Archives par mot-clé : théorie du genre

Arret sur Image : « je ne suis pas un homme et je ne suis pas blanc » dit le barbu blanc libanais (Maj: Daniel Schneidermann s’offusque de la réaction de la fachosphère)

Réaction de Daniel Schneidermann

(…)« Mais qu’est-ce qu’ils leur ont fait, les bisexuels, les pansexuels, les transexuels, les non-binaires ? Qu’est-ce qu’ils leur ont fait, pour s’attirer tant de haine, tant de sarcasmes ? Tout le week-end, la fachosphère s’est déchainée sur Twitter contre l’invité de notre émission, Arnaud Gauthier-Fawas. Tout le week-end, Twitter s’est délecté à se repasser en boucle le « sketch », « je ne sais pas ce qui vous fait dire que je suis un homme, mais je ne suis pas un homme ».
(…)
Vous y voyez un caprice de gosses de riches d’une époque où l’on n’a plus ni faim ni froid ? Peut-être. Et alors ? Vous préféreriez le froid, et les cartes d’alimentation ? En quoi vous-même, les binaires, les sûr.e.s de vous, les bien dans vos braguettes, en quoi vous sentez-vous menacés ? Pourquoi cette panique ? Est-ce simplement la peur des toilettes neutres ?

(…)

Arrêt sur images


Ce taré s’appelle Aranaud Gauthier-Fawas. Il est le représentant un peu caricatural de l’inter-LGB, un courant qui a de plus en plus d’influence. Il suffit de voir le concert de l’Elysée le soir de la fête de la musique pour s’en convaincre. Sachez aussi que des associations LGBT financées par vos impôts entrent dans les écoles pour mettre dans le crâne de nos enfants la théorie du genre et une multitudes de sophisme sur les « racisés ».

Najat Vallaud Belkacem sur l’orientation sexuelle et l’identité du genre à l’école

La Franco-Marocaine prétend aujourd’hui que la théorie du Genre n’existe pas et que l’école n’est pas un lieu où l’on doit faire de la propagande. En 2012, elle disait le contraire.
entretien_hakkaoui-vallaud_belkacem-m2

Najat Vallaud Belkacem (septembre 2012)

« je pense qu’il faut profiter de cette porte entre-ouverte pour y glisser la question aussi de l’orientation sexuelle et l’identité du genre«


La famille et le mariage pour tous s’invitent au congrès de l’UOIF

Les socialopes ont perdu le vote musulman avec le mariage pour tous et la théorie du Genre. Mise à part les franc-maçons, il ne va plus leur rester grand monde comme électeurs….

—–

Le 31ème congrès de l’Union des Organisations Islamiques de France se tient au au parc des expositions du Bourget, jusqu’à ce soir. Ce rassemblement annuel des musulmans, auquel devrait se rendre plus de 100.000 visiteurs, est consacré cette année aux thèmes de la famille et du « vivre ensemble ».

Municipales dans le 93 : une droite nouveau genre

Lire l’article en entier sur le Nouvel Obs

Petit rappel: Jean-Christophe Lagarde s’est fait remarqué il y a quelques années pour avoir dissimulé à ses électeurs sa volonté de construire une mosquée.(voir article de Riposte laïque) Pas étonnant de le voir jouer  avec ses copains de l’UMP les lèche babouches sur la théorie du genre.

——-

Au soir du premier tour des municipales, un constat peu commenté : une droite forte est née en Seine-Saint-Denis. Comment l’expliquer ?

(…) L’UDI Jean-Christophe Lagarde à Drancy et l’UMP Philippe Dallier aux Pavillons-sous-Bois, tous deux très gros bosseurs, ont été élus dès le premier tour avec des scores staliniens (75,06% pour l’un, 82,82% pour l’autre). Et semblent avoir fait des émules autour d’eux.

(…)En finir avec le clientélisme et la théorie du genre

Comment expliquer ces percées inespérées, alors que le PS, de son côté, a totalement échoué dans son opération de conquête des derniers bastions de la ceinture rouge (déculottée de Razzy Hammadi à Montreuil, ballotage défavorable pour Mathieu Hanotin à Saint-Denis) ? « Au Blanc-Mesnil, il faut regarder la sociologie de la ville », pointe le sénateur Dallier. « Malgré ses décennies de communisme, la ville est prenable. Il y a les cités, mais également le centre-ville avec une population de classe moyenne qui n’en peut plus du système en place avec son clientélisme et sa ponction fiscale. »

Autre facteur plus conjoncturel : la théorie du genre.

