intervenant PS. La salle était archi-comble, plus de 500 personnes étaient présentes. La soirée fut présentée par Jean-Luc Addor, responsable de la campagne nationale de l’UDC. Un journaliste professionnel, Vincent Fragnière, animait le débat.

ICI extrait du débat

Pendant 2 heures, les deux adversaires échangèrent avec passion leurs arguments. Tout opposait les Continuer la lecture de Débat public sur l’immigration entre UDC et PS : en Suisse, c’est possible (video)

Alain Delon « comprend, approuve et pousse » la montée du FN

Dans une interview au quotidien « Le Matin », l’acteur français revient sur la poussée des droites extrêmes en France et en Suisse. Un succès dû, selon lui, au ras-le-bol des électeurs.

6988890230_1a7bcc7d38_b

Jounal Suisse Le Matin :

 

« Dimanche, Genève a vu une percée du MCG. En France on constate celle du Front national. Vous êtes franco-suisse, que vous inspire cette droite extrême?

Alain Delon :

Je ne vais pas critiquer les gens en place, c’est trop facile. Je voudrais simplement vous dire que la poussée du MCG comme celle du Front national, c’est tout à fait édifiant. Edifiant parce que les gens en ont marre qu’on leur parle comme on le fait. Ils veulent de l’action, ils veulent autre chose. Ils ont connu une France différente sous de Gaulle ou même Mitterrand. Voilà pourquoi le Front national, comme le MCG à Genève, prend une place très importante et ça, je l’approuve, je le pousse et le comprends parfaitement bien ».

Le FN « a les Français avec lui »

Interrogé ensuite sur la possibilité que ces partis d’extrême droite arrivent au pouvoir, Alain Delon y croit. « Ils en seront capables s’ils arrivent à avoir derrière eux un électorat solide. (…) Depuis des années, Le Pen père et fille se battent, mais ils se battent un peu seuls. Là, pour la première fois, ils ne sont plus seuls. Ils ont les Français avec eux. C’est important. »

Source : Le Matin

Les Suisses votent une limite de salaire pour les patrons

Bravo le Suisse. La démocratie direct est la seule solution pour que le peuple se fasse entendre.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Le référendum « contre les rémunérations abusives » a abouti sur un vote à 69,7% pour l’interdiction des parachutes dorés.

Les Suisses ont voté ce dimanche l’interdiction des parachutes dorés. Appelés aux urnes, pour la première fois de l’année, ils sont 67,9% à avoir accepté l’initiative populaire qui vise à mettre fin aux «rémunérations abusives», affirme l’institut de sondage gfs.bern, cité par tous les médias nationaux.

«Le peuple suisse envoie un signal fort aux conseils d’administration», s’est déjà félicité Thomas Minder, père du référendum et sénateur suisse. Cet entrepreneur de Schaffhouse, un canton situé au nord du pays, avait recueilli en 2008 les 100 000 signatures nécessaires à l’aboutissement de son projet.

D’après les dispositions de son texte, les actionnaires des sociétés helvétiques cotées en Bourse devront voter, chaque année, le salaire du conseil d’administration, du comité consultatif et de la direction. Cette règle devra être inscrite dans la Constitution fédérale. Si elle n’est pas respectée, les coupables paieront une amende et pourront être condamnés à trois ans de prison.

Près de 260 entreprises cotées en Bourse concernées

En outre, l’initiative interdit totalement les indemnités de départ, les parachutes dorés ainsi que les primes pour l’achat ou la vente d’entreprises. Près de 260 entreprises helvétiques cotées en Bourse sont concernées.

Christophe Darbelley, président du Parti démocrate-chrétien, qui était opposé au référendum, n’est pas surpris par le résultat. «Mais pour moi, cela ne résout rien, affirme-t-il. Il n’y aura pas un salaire abusif de moins maintenant que le texte est voté».

Les milieux économiques suisses et plusieurs partis politiques s’étaient prononcés contre l’initiative Minder après plus de cinq années de débat. Mais l’annonce de l’indemnité de non-concurrence de 58 millions d’euros accordée à Daniel Vasella, président du groupe pharmaceutique bâlois Novartis, avait choqué les électeurs. Il y a quinze jours, le patron le mieux payé du pays avait renoncé à sa prime. Pour le politologue Claude Longchamp, cité par Le Matin, pas de doute: l’initiative Minder a bénéficié d’un «effet Vasella».

La loi n’est cependant pas près de rentrer en vigueur. Pour Christian Levrat, président du Parti socialiste suisse, qui soutenait le texte, sa mise en application pourrait prendre plus de deux ans.

Immigration : la Suisse ferme ses portes à une partie de l’Europe.

La crise économique et les migrations qu’elle entraîne indisposent nos amis helvètes et ils le font savoir.

Le Conseil fédéral pourrait, d’ici le mois d’avril, limiter le nombre de travailleurs européens dans la Confédération helvétique en activant une clause particulière, la clause de sauvegarde sur la libre circulation des personnes, dans un accord signé avec l’Union européenne. Cette mesure avait déjà été activée au mois d’avril dernier, pour limiter les flux migratoires en provenance des huit derniers membres de l’UE, à savoir l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Slovaquie, la Slovénie et la République tchèque.

Le seuil qui entraîne l’utilisation de cette clause est atteint lorsque l’augmentation des titres de séjours délivrés est supérieure à 10 % de la moyenne des trois années précédentes. Un cap qui pourrait être atteint en Suisse le 31 mai prochain en raison de l’arrivée massive d’émigrés venant principalement de l’Espagne, du Portugal et de l’Italie, les 3 Etats principalement touchés par la crise économique qui secoue l’Europe.

A ce sujet, le conseiller fédéral suisse Didier Burkhalter a confirmé qu’une discussion sur le fait d’imposer cette clause à tous les membres de l’UE est actuellement en cours. Pour autant, elle ne pourrait être instaurée que sur une durée d’un an. Peut être le temps estimé pour que le nuage de la crise économique change de ciel…

Le risque bien entendu est que la Suisse utilise ce levier un peu comme elle le souhaite. En effet, bien que les Suisses aient une forte envie de limiter cette immigration, certains secteurs comme l’agriculture et le tourisme ont besoin de cette main d’oeuvre européenne, bon marché.

Enfin, certaines voix politiques de Suisse comme le parti populiste de droite UDC (Union démocratique du Centre) s’élèvent contre une immigration de masse. Encore plus étonnant, l’association Ecologie et population (Ecopop) est parvenue à réunir suffisamment de signatures pour organiser un référendum axé sur le thème « Halte à la surpopulation ». Si même les écolos emboitent le pas d’Oscar Freysinger, la figure emblématique de l’UDC…

Source