Archives par mot-clé : totalitarisme

Naulleau, Moix, défoncent Mélenchon et accusent ses amours pour le socialisme totalitaire

Une fois n’est pas coutume, bravo à Moix d’avoir rappelé ce qu’est le populisme de gauche dans l’histoire et d’avoir cité Jacques Ellul, philosophe protestant que je conseille à tout le monde de lire.

Lire notre article: Mélenchon candidat sous faux drapeaux

Mélenchon en 2012:

Le communisme est à tous les étages.On brandit les drapeaux rouges, on a les poings levés, on entonne l’internationale, on vomit le protectionnisme puis la Nation et on nie les crimes du communisme.

Mélenchon en 2017 passé à la lessive du marketing politique:

On met du bleu à la place du rouge, on laisse flotter des drapeaux bleu blanc rouge, on vante le protectionnisme, on retrouve les valeurs nationales,on censure l’internationale et on la remplace par la marseillaise.

Mélenchon est le plus Gros foutage de gueule de ces 30 dernières années.

Pour le Mélenchoniste Maurice Ulrich le refus de l’immigration c’est le germe du totalitarisme

Maurice Ulrich est journaliste à l’Humanité, il soutient Mélenchon. En matière de totalitarisme il s’y connaissent les cocos…

Chantage anti-démocratique : «Si le FN l’emporte au 2ème tour, le festival d’Avignon n’aura aucune autre solution que de partir» (Maj MLP)

« Affaire » Py : le vrai visage de la Gauche sectaire

Communiqué de Presse de Philippe Lottiaux (Avignon Bleu Marine)

J’avais souhaité accorder aux déclarations de M. Py, selon lesquelles le Festival d’Avignon « déménagerait » en cas de victoire de notre liste le 30 mars, l’indifférence qu’elles méritent, partant du principe que tout ce qui est excessif est insignifiant.

Cependant, il semble que ces déclarations intempestives aient suscité des inquiétudes et des interrogations, auxquelles il m’appartient dès lors de répondre.

Je suis à la fois surpris, choqué et attristé par les propos de M. Py.

Surpris, parce que le Festival n’est pas sa propriété. M. Py n’est que le Directeur nommé et salarié d’une association dont le décisionnaire est le Conseil d’administration, composé de représentants de l’Etat et des collectivités territoriales. Le pouvoir de « déménagement » de M. Py est aussi inexistant que s’il comptait faire déménager la Cour du Palais des Papes. Ses déclarations sont ainsi nulles et non avenues.

Choqué, car le Festival appartient avant tout à Avignon et à son histoire. Il existe depuis 1947 sans M. Py, et il pourra sans difficulté continuer à exister sans lui. Que M. Py ait ses opinions et les exprime est normal, et fait partie de notre démocratie. Qu’il instrumentalise le Festival, dont il n’est qu’un serviteur, à des fins personnelles, est totalement inadmissible. C’est là l’expression de la morgue, du sectarisme et du mépris du suffrage universel d’une intelligentzia de gauche déconnectée du monde et donneuse de leçons. Nous n’avons pas de leçons de tolérance et de démocratie à recevoir d’une personne qui s’érige en juge et en censeur, sans même avoir daigné nous recevoir et entamer un quelconque dialogue.

Comment prôner la tolérance en faisant preuve d’une telle intolérance ?

Je suis enfin attristé, car le Festival et notre ville méritent mieux que ce pseudo chantage Continuer la lecture de Chantage anti-démocratique : «Si le FN l’emporte au 2ème tour, le festival d’Avignon n’aura aucune autre solution que de partir» (Maj MLP)

Totalitarisme : Les Jeunes socialistes lancent l’opération « Les routes de la République » pour barrer la route au Front National.

Comme le disait Jean Gabin dans le film le président d’Henri Verneuil : « Figurez-vous que quand il y a un sale coup qui se prépare, il y a toujours une République à sauver« .
ou encore : « C’est une habitude bien française que de confier un mandat aux gens et de leur contester le droit d’en user« .

——

les-jeunes-socialistes-lancent-les-routes-de-la-republique

Dès aujourd’hui, les Jeunes socialistes vont sillonner la France en minibus pour aider sur le terrain les candidats socialistes et de la gauche rassemblée face au Front National.

Les Jeunes socialistes appellent à : « Un sursaut républicain suite aux scores du Front National au 1er tour des élections municipales ».

Ces résultats doivent d’abord nous mobiliser partout en France pour empêcher le Front National de prendre des villes.

Retrouvez les de Perpignan à Brignoles en passant par Saint Gilles dans le Sud de la France, de Forbach à Lens en passant par Noyon et Hayange dans le Nord.

>> En savoir plus sur l’opération Les routes de la République

Aujourd’hui, être de gauche, c’est cautionner beaucoup de saloperies, camarades…

Article lu sur Riposte laïque

Valls-racailles2Lors de leur dernière manifestation violente pour protester contre la mort d’un de leurs chiens de meute, moins d’une quinzaine de militants d’extrême-gauche de la très fasciste « Antifa » ont été arrêtés et seulement deux gardés à vue. Grâce à la diligence d’une juge, les deux aboyeurs ont été relâchés plus vite que leur ombre.

Pendant ce temps, Nicolas Bernard-Busse est toujours écroué à Fleury.

Selon le ministère public, les deux affaires ne sont pas comparables. C’est exact. Elles ne sont pas comparables dans leur traitement. Le Syndicat de la magistrature continue de frapper.