Plusieurs écoles du Blanc-Mesnil ont été sélectionnées pour tester l’ABCD de l’égalité cher à Najat Vallaud-Belkacem. Et cela n’a pas échappé à Thierry Meignan, qui en a fait un axe fort de sa campagne. Ses slogans choc « votez Meignan, et protégez vos enfants ! » ne font pas dans la subtilité, mais ils ont manifestement fait mouche auprès de l’électorat musulman, très présent dans la ville. « Avec cette histoire de théorie du genre, c’est toute une partie de la population issue de l’immigration qui a définitivement claqué la porte du PS et du PC », croit savoir Philippe Dallier.

A Bobigny, l’UDI Stéphane De Paoli ne s’y est pas trompé. Son succès doit beaucoup aux « indépendants » de l’ancienne liste LIBR de Youssef Chaoui et Rachid Chatri (4% aux municipales 2008) qui lui fournissent la plupart de ses colistiers et militants.

Michel Onfray : «Je découvre avec stupéfaction les racines très concrètes de la fumeuse théorie du genre …»

Je découvre avec stupéfaction les racines très concrètes de la fumeuse théorie du genre popularisée dans les années 90 aux Etats-Unis par la philosophe Judith Butler qui ne cache pas l’inscription de sa pensée dans la lignée déconstructiviste de Foucault, Deleuze-Guattari et Derrida.

onfrayEn 1966, les époux Reimer consultent le docteur John Money (1921-2006), sexologue et psychologue néo-zélandais spécialiste de l’hermaphrodisme à l’université américaine Johns Hopkins. Cet homme affirme depuis 1955 que l’identité sexuelle biologique du mâle ou de la femelle ne suffit pas à constituer le genre sexuel du garçon ou de la fille – la thèse cardinale de la Théorie du Genre. Le problème des Reimer ? La circoncision de David pour des raisons médicales, un phimosis, l’un de leurs jumeaux, a raté : la cautérisation électrique a brûlé le pénis, la verge est calcinée.

Le Docteur Money saisit l’occasion pour prouver expérimentalement la validité de ses hypothèses théoriques. Il invite les parents à éduquer David comme une fille. David devient Brenda. Il subit un traitement hormonal. Quatorze mois plus tard, on lui retire les testicules. Elle est habillée en fille, traitée comme telle. A six ans, il semble devenu une fille. John Money publie des articles et des livres pour défendre la théorie du genre avec ce qui est devenu dans la littérature spécialisée « le cas John / Joan ».

(…) Judith Butler fait le tour du monde en défendant ces délires. La presse de la bienpensance française de gauche lui ouvre largement ses colonnes. De la même Continuer la lecture de Michel Onfray : «Je découvre avec stupéfaction les racines très concrètes de la fumeuse théorie du genre …»

Le Perreux (94). Théorie du genre : une sortie scolaire annulée

Le débat sur le genre n’en finit pas de ricocher. Après le livre « Tous à poil », ou encore la diffusion du film « Tomboy » dans des écoles, c’est une pièce de théâtre qui fait à nouveau les frais d’une polémique. « La princesse qui n’aimait pas les princes » est une pièce jouée pour la première fois cette semaine au Pocket Théâtre, à Nogent-sur-Marne. Inspirée d’un conte pour enfants, elle met en scène les amours « extra » ordinaires d’une princesse qui repousse ses prétendants pour les beaux yeux d’une fée. Un spectacle soutenu par le conseil régional d’Ile-de-France.

Spectacle theatre annule.« La représentation de mercredi prochain était réservée à 50 enfants du centre de loisirs du Perreux-sur-Marne (NDLR : la ville voisine) auprès desquels nous devions aussi animer un atelier de sensibilisation. Mais la directrice a été contrainte d’annuler la sortie sans concertation, car la municipalité lui a dit que la thématique bloquait », rapporte le metteur en scène, Delphine Orléach. « Notre pièce est censurée, alors que c’est avant tout un outil permettant de répondre aux interrogations des enfants, et de parler d’homosexualité avec humour. »

(…) Le Parisien

Théorie du genre : Entretien avec Yann Carrière, docteur en psychologie (Vidéo)

Le mot fascisme est galvaudé. Pour décrire la théorie du Genre le mot totalitaire nous semble plus adapté. Mis à part cette approximation sémantique, l’exposé d’Yann Carrière fait preuve d’une très grande clarté et démolit toutes les manipulations féministes et progressistes. Il met en relation l’idéologie du genre et la volonté de destruction de l’identité en général, en soulignant la finalité du projet, qui est en fait le projet moderne d’asservissement global de l’humanité par la dénaturation de la personne humaine.

Laura Slimani du MJS veut imposer la théorie du genre dans les écoles (vidéo)

Et encore une preuve que l’enseignement de la théorie du genre reste la volonté du PS.
Laura Slimani, la nouvelle dirigeante du MJS, a ainsi affirmé samedi 1er février – veille du défilé de la Manif pour tous : “Oui, le genre, ça existe et nous allons l’enseigner dans les écoles”.

Jusqu’à quand le PS et les média menteur vont-ils continuer à nous prendre pour des cons ?

