Archives par mot-clé : Toulouse

Toulouse/Algérie: CAF : 200 000 € d’allocations «adulte handicapé» détournées

(…)
Lundi, la police aux frontières de Toulouse et Marseille (PAF) a démantelé une vaste filière d’aide au séjour irrégulier, d’obtention frauduleuse de prestations sociales et d’escroquerie en bande organisée. Trois hommes d’une trentaine d’années, dont l’un vivait en Algérie et présenté comme l’organisateur, ont été interpellés à Marseille. Tous sont soupçonnés d’avoir falsifié des documents débouchant sur l’obtention d’une allocation «adulte handicapé» d’un montant de 808 € par mois. Une fraude géante qui se chiffrerait à 200 000 € au préjudice de la CAF sur une période d’1 an. Une somme de 30 000 € a été saisie dès le début des investigations.

Contrôle inopiné

Tout commence en janvier 2017, à l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Un couple, homme et femme, est contrôlé de manière inopinée par les douanes à son arrivée en provenance d’Algérie. Dans ses bagages, les douaniers découvrent de Continuer la lecture de Toulouse/Algérie: CAF : 200 000 € d’allocations «adulte handicapé» détournées

Prostitution : les délinquants des cités font leur entrée sur ce «marché»

C’est un phénomène nouveau et en expansion, selon la police : après des années de trafics en tous genres, les délinquants issus des cités françaises ont fait leur entrée sur le marché de la prostitution en exploitant des jeunes filles souvent mineures.

«Nous étions persuadés que les cités échappaient au phénomène de la prostitution. Le quotidien de cette délinquance relevait davantage des braquages, des trafics et surtout des stupéfiants. Mais aujourd’hui les choses ont changé», souligne Jean-Marc Droguet, le patron de l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCTREH).

«C’est à partir de 2014 que les premières affaires ont été traitées. Nous sommes passés de quelques cas en 2014, à 21 affaires en 2015, puis 48 affaires en 2016. Sur les premiers mois de 2017, nous tournons déjà à une vingtaine d’affaires», poursuit M. Droguet.

Selon l’OCTREH, cette prostitution dite de cités représenterait 14 % des victimes identifiées sur le territoire national en 2016.

Le profil des nouveaux proxénètes ? Généralement «un petit groupe de copains», pas aussi structuré que les réseaux d’Europe de l’Est, Continuer la lecture de Prostitution : les délinquants des cités font leur entrée sur ce «marché»

Les mineurs isolés étrangers se disent «discriminés»

Pour la solidarité avec les victimes du racisme d’Etat, contre la négrophobie, contre le néocolonialisme, contre la Françafrique, contre les lois d’exception, contre toutes les prisons (…)». C’est autour de ce message que se sont rassemblées, hier place Belfort à Toulouse, près de 200 personnes à l’appel du collectif AutonoMIE qui dénonce les discriminations dont sont «victimes les mineurs isolés étrangers en Haute-Garonne» originaires d’Afrique subsaharienne. Dans le viseur du collectif, le Dispositif départemental d’accueil, d’évaluation et d’orientation des mineurs isolés (DDAEOMI), situé au 22, rue de Stalingrad, dont les éducateurs spécialisés sont accusés de faire «subir jusqu’à dix interrogatoires à charge à celles et ceux dont le seul crime est d’avoir survécu à l’enfer migratoire».

(…)

Mais pour Gérard Castells, qui dirige le dispositif des mineurs isolés et aussi la Maison d’enfants à caractère social Le Chêne vert, ce que prétend le collectif «est totalement faux. C’est tout simplement de la propagande, poursuit-il. Un certain nombre de ces personnes sont majeures et non mineures et lorsque la justice vérifie l’authenticité de leur passeport, ils sont de fait frappés d’une OQTF (obligation de quitter le territoire). Je ne sais ce que cherche ce collectif qu’on a invité des dizaines de fois à voir comment se déroulent les évaluations».

«L’État français a pour devoir de reconstituer l’état civil de ces Continuer la lecture de Les mineurs isolés étrangers se disent «discriminés»

Fusillade à Toulouse: le tireur déguisé d’un niqab, un fusil d’assaut caché dans une poussette…

(…) l’individu est arrivé déguisé en femme près du lac de la Reynerie, autour de la place Abbal et du cheminement Robert-Cambert, dans le quartier du Grand-Mirail. Il portait en fait un niqab, une tenue portée par certaines femmes musulmanes et qui ne laisse apparaître que leurs yeux.