En réfléchissant un peu –cela m’arrive parfois – je me dis que sous le règne de Normal Ier, le Petit Pépère des Pipoles, il suffit d’être de gauche pour faire n’importe quoi et ne rien risquer. Mais le passage à l’acte est plus facile à théoriser qu’à mettre en pratique.

Parce que passer l’âme à gauche c’est accepter :

– de pleurer sur la mort d’un abruti à belle gueule et vomir Esteban Morillo pour avoir osé se défendre,

– de se réjouir devant la mise à pied de Clément Weill-Raynal pour avoir révélé l’existence du mur des cons édifié par un syndicat de magistrats adepte de la séparation des pouvoirs (les juges d’un côté, les citoyens de souche de l’autre),

– d’ignorer que Thomas Fabius, fils d’un ministre des Affaires Etrangères pas très étranger aux affaires puisse s’acheter un appartement de 7,4 millions d’euros alors qu’il ne paie pas d’impôts,

– de voir en Christine Taubira une icône et pas une pétroleuse indépendantiste guyanaise détestant la nation, les frontières, les couples normaux,

– que des maires soient poursuivis parce qu’ils refusent de célébrer des mariages homosexuels alors que Normal Ier avait d’abord dit que jouerait une clause de conscience,

– de rire de la blague de Stéphane Guillon souhaitant à Nicolas Bernard-Busse de Continuer la lecture de Aujourd’hui, être de gauche, c’est cautionner beaucoup de saloperies, camarades…

Affaire Méric : Autopsie d’une manipulation

Tribune libre de Paysan Savoyard

Le régime en place, organisé au plan politique par le consortium UMP et PS, 957511Merics’efforce de façon permanente de manipuler l’opinion. On peut dire même que la manipulation constitue pour lui un principe de fonctionnement.

La manipulation peut poursuivre des objectifs différents. Il s’agit tantôt de conduire l’opinion à partager les positions et les analyses de l’oligarchie. Tantôt de dissimuler les faits et gestes du régime, les mauvais résultats obtenus ou les conséquences catastrophiques des décisions prises. Tantôt encore de discréditer l’opposition. Tantôt enfin de créer un climat de menace et de tension destiné à dissuader le peuple de manifester son mécontentement ou son désaccord avec les orientations suivies.

Pour manipuler l’opinion, le régime dispose de tous les relais et vecteurs qui exercent une influence sur les différents secteurs de la société : les politiciens bien sûr, mais aussi les médias, le cinéma, le monde artistique, la publicité, les intellectuels organiques, l’université, les écoles, les groupes de pressions, les associations subventionnées…

Dans le cadre de l’affaire Méric, plusieurs de ces vecteurs ont été mobilisés.

Nous avons déjà eu l’occasion de mettre en évidence certaines des manipulations mises en œuvre par le régime (voir notamment la tribune libre précédente). L’affaire Méric constitue une illustration supplémentaire et significative, qui mérite que l’on s’y arrête.

 

Totalitarisme : L’UE va payer des « trolls » pour contrer l’euroscepticisme sur Internet

Addendum : réaction de Nigel farage
L’UE ne vaut pas mieux qu’une république bananière.

Addendum : Lire ici la réaction du FN. C’est à ma connaissance le seul parti français a avoir réagi contre ce délire totalitaire. Normal, ses membres sont sans doute les seuls qui seront concernés par la répression qui se met en place.

Bientôt ce blog comme beaucoup d’autres sera sous surveillance en raison de son euroscepticisme. L’UE a pour projet de sortir 3 millions d’euros pour payer des gens en « trolls » [députés et fonctionnaires européens. NDLR] afin qu’ils disent le plus grand bien de l’Europe sur les sites et réseaux sociaux et aussi pour convaincre les gens que l’UE, c’est bien.

Au coeur de cette nouvelle stratégie : des « outils de contrôle de l’opinion publique »[littéralement, ndlr], destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d’attirer l’attention médiatique et publique.

Une augmentation de £1,7 million des dépenses en « analyse qualitative des médias » serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants. Néanmoins, £787 000 additionnels devraient être collectés l’an prochain, en dépit de la volonté affichée par l’UE de réduire ses dépenses à l’image de l’austérité mise en place aux niveaux nationaux.

« Une attention particulière doit être accordée aux pays qui ont connu une montée de l’euroscepticisme. » explicite en substance le document confidentiel.

« Les communicants des institutions parlementaires doivent être habilités à appréhender [contrôler, littéralement, ndlr] le débat et l’opinion publics, sur le terrain et en temps réel, au sein des diverses conversations sur ces médias sociaux et blogs, de décrypter les « sujets tendances » et développer la capacité d’y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente, de se joindre aux conversations et les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes. »

Selon ce document, « l’actuelle crise économique et financière, conjointement à des taux de chômage élevés, en particulier chez les jeunes, ont pour conséquence une baisse de la confiance accordée par les citoyens aux institutions européennes… L’image de l’UE est de toute évidence en souffrance.

Afin de retourner l’impression que « l’Europe est le problème », nous devons pratiquer une communication axée sur l’idée que la réponse aux défis actuels… est « plus d’Europe », et non « moins d’Europe. »

Lire ici le Telegraph pour le croire

Via le blog de Pierre Jovanovic et Radio Ici et Maintenant