Archives par mot-clé : twitter

Marine Le Pen: Je dénonce les exactions de Daech et on veut me condamner?!

Comme par hasard la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen intervient 1 mois avant l’élection présidentielle… alors que l’agression verbale de Jean-Jaques Bourdin (Radio Macron Complice) qui avait comparé le FN à Daesh date de plus d’un an….

Lire:

Quand François Hollande brisait l’embargo pour livrer des armes aux islamistes syriens.

SYRIE/MARINE LE PEN: HOLLANDE CHOISIT LES ISLAMISTES.

« LA SYRIE AVAIT LA LISTE DES DJIHADISTES DE FRANCE ET L’A PROPOSÉ AUX FRANÇAIS. MAIS VALLS A REFUSÉ ».

PARIS DEMANDE LA LEVÉE DE L’IMMUNITÉ DE MARINE LE PEN POUR DES PROPOS SUR L’ISLAM (VIDÉO)

Parlement européen : vers une levée de l’immunité de Marine Le Pen pour des photos de l’E.I. sur Twitter

Une commission du Parlement européen a ouvert la voie aujourd’hui à la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen, demandée dans le cadre d’une enquête sur la diffusion par la présidente du Front national de photos du groupe Etat islamique sur Twitter.

Les eurodéputés de la commission « Affaires juridiques » se sont prononcés en faveur de la levée de cette immunité, réclamée par le parquet de Nanterre, qui a ouvert une information judiciaire à son encontre pour « diffusion d’images violentes ». Continuer la lecture de Parlement européen : vers une levée de l’immunité de Marine Le Pen pour des photos de l’E.I. sur Twitter

Les envolées hystériques de Macron moquées sur Twitter

« Ce que je veux, c’est que vous alliez faire gagner notre projet », a hurlé le candidat Emmanuel Macron en clôture de son meeting parisien, samedi, suscitant les rires des internautes qui suivaient l’évènement sur les réseaux sociaux.


fin meeting Macron

Quelques tweets en reactions:

Le hashtag #defendstoneglise fait le buzz sur twitter

En quelques minutes le hashtag #defendstoneglise est arrivée en tête de twitter.

twiiet

En réaction à l’attentat perpétré à Saint-Etienne du Rouvray contre le père Hamel mais aussi en réponse à l’incapacité de l’État à nous défendre, des twittos ont lancé une initiative qui consiste à se rendre dimanche prochain devant l’église de sa commune afin de la défendre contre l’Islam.

Quelques tweets:

Manuel Valls annonce que la censure de Twitter est effective en France (maj)

Effrayant. Nous sommes le seul pays a décidé de censurer Twitter. C’est grave. Il faut bien comprendre que pour censurer des textes ou des messages, il faut tout lire. Pour tout lire il faut mettre sous surveillance tout le monde à l’aide de robots programmés pour traquer les malpensants. Qui juge ce qui est bon et ce qui est mauvais ? Qui dit ce qui est vrai ou faux ?

Évidement la presse anglo-saxonne frissonne d’effroi. Le PS au pouvoir est désespérant.

L’extrême droite c’est eux

dictateurs_taubira-valls-hollande ——————

Lu sur Fdesouche

mise à jour du 28 janvier 2014

Tandis que toute la presse (subventionnée et avec sa niche fiscale) Française s’est tue, un article dans The Guardian du 2 janvier 2014 (wikipédia : The Guardian est un quotidien d’information britannique fondé en 1821. Il fait partie de la « presse de qualité » et a une ligne éditoriale de centre-gauche.) :

France’s censorship demands to Twitter are more dangerous than ‘hate speech’
Les demandes de la France de censure de Twitter sont plus dangereuses que les « messages de haine »

Les demandes de la France de censure de Twitter sont plus dangereuses que les « messages de haine »

À travers l’histoire, il n’existe que peu d’idées à avoir été aussi destructrices que de permettre à des gouvernements de censurer les opinions qu’ils n’aimaient pas.