De plus, il aurait dissimulé dans une poussette une arme automatique de type kalachnikov. Sa cible, un homme âgé de 27 ans, très défavorablement connue des services de police, n’a pas vu le danger arriver. Il a tenté de prendre la fuite, en vain. Après l’avoir abattu, le tireur aurait pris la fuite sur un deux-roues.

Le Parisien


Une personne a été tuée et au moins six autres blessées, dont deux sérieusement, lundi soir dans une fusillade place Abbal, dans le quartier de la Reynerie à Toulouse, selon une source policière. Un bilan confirmé dans la soirée par une source officielle.

Des tireurs en deux roues

La fusillade a eu lieu en début de soirée. Selon les premières informations, deux personnes ont surgi sur deux roues et l’un d’eux a ouvert le feu sur un petit groupe avant de prendre la fuite. Des témoignages recueillis sur place par France 3 faisaient état lundi soir que les motards portaient des vêtements traditionnels musulmans, de type djellabas.

La piste du règlement de compte

Continuer la lecture de Fusillade à Toulouse: le tireur déguisé d’un niqab, un fusil d’assaut caché dans une poussette…

Avec son projet de traiteur Saveurs d’Exil, cette Toulousaine veut aider les demandeurs d’asile

À Toulouse, Emilie Germain veut lancer une activité de traiteur solidaire, avec des demandeurs d’asile en cuisine. L’un des enjeux est de financer les démarches du droit d’asile.

D’ici quelques mois, les Toulousains pourront peut-être commander leurs repas à domicile, découvrir de lointaines saveurs et faire une bonne action. Tout cela, en même temps !

C’est en tout cas l’ambition qui se cache derrière le projet d’Émilie Germain, dynamique éducatrice de 33 ans : une activité de traiteur solidaire, assurée par des demandeurs d’asile et dont les bénéfices serviraient à financer les démarches juridiques pour l’obtention de ce droit.

Aider les demandeurs d’asile à reprendre la main sur leur vie Continuer la lecture de Avec son projet de traiteur Saveurs d’Exil, cette Toulousaine veut aider les demandeurs d’asile

Toulouse: Les gendarmes mettent fin à un trafic de main d’oeuvre

Pour ne pas payer de charges sociales, des patrons du bâtiment installés à Toulouse et à Auch, croyaient avoir trouvé « l’idée du siècle » : ils avaient créé des agences d’intérim à l’étranger qui étaient exclusivement destinées à recruter des travailleurs détachés qu’ils assignaient à leurs chantiers en France. Cette petite combine leur aurait permis d’économiser « plus de 10 millions d’euros de charges sociales » selon la gendarmerie, mais après près d’un an d’enquête, les gendarmes de la section de recherches de Toulouse ont arrêté les principaux suspects en novembre et décembre et d’autres personnes impliquées dans cette affaire voilà dix jours.

La semaine dernière, les gendarmes ont en effet démantelé cette bande organisée constituée de dix dirigeants d’entreprises du BTP,
impliqués dans des faits de travail dissimulé, prêt illicite de main-d’œuvre et marchandage commis en bande organisée et mettant donc en cause plusieurs sociétés toulousaines et gersoises en lien avec des entreprises d’intérim étrangères, en Pologne et en Roumanie. 

 

(…) Au sommet de la pyramide, un homme qui affirme qu’il a toujours payé les sociétés d’intérim avec un niveau de salaire semblable à celui de la France. Les enquêteurs, et le juge d’instruction de la Jirs de Bordeaux, Mathieu Vignau soupçonnent qu’en réalité, une partie de ces salaires filait, après une étape dans les entreprises véritables coquilles vides, vers la Turquie. Le « patron », incarcéré fin Continuer la lecture de Toulouse: Les gendarmes mettent fin à un trafic de main d’oeuvre

Débordements lors de mariages : le rappel à l’ordre du Capitole

A titre d’exemple:

Élus insultés, mariée en retard, cortèges très sonores, stationnement anarchique… Voici le type d’incivilités auxquelles les élus peuvent êtres confrontés lors de la célébration d’un mariage à Toulouse.

D’où la présentation, vendredi 10 mars 2017, d’une Charte des Mariages de la mairie. Dès lundi 13 mars, les futurs mariés devront signer cette charte qui entrera en vigueur par arrêté municipal, pour les mariages célébrés après lundi 10 avril 2017.