Papa-porte-une-robe-DR-600x600

Assemblée nationale : « Il faut éduquer les enfants le plus tôt possible à cette réalité de genre »

Encore une preuve que la gauche et les média vous mentent quand ils déclarent que la théorie du genre n’existe pas et qu’ils n’en n’ont jamais parlé… vous noterez que les preuves s’accumulent sur le net, mais qu’aucun média ne les reprend pour contredire leurs invités de gauche…

Assemblée Nationale
Commission des affaires culturelles et de l’éducation
Jeudi 28 février 2013 Séance de 14 heures 30

Examen de l’amendement AC 421 de Mme Martine Faure (PS). Intervention de Julie Sommaruga (PS).

_
Cet amendement a pour objet l’intégration dans la formation dispensée dans les écoles élémentaires d’une éducation à l’égalité entre les femmes et les hommes et à la déconstruction des stéréotypes sexués. Il s’agit de substituer à des catégories telles que le « sexe » ou la « différence sexuelle », qui renvoient à la biologie, le concept de « genre », qui montre que les différences entre les hommes et les femmes ne sont pas fondées sur la nature, mais sont historiquement construites et socialement reproduites.
Julie Sommaruga

Lucette Lousteau, PS :

_
Il faut éduquer les enfants le plus tôt possible à cette réalité de genre.
Lucette Lousteau
_

La Commission adopte l’amendement.

cliquer pour agrandir
cliquer pour agrandir

Source : Assemblée nationale

Théorie du genre : «Notre rôle est d’exercer une vigilance d’intellectuels sur la manière dont ce débat se déroule»

Tribune de Sandra Boehringer (maître de conférence), Estelle Ferrarese (professeur de théorie sociale et politique) et Jean-Pascal Gay (maître de conférences) de l’Université de Strasbourg sur le genre .

Il ne nous appartient pas à nous chercheurs de nous substituer à la libre discussion démocratique. Ce qui, en revanche, est notre rôle est d’exercer une vigilance d’intellectuels sur la manière dont ce débat se déroule.

Et ici, nous devons le dire, les termes que les adversaires de la prétendue «théorie du genre » tentent d’imposer aujourd’hui ne sont pas seulement mensongers, ils empêchent en réalité un débat démocratique à la hauteur de ce que la société est en droit d’attendre sur des sujets aussi importants que l’égalité. […]

Pourquoi alors de telles inquiétudes ? L’outil du genre n’est pas nouveau. Depuis plus de vingt ans en France, des chercheurs et des enseignants travaillent avec cet outil conceptuel dans des domaines aussi variés que sont l’histoire, la sociologie, la biologie, la médecine, l’anthropologie, la psychologie, la littérature (entre autres).

L’ensemble de ces recherches reçoit le soutien académique et financier du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et du CNRS, et ces travaux sont également favorisés par l’Union Européenne. […]

Le Monde

Le Figaro décrit les débuts de la théorie du genre (qui n’existe pas selon le gouvernement)

Dans les années 1960, un médecin néo-zélandais a expérimenté sur des jumeaux la théorie du genre, en convaincant les parents d’élever l’un des deux comme une fille. Une expérience aux conséquences dramatiques.

Alors que la polémique sur la théorie du genre ne cesse d’enfler, l’expérience tragique menée au milieu des années 1960 par son concepteur, le sexologue et psychologue néo-zélandais John Money, refait surface, comme le rapporte vendredi lepoint.fr. Une expérimentation souvent occultée par les disciples actuels des études du genre, car celle-ci, conduite sur deux jumeaux canadiens nés garçons, mais dont l’un d’eux sera élevé comme une fille, tournera mal.

Spécialiste de l’hermaphrodisme à l’université américaine Johns Hopkins, John Money définit dès 1955 le genre comme la conduite sexuelle qu’on choisit d’adopter, en dehors de notre sexe de naissance. Il étudie notamment les cas d’enfants nés intersexués pour savoir à quel sexe ils pourraient appartenir: celui que la nature leur a donné ou celui dans lequel ils seront éduqués. En 1966, des parents vont offrir au médecin controversé la possibilité de tester sur leurs propres enfants la théorie du genre. Les époux Reimer sont parents de jumeaux âgés de huit mois. Alors qu’ils souhaitaient les faire circoncire, l’opération a mal tourné sur l’un des deux bébés, Bruce, dont le pénis s’est retrouvé brûlé à la suite d’une cautérisation électrique. Son frère, Brian, a pour sa part échappé à l’opération.

Pour John Money, c’est l’occasion de montrer sur un modèle vivant que le sexe biologique n’est qu’un leurre. Il propose donc aux parents désemparés d’élever Bruce Continuer la lecture de Le Figaro décrit les débuts de la théorie du genre (qui n’existe pas selon le gouvernement)