[…] Nulle part chez les pro-Farago de la censure, l’argument ne tient-il, ou même fugitivement envisage la possibilité que les idées que l’État force à réprimer puissent être les idées qu’ils aiment, plutôt que les idées qu’ils n’aiment pas. Les gens qui veulent que l’Etat punisse l’expression de certaines idées sont tellement convaincus de leur bonté d’âme, de la justesse incontestable de leurs points de vue, qu’ils ne peuvent même pas concevoir que les idées qu’ils aiment pourront, à un moment donné, se retrouver sur la liste des interdictions. […]

C’est ce qui m’étonne et me dérange toujours le plus chez les partisans de la censure : leur incroyable orgueil. Il y a toutes sortes de vues que je défends et pour lesquelles je suis absolument convaincu d’être dans le vrai, et même de nombreuses qui, je crois, ne peuvent raisonnablement pas être contestées.

Mais il n’y a aucune vue que je puisse tenir qui me paraissent si sacré, si objectivement supérieure, que je voudrais que l’État en interdise toute contestation et mette en prison ceux qui expriment de la dissension. Comment des gens peuvent-ils devenir si convaincus de leur propre infaillibilité qu’ils veulent s’arroger le droit le pouvoir de non seulement décréter quelles idées sont mauvaises, mais en plus utiliser la force de coercition de l’État pour faire disparaître ces idées et punir les gens pour les exprimer ?

———————————————–

mise à jour du 26 janvier 2014

Le ministre de l’Intérieur s’est exprimé sur la collaboration de Twitter avec les autorités. Le gel des données et le déréférencement des hashtags illicites est désormais bel et bien acté.

Le gel de données sans aviser les utilisateurs

« Grâce à la concertation conduite avec cet opérateur, des engagements de sa part ont pu Continuer la lecture de Manuel Valls annonce que la censure de Twitter est effective en France (maj)

Olivier Delamarche: “L’introduction en bourse de Twitter annonce la fin du marché haussier”

Le 11 novembre, Olivier Delamarche, associé et gérant de Platinium Gestion et Marc Riez, directeur général de Vega Investments, étaient reçus dans l’émission “Intégrale Placements“, face à Cédric Decoeur et Guillaume Sommerer.

“A chaque fois qu’il y a eu des introductions en bourse comme Twitter, à chaque fois ça a été la fin du marché. En 2007, on annonçait des OPA partout, on a vu ce que ça a donné en 2008. Systématiquement cela annonce la fin d’un marché haussier”.

“Nous avons gagné du temps en injectant massivement des assignats. Je lis un livre sur les années 1789-1790 où on voit les mêmes déclarations que maintenant par rapport à la planche à billets”.

“On va avoir un effondrement majeur (…). Les taux zéro et les liquidités injectées dans le système n’ont fait que créer une bulle d’actifs. On ne sait pas quand la bulle va éclater, mais on sait que plus on souffle dans le ballon plus ça fera mal quand ça éclatera”

Aurélie Filipetti, ministre de la culture, moquée sur twitter pour une faute d’orthographe.

Sur Twitter, ce dimanche 4 août, Aurélie Filippetti a apporté son soutien au journaliste Frédéric Haziza contre lequel circule une pétition lancée par l’extrême droite.

Manque de chance, sur le réseau social, son message a été éclipsé par … une faute d’orthographe. Voilà ce que publiait la ministre de la Culture ce dimanche :
Soutien total a Frederic haziza dont les attaques ont des relans abjects d avant guerre

filip

 

Sans compter l’absence d’un trait d’union, d’une apostrophe et d’un accent, la ministre de la Culture a remplacé « relents » par un « relans« . Ennuyeux pour une ministre à ce poste, d’autant plus quand elle est normalienne et agrégée de lettres classiques.

Une faute d’orthographe, cela arrive, mais il y avait là aussi un problème de grammaire. Le tweet de la ministre avait un sens inverse au propos qu’elle souhaitait tenir. « Soutien total à Frédéric Haziza dont les attaques ont des relents abjects d’avant-guerre », signifierait que les attaques proviennent du journaliste. Or, on suppose que ce n’est pas le sens que souhaite donner Aurélie Filippetti à son tweet.[…]

Le Lab

Ndlr : C’est cette même ministre qui avait déclaré le 7 juillet que :

« la lutte contre le Front National passe beaucoup par le terrain culturel »

http://www.fdesouche.com/391720-la-lutte-contre-le-fn-passe-par-la-culture

Dictature des bisoux : Un vice-président de la CNAF perd son mandat pour militantisme trop appuyé

Le parti socialiste prend ses aises et fait régner sa petite terreur. Il semblerait que Najat Vallaud-Belkacem ait eu la tête d’un cadre de la CNAF un petit peu trop critique à l’égard de la politique menée par ce gouvernement….. On a de plus en plus l’impression que ce régime dérive…. en ce qui concerne Najat Vallaud-Belkacem il faudrait lui expliquer que la France n’ a rien a voir avec le fonctionnement que pourrait avoir la monarchie marocaine.