Chaque année, la salle des Illustres enregistre plus de 1400 mariages, soit une trentaine de célébrations par semaine, en particulier le samedi.

Cette charte rappelle les droits et les devoirs de façon précise, a tenu à justifier Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, lors d’une conférence de presse. Si le mariage demeure un moment festif pour les époux et leurs invités, nous rappelons aussi que cette cérémonie républicaine se déroule dans la solennité requise par la loi.

À titre d’exemple, il a notamment été décidé qu’au bout d’une heure de retard des mariés ou des témoins, le mariage serait décalé dans la journée, voire reporté à une autre date. « Cette charte doit avoir un effet dissuasif », souligne l’édile de Toulouse. « Des débordements et des nuisances sonores ont été occasionnellement constatés et déplorés. Seule une minorité nous oblige à prendre cette charte ».

« Il m’arrive d’être insultée » Continuer la lecture de Débordements lors de mariages : le rappel à l’ordre du Capitole

AZF : Silence TOTAL ou Silence d’Etat sur un attentat islamiste ?

Interview réalisée et diffusée en 2008.

Le vendredi 21 septembre 2001, il est 10h17 à Toulouse quand l’usine chimique d’AZF explose.  Dix jours plus tôt, le monde entier assistait en direct à l’attentat du World Trate Center. Il est impossible de ne pas penser à New York  et son amas de cendres. L’histoire se répèterait-elle  à Toulouse ?.

Avant même le début de l’enquête, les autorités se veulent rassurantes : le procureur affirme qu’il est sûr à « plus de 90% qu’il s’agit d’un accident« . L’affaire est entre les mains de la justice. Il n’y a plus qu’à attendre. En vain. Au bout de plusieurs années, aucune des hypothèses avancées ne semble donner satisfaction. Le dossier est vide. Les zones d’ombres que nul n’a voulu en haut lieu éclaircir subsistent.

C’est cette parodie d’instruction judiciaire que le livre de Marc Mennessier, « AZF, un silence d’Etat » dénonce. Ce journaliste scientifique au Figaro a consacré plusieurs années d’enquêtes à la catastrophe d’AZF. Son analyse méticuleuse des faits, nous dévoile comment les autorités ont soigneusement privilégié la piste de l’accident chimique tout en négligeant les éléments de l’enquête qui auraient pu les mener sur celle d’un attentat.

Ecouter l’entretien avec Marc Mennessier.

1°partie :

Les hypothèses de l’accident chimique et la parodie d’instruction judiciaire

Pour l’auteur, l’hypothèse d’un acte de malveillance à caractère islamiste, semble la plus crédible. Les faits qui sont révélés au fil de l’enquête sont en effet troublants, mais ils ne fournissent cependant aucune preuve qui permettrait de se faire une opinion plus ferme. Notons qu’à l’époque de l’enquête, Marc Mennessier fut accusé de servir les intérêts de Total. D’autres n’ont pas hésité à le présenter comme un raciste. Même si la thèse de l’attentat gène les convictions toutes faites de certains commentateurs qui n’ont même pas pris la peine d’ouvrir le dossier d’instruction, il était de la responsabilité professionnelle de tout bon journaliste de s’en préoccuper. Marc Mennessier n’a donc fait que son travail.

2° partie :

La thèse de l’attentat négligée.

Rajoutons que ce livre, Marc Mennessier aurait dû l’écrire avec Anne-Marie Continuer la lecture de AZF : Silence TOTAL ou Silence d’Etat sur un attentat islamiste ?

Au centre de Toulouse, près de 400 personnes vivent dans un squat géant

C’est le plus grand squat de Toulouse et le nombre d’occupants ne cesse de grandir. Une situation très inquiétante pour plusieurs organisations et collectifs qui se mobilisent.

Dans le quartier des Arènes, au bout de l’impasse du même nom et au pied de la barre du Cristal, à Toulouse, se dressent les anciens locaux de l’entreprise Cegelec, qui appartiennent désormais à la banque Natixis.

Désaffectés, ils ont été transformés en squat il y a près d’un an et demi, fin 2014. Mais d’une cinquantaine de personnes, ces bureaux devenus chambres de fortune accueillent désormais près de 400 habitants.

Cela représente la moitié des personnes à la rue à Toulouse, confie Thomas Couderette, du Collectif d’entraide et d’innovation sociale (Cédis), qui accompagne les habitants du squat.

Pour beaucoup, ce sont des étrangers. Maghrébins, Russes, Bulgares, ou encore Roumains : une vingtaine de nationalités sont au total représentées. Parmi eux, de nombreuses familles, installées dans ce logement précaire bien malgré elles, faute de solution d’hébergement alternative.

Naska, au centre, est bulgare. Elle est ici avec sa famille et son bébé de un an. (Photo Côté Toulouse / C.M.)
Naska, au centre, est bulgare. Elle est ici avec sa famille et son bébé de un an. (Photo Côté Toulouse / C.M.)

 

Suroccupation, insécurité et insalubrité… mais de nouvelles avancées

Vols, bagarre, drogue… Les faits de violence et les délits se multiplient, dans ce squat à la population grandissante. Thomas Couderette, regrette qu’il y ait eu également plusieurs agressions sexuelles sur des femmes isolées.

C’est un miracle qui n’y ait pas encore eu de mort, ajoute Frédéric Piquemal, porte-parole du Droit au logement 31, qui suit quelques-unes des familles présentes dans le squat des Arènes.

Mais l’essentiel du problème, pour Thomas Couderette, ce sont l’insalubrité et les risques sanitaires. Dans les locaux, l’électricité est hasardeuse et des fils pendent un peu partout. Les poubelles s’amoncellent, car pendant de longues semaines les services municipaux n’y accédaient plus. Continuer la lecture de Au centre de Toulouse, près de 400 personnes vivent dans un squat géant

Toulouse: un homme arrêté, enquête sur un possible projet d’attentat

Un homme a été arrêté dans la nuit de lundi à mardi, en Haute-Garonne, et placé en garde à vue par les enquêteurs qui s’interrogent sur un possible projet d’attentat, a-t-on appris ce mercredi de sources concordantes.

Ce suspect a été interpellé lors d’une opération antiterroriste menée par les policiers d’élite du Raid à son domicile à Cugnaux, une commune de 16.000 habitants située à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de Toulouse, selon une source proche du dossier.

Déjà visé par une perquisition administrative il y a quelques mois, l’homme a été placé en garde à vue à Toulouse dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet antiterroriste.

Le suspect est proche des milieux liés à l’islam radical

Continuer la lecture de Toulouse: un homme arrêté, enquête sur un possible projet d’attentat

Un engin incendiaire découvert à Toulouse : l’enquête confiée à la police judiciaire

Une enquête est encore en cours. Lundi 26 décembre 2016, un « engin incendiaire » a été découvert, vers 15 heures, rue Arthur Rimbaud, près du quartier des Izards, au nord de Toulouse, précise une source policière.

Un périmètre de sécurité a immédiatement été mis en place.

L’engin neutralisé

Le périmètre a été levé au bout d’une heure environ, ajoute cette même source, après la neutralisation de l’engin, par les services de déminage.

L’enquête a été confiée au Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Toulouse.

Source

Toulouse: Un objet incendiaire devant l’église

Un dispositif incendiaire déposé devant un lieu de culte à Toulouse. Le scénario n’est pas une fiction. Il s’est bien produit, la semaine dernière, devant la paroisse Saint-André, chemin Michoun, dans le quartier de la Roseraie. La découverte a été faite dans la matinée. Un carton, contenant plusieurs bouteilles ainsi qu’un dispositif possiblement dangereux, a été découvert sur les lieux.

Les policiers se sont rendus sur place et ont pris en charge le «paquet». Une fois ramené au commissariat central, l’ensemble a fait l’objet de toutes les attentions dans la cour d’honneur de l’hôtel de police. Les bâtiments ont été évacués et les sapeurs-pompiers ainsi que les démineurs ont été appelés sur place (notre édition du 9 décembre).Un périmètre de sécurité a été établi, le temps, pour les Continuer la lecture de Toulouse: Un objet incendiaire devant l’église

Nouvelle agression d’un contrôleur à Toulouse : le trafic TER fortement perturbé

Suite à l’agression d’un contrôleur de la SNCF, lundi soir sur la ligne Toulouse-Carmaux, le trafic ferroviaire a été perturbé à l’initiative des agents mécontents. Hier soir, syndicats et direction de la SNCF n’avaient pas encore trouvé d’accord.

«Ça ne peut plus durer. Les agressions se multiplient envers les agents SNCF. Il y a 15 jours, c’était à Carmaux. Avant-hier soir, c’est Lisle-sur-Tarn. On ne peut plus supporter un tel climat.» Le syndicaliste Sud-Solidaire Yoann Puech ne mâche pas ses mots sur ces incidents.

«C’était lundi soir en fin de journée sur la ligne en partance de Toulouse à 21 h 15 pour relier Carmaux. À l’approche de la gare de Lisle-sur-Tarn, l’agent demande les billets à deux personnes.» Le ton monte.

Les insultes aussi. «Il a même reçu une bouteille d’eau en plein visage» confirme le syndicaliste. L’affaire ne s’arrête pas là.

«En arrivant à Lisle, le contrôleur et le conducteur s’aperçoivent que sur les quais, quatre individus sont venus prêter main-forte à leurs copains. Les agents ont dès lors, logiquement choisi de fermer au plus vite les portes du train, pour les empêcher de monter et continuer le trajet.»

Hier matin, le contrôleur a déposé plainte au commissariat de Toulouse.

Continuer la lecture de Nouvelle agression d’un contrôleur à Toulouse : le trafic TER fortement perturbé

Toulouse: l’inspection académique ferme une école coranique

Voir aussi l’article:

ÉDUCATION ISLAMIQUE ET PRÉTENDU ENTRAINEMENT AU « TIR » : LE DIRECTEUR D’UNE ÉCOLE CONFESSIONNELLE TOULOUSAINE CRIE À L’ACHARNEMENT


Le 20 juillet dernier, les parents de quatre-vingt-quinze enfants scolarisés à l’école maternelle et élémentaire confessionnelle musulmane Al Badr, à Toulouse, ont reçu un courrier leur signifiant leur obligation de trouver un nouvel établissement scolaire, comme le révèle Le Parisien.

En cause, « un défaut de planification des apprentissages », ou encore le non-respect, par l’école, du « droit de l’enfant à l’instruction » et de « l’objet de l’instruction obligatoire », selon la missive, qui précise aussi la sanction encourue par les contrevenants : « six mois de prison et 7 500 € d’amende ».

D’après le directeur de l’établissement fondé en 2013, l’imam Abdelfattah Rahhaoui, la décision administrative résulte d’un « acharnement administratif sans aucun fondement » et d’une « pure persécution ». « Je veux juste qu’on respecte nos droits les plus élémentaires », a affirmé le religieux.

Un recours pour annuler la fermeture

Continuer la lecture de Toulouse: l’inspection académique ferme une école coranique

À Toulouse, une vingtaine de réfugiés syriens prennent d’assaut un train (Maj: plateaux repas offerts)

Le 15 Septembre

Le train Intercités Bordeaux-Marseille a été bloqué à la gare Matabiau, mardi soir, pendant plus d’une heure – le train est arrivé à 19 h 49. Un groupe de 17 réfugiés syriens a voulu monter dans un wagon sans payer leur billet. Une contrôleuse de la SNCF s’est interposée mais elle a été poussée sans ménagement.

Les membres de la sécurité générale de la SNCF sont intervenus mais sans arriver à faire sortir les voyageurs sans billet. Finalement, la SNCF a affrété trois bus pour que la centaine de passagers puissent poursuivre leur voyage jusqu’à Marseille.

Quant aux réfugiés, ils ont été accueillis pour la nuit dans un wagon. La SNCF leur a même offert des plateaux-repas.

La dépêche du Midi


Le 14 Septembre

Après avoir investi un train mardi 13 septembre à Toulouse, 17 migrants syriens ont été pris en charge par la SNCF. Deux enfants ont même été hospitalisés.

Un Intercités à destination de Marseille a été bloqué, mardi 13 septembre, dans la soirée à la gare Matabiau de Toulouse quand 17 migrants d’origine syrienne ont souhaité monter à bord sans titre de transports.

Ils ont tout d’abord été empêchés d’entrer dans le wagon par une contrôleuse SNCF qui a tenté de les retenir sur les quais. Selon une source policière, celle-ci a été bousculée violemment par certains des réfugiés qui sont alors montés dans le train.

La situation a été rendue compliquée par l’impossibilité de se comprendre, ces voyageurs ne parlant pas français. Cela a forcément conduit à tendre l’atmosphère dans un premier temps, relate-t-on du côté de la SNCF.

Pendant près d’une heure, les 17 Syriens ont refusé de descendre et il a fallu Continuer la lecture de À Toulouse, une vingtaine de réfugiés syriens prennent d’assaut un train (Maj: plateaux repas offerts)