Archives par mot-clé : UMP

Prières de rue: Quand LR (Ex-UMP) dénonçait les outrances de Marine Le Pen.

En 2010 Marine Le Pen était la seule à dénoncer les prières de rue musulmanes. Pour les avoir comparé à une occupation, elle fut poursuivie en justice. À l’époque toute la classe politico-médiatique la désigna comme le diable. Les premiers qui sonnèrent la charge furent les membres de l’UMP et du gouvernement Fillon.

« La République française du Qatar » : Quand France Inter accuse à tord Nicolas Bay du FN….

Erreur ou manipulation? On est en droit de se poser la question quand on écoute l’émission de France Inter consacrée au livre de Bérengère Bonte. L’animateur, qui égraine les noms des personnalités du PS et de l’Ump concernées par des affaires avec le Qatar, laisse échapper le nom de Nicolas Bay en prétendant qu’il s’agit du député européen FN. Or c’est son homonyme du PS que Bérengère Bonte dénonce dans son livre. Curieusement l’auteur répond à la question sans même prendre la peine de relever son erreur.

Sur le fond les affaires que révèle ce livre sont bien plus grave pour notre démocratie comparées aux supposés emplois fictifs de Fillon et aux péccadilles administratives que l’on reproche à MLP. À quand un procès ?
voir: France-Qatar : le temps béni de la cash machine
Ecouter à partir de 2mn 38

Suite aux tweets de Nicolas Bay du FN, France inter a ajouté un erratum sur son site… mais aucun rectificatif n’a été fait à l’antenne

La Fondapol de Dominique Reynié (LR) noue un partenariat avec un site islamiste !

Article du site Islamisation

Capture-d’écran-2015-11-11-à-22.37.09

Rappel: La fondation Fondapol de Dominique Reynié a touché plus d’1 millions d’euros de subventions publiques en 2014.

Rappel: Quand la fondation Fondapol du candidat Dominique Reynié diffuse des ouvrages de théologie islamique aux députés

La Fondation pour l’innovation politique est un réservoir d’idées créé en 2004 , Continuer la lecture de La Fondapol de Dominique Reynié (LR) noue un partenariat avec un site islamiste !

Régionale Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées: J.François Fons (UMP) rejoint la liste FN de Louis Aliot.

Transfuge et non des moindres puisqu’il a été Conseiller délégué aux finances du Maire de Perpignan J.Paul Alduy lors des mandatures précédentes, Jean-François FONS (  cadre de la banque Courtois. 58 ans, candidat divers droite en 2014 à la mairie de Saleilles), qui n’est adhérent ni Au Front National ni au Rassemblement Bleu Marine, a été choisi par Louis Aliot au titre des « indépendants » pour conduire la liste frontiste aux régionales de décembre prochain qui sera quant à lui en 5ème position.

 

On devrait trouver à la 2ème place Marie-Thérèse Fesenbeck, à la 3ème Xavier Baudry et la 4ème devrait se jouer entre Catherine Pujol et Claudine Fuentès. Toujours les mêmes entendra-t-on ? On ne change pas une équipe qui gagne et surtout qui laboure le terrain depuis de longues années… Quant au reste de la liste aux positions à priori non éligibles, elle devrait compter plusieurs UMP partis en claquant la porte, avec de probable surprises… Une absence attendue, ou alors en bas de liste, celle de Clotilde Font–Gavalda, elle aussi transfuge de l’UMP qui affiche ces derniers temps une mine des plus mauvais jours et une colère persistante. L’élue perpignanaise qui « préside » le RBM des P.-O. ne semble pas trouver sa place et son caractère revendicatif ne plaide pas pour elle. Fin du suspens dans une dizaine de jours une fois que la commission nationale d’investiture aura rendu sa décision.
En cas de victoire, pas de cumul pour Louis Aliot
S’il gagne la région, le N°5 est élu, s’il a perd même avec un score important, la liste ne comptera que 4 élus sur les 13 (en plus des 2 suppléants), évitant à Louis Aliot de perdre son mandat de Conseiller Municipal et Communautaire de Perpignan auquel il est très attaché, le laissant dans les starting-blocks pour la prochaine élection Municipale parfaitement gagnable pour lui… Mais en cas de victoire, opposé au cumul, Président de Région il abandonnerait ces deux mandats ainsi que celui de Député européen. 
Un signe d’ouverture
Ami de longue date du Vice-président, l’arrivée de J.François Fons est un incontestable signe d’ouverture, avec une OPA sur l’UMP et un gage de sincérité lorsque le mouvement Le Peniste affirme avoir évolué. D’extrême-droite il ne semble pas rester grand chose, au pire faut-il à présent parler de droite radicale ou « Droite forte » si le label n’était pas déjà pris par l’UMP, avec quelques orientations revendiquées par la gauche qui n’en détient pas l’exclusivité. Pourquoi d’ailleurs s’obstiner à mettre les partis dans des cases, alors que « Les Républicains » ont comme tête de liste Régionales un homme qui s’affiche avec des positions idéologiques en tous points identiques à celles du PS, confortant Marine Le Pen et Florian Philippot dans l’utilisation de l’acronyme d’RPèS ! A en donner le tournis à la tête de liste Bernard Dupont qui ne doit plus comprendre grand chose, même si l’homme excelle plus dans l’art de gérer sa ville que dans la politique ! Peu importe puisque son directeur de campagne affirme ici ou là que c’est perdu pour eux, avec un curieux sens de la communication dont il a le secret… Effectivement, s’il ne parvient pas à inverser la tendance, le Maire-subordonné de Canet ne peut guère espérer plus de 2 sièges, les vents étant plus favorables au FN en Languedoc-Roussillon et au PS en Midi-Pyrénées.
Un Bernard Dupont qui devrait d’ailleurs quitter ses fonctions de maