Archives par mot-clé : trafic de drogue

Quand les autorités socialistes fermaient les yeux sur les trafics de drogue qui financent les islamistes

Extrait du livre « Bienvenue place Beauvau – Police : les secrets inavouables d’un quinquennat », publié aux éditions Robert Laffont. Un ouvrage signé de Didier Hassoux, Christophe Labbé et Olivia Recasens, respectivement journalistes d’investigation au Canard enchaîné et journaliste indépendante.


Saint-Ouen : des consignes policières pour ne pas intervenir dans les cités (vidéo)

La police des polices enquête après la diffusion le 25 novembre dernier sur TF1 d’un reportage sur le trafic de drogue à Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis où des policiers en patrouille déclaraient ne pas avoir le droit de pénétrer dans une cité cernée par des guetteurs et des dealers.

Selon les informations du Parisien, le sommet de l’État a été choqué par ces images tournées à la caméra cachée aux abords de la cité Emile Cordon, devenue depuis plusieurs mois un point de deal important de la ville. Le quartier est classé en Zone de sécurité prioritaire.

L’Inspection générale des services cherche à retrouver et à interroger les deux CRS filmés qui ont déclaré : « On a des consignes » pour ne pas entrer dans la cité. « Il faut que les dealers puissent continuer de vivre, et il faut que les habitants soient rassurés. » Un des deux agents estime même qu’il n’y a pas de volonté que le trafic s’arrête.

Suite et source : Le Figaro

 

 

Saint-Ouen (93) aux mains des dealers (vidéo)

Reportage de « Sept à Huit » sur TF1 particulièrement édifiant sur les trafiquants de drogue très organisés, agissant en toute quiétude autour d’une école, menaçant les témoins de tous âges et les habitants du quartier ; les policiers avouent avoir des consignes de ne pas aller dans la cité afin d’y faire respecter la loi… Le trafic de drogue générerait un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros par an, rien que dans ce quartier. Le quotidien des banlieues sous la Ve République hollandienne post-Sarkozy.

Un collaborateur de Moscovici interpellé pour détention de cocaïne

Frédéric L., 44 ans, sous-préfet détaché auprès du ministère des Finances, a été placé en garde à vue pour usage et détention de stupéfiants dans la nuit de lundi à mardi.

C’est vers 1 h 30 que les déambulations du haut fonctionnaire ont attiré l’attention de la brigade anti-criminalité du 12e arrondissement de Paris.

Interpellé, l’ancien chef de cabinet du préfet de région était en possession de cocaïne et de cannabis. Placé en garde à vue, il a expliqué alors aux fonctionnaires de police qu’il sortait d’une soirée « particulière » où il a acquis pour 200 euros de cocaïne. À l’issue de sa garde vue, le collaborateur de Pierre Moscovici à Bercy a été déféré au parquet de Paris. Le magistrat de permanence a prononcé une injonction thérapeutique.

Le Point