Archives par mot-clé : terreur

Pourquoi le patriotisme est diabolisé, par Yvan Blot

Depuis 1945, mais surtout depuis la révolution culturelle des années 1960, le patriotisme est diabolisé : il est assimilé au nationalisme borné, au racisme et au fascisme totalitaire. Pourtant les résistants au nazisme furent en général de grands patriotes.

La raison pour laquelle le nationalisme a pris des formes totalitaires au XXe siècle en Europe est qu’il a été instrumentalisé par l’esprit révolutionnaire.

Les révolutionnaires, meurtriers par définition (voir Lénine : « une révolution sans violence n’est pas une révolution »), ont utilisé le patriotisme dès lors qu’ils ont dû faire la guerre : ce fut le cas de la Révolution française à partir de 1792 ; ce fut le cas de la Révolution national-socialiste d’Adolf Hitler ; ce fut le cas de la Révolution bolchevique. L’esprit révolutionnaire, lorsqu’il fait appel au patriotisme contre ses ennemis, transforme le patriotisme en un nationalisme agressif et meurtrier. Après 1945, l’intérêt des Américains comme de l’Union soviétique était de faire disparaitre tout patriotisme en Europe afin de mieux coloniser celle-ci.

Il a donc été facile d’amalgamer patriotisme, fascisme, nationalisme et racisme. De Gaulle lui-même fut nombre de fois traité de fasciste par ses adversaires.

Aujourd’hui, le régime oligarchique en place qui correspond à la philosophie du Gestell (l’arraisonnement par l’utilitarisme, selon le philosophe Heidegger) a intérêt à détruire les sentiments patriotiques. Pour l’oligarchie, les racines sont condamnables. Il Continuer la lecture de Pourquoi le patriotisme est diabolisé, par Yvan Blot

Michel Onfray analyse le rapport qu’entretient Mélenchon avec la révolution française

Mélenchon est fasciné par Rousseau, Robespierre et St Just (l’ange de la terreur). Leurs idées sont au coeur de la matrice philosophique de Mélenchon. Elles sont à la fondation de l’idée qu’il se fait de l’homme et de celle d’un Être suprême. Délire Robespierriste qui est à l’origine de la terreur et qui a fortement influencé Lénine .
On retrouvera cette matrice idéologique dans toutes les dictatures socialistes et communistes.

Des romans à lire pour en finir avec l’idée romantique de la révolution: Les dieux ont soifs d’Anatole France, Le Chevalier de Maison-Rouge de Dumas, un épisode de la terreur d’Honoré de Balzac, ou encore La Révolution (4tomes) de Robert Margerit.