– – – – – – – – – –

Tweeter, est-ce aussi militer ? Olivier Collas, vice-président CGPME de la CNAF, institution confiée aux partenaires sociaux pour gérer les allocations familiales, est furieux contre son syndicat, la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), qu’il accuse d’avoir cédé aux pressions de la ministre du droit des femmes, Najat Vallaud-Belkacem en lui retirant ses mandats pour cause de prise de parti sur le réseau de microblogging.

« PRESSION POLITIQUE », OU DÉRAPAGE ?

En cause : une série de tweets, postés quelques jours avant la conférence sociale du 21 juin dernier, qui réunissait partenaires sociaux et gouvernement. Le 18 juin, durant une réunion du conseil d’administration de la CNAF, M. Collas (ou l’un de ses collaborateurs ayant accès à son compte Twitter) avait posté une série de messages plutôt peu amènes à l’endroit de la ministre, dont le projet de réforme du congé parental était critiqué.(Tweets sur l’article du Monde)

Comme le confirme le cabinet de Mme Vallaud-Belkacem, cette série de tweets n’est pas passée inaperçue. « Nous avons appelé le secrétariat général de la CGPME car nous étions supris, notamment compte tenu de la confidentialité des débats » au sein du conseil d’administration de la CNAF, précise-t-on dans l’entourage de la ministre. Et le syndicat a décidé, à la suite de cette affaire, de retirer à Olivier Collas tous ses mandats. (lettre sur l’article du Monde)

Pour M. Collas, c’est une intervention claire du gouvernement dans un organisme paritaire dont la gestion est normalement indépendante de l’Etat. « C’est ce qu’on m’a dit, le secrétaire général m’a appelé vendredi pour me dire qu’il y avait une pression politique et qu’il n’avait pas le choix », assure-t-il au Monde.fr. Une version que dément la CGPME, également interrogée. Pour elle, « le mandat de la CGPME n’a pas à être politique ».

« PAS DE MILITANTISME, À PART DES TWEETS » Continuer la lecture de Dictature des bisoux : Un vice-président de la CNAF perd son mandat pour militantisme trop appuyé

TWITTER : Najat Vallaud-Belkacem réinvente la censure !

Lu sur le Courrier International

La ministre et porte-parole du gouvernement français veut prohiber les propos racistes, xénophobes et homophobes sur Twitter. Un comportement digne d’un tyran, selon ce journaliste britannique.
(…)
Censurons les chroniques gauchistes du Guardian

A aucun moment de son plaidoyer pour la censure Jason Farago ne considère la possibilité que l’Etat puisse interdire des idées que lui-même approuve et pas seulement celles qu’il désapprouve. Les partisans de la censure sont tellement convaincus de leur bien-fondé et de l’incontestable justesse de leurs opinions qu’il ne leur vient même pas à l’esprit que certaines de leurs propres opinions puissent un jour figurer sur la liste noire.

L’incroyable aveuglement de ces gens m’a toujours consterné. Comment peut-on être à ce point convaincu de sa propre infaillibilité et s’arroger le droit non seulement de décréter quelles idées sont mauvaises mais en plus d’utiliser l’autorité de l’Etat pour empêcher leur expression et punir ceux qui les professent?

L’histoire montre inlassablement que les vérités objectives et incontestables d’une génération paraissent un jour complètement absurdes, ou pires, à la génération suivante. Tous les plus grands dogmes – dont le caractère si juste et irréfutable justifiait que l’on punisse par la loi toute forme de contestation – ont fini par être démystifiés ou au moins discrédités. Il n’existe pas de formule scientifique pour déterminer ce qu’est un « discours haineux ». C’est une qualité intrinsèque et subjective.

Chaque rubrique de commentaire sur Internet le montre, y compris celle qui suit l’article de Farago et où de nombreux lecteurs conservateurs ou « New Labour » se sont empressés de noter que le véritable « discours de haine » se trouvait dans les colonnes du Guardian lorsque celui-ci critiquait Israël, les Etats-Unis ou d’autres institutions occidentales chères à leurs cœurs.

A leur sens, il faudrait commencer par censurer les chroniques gauchistes du Guardian s’il fallait interdire les propos haineux. Nul pouvoir n’est plus dangereux et plus destructeur que celui qu’exerce un Etat pour supprimer et criminaliser les opinions qui lui déplaisent.

Mariage pour tous : sur Twitter, des journalistes appellent à « saboter » la manifestation du 13 Janvier

Article de l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique

Alors qu’une grande manifestation contre le « mariage pour tous » est prévue le 13 janvier prochain, des « journalistes » (peut-on les appeler ainsi ?) appellent sur Twitter à « saboter » et à « pourrir » la « sale manif ».

Agnès Léglise, compagne d’antoine De Caune, dont le nom de famille n’est visiblement pas prédestiné, a lancé le 27 décembre la première attaque en divulguant sur son compte le mail interne (destiné au recrutement de bénévoles) des organisateurs de la « manif pour tous ». Publiant une capture d’écran du mail qu’elle a accidentellement reçu, la chroniqueuse d’Europe 1 se targue d’un commentaire cinglant : « la sale manif anti-mariage homo du 13 janvier cherche des bénévoles…notez le “ne pas diffuser sur twitter”. » Et cette dernière de renchérir en publiant cette fois le formulaire d’inscription en appelant ses abonnés à « pourrir leur truc ».

Engagée par la suite dans un vif débat avec les opposants au mariage gay, cette dernière a tenté de justifier son geste. « Je ne suis pas journaliste mais chroniqueuse. sans carte de presse mais avec opinions donc » a-t-elle précisé avant d’ajouter, avec une hypocrisie toute personnelle : « je n’ai pas appelé à pourrir la manif mais juste leur site de recrutement en ligne. » Interpellée par l’abbé Grosjean, qui lui reprochait son manque de déontologie journalistique, Agnès Léglise lui a rétorqué, avec un parti pris inquiétant : « on a voté aussi pour ça le 6 mai alors vos manifs, on s’en moque, vous ne faites peur à personne et vous n’y changerez rien. »

Un peu plus tard, cette dernière sera suivie par un apprenti journaliste, Tristan Quinault Maupoil (ex-Figaro, ex-LCP et aujourd’hui « rédacteur en chef » de la radio Fréquence ESJ), qui préviendra ses abonnés, en leur communiquant le même formulaire d’inscription interne : « Coucou Twitter : si tu veux saboter la manif anti mariage du 13 janvier, c’est par ici. »

Rappelons que la divulgation de correspondances internes est punie par l’article 226-45 du Code Pénal : « Le fait, commis de mauvaise foi, d’ouvrir, de supprimer, de retarder ou de détourner des correspondances arrivées ou non à destination et adressées à des tiers, ou d’en prendre frauduleusement connaissance, est puni d’un an d’emprisonnement et de 45000 euros d’amende. Est puni des mêmes peines le fait, commis de mauvaise foi, d’intercepter, de détourner, d’utiliser ou de divulguer des correspondances émises, transmises ou reçues par la voie électronique ou de procéder à l’installation d’appareils conçus pour réaliser de telles interceptions. »

 

 

 

Les journalistes regrettent que le coupable ne soit pas un nazi ! (Twitter)

C’est le grand sanglot des journalistes. Ils ont supputé, suggéré, théorisé mais la vérité est tombée comme un couperet sur les nuques raidies de leurs têtes bienpensantes : le salaud n’est pas celui qu’ils auraient souhaité.
Aujourd’hui la volaille qui fait l’opinion ne caquète plus. Elle titube comme un canard sans tête et fait du vent en agitant ses petite bras.
On compatit. Et on mesure bien la détresse morale dans laquelle doivent se trouver nos journalistes, qui, comme ceux du nouvel observateur, ont espéré jusqu’au dernier moment que le terroriste soit un nazi…comme le prouve les messages sur twitter qu’ils se sont échangés dés que la vérité fut révélée par les autorités.

Elle est belle la compassion avec les familles des victimes… NON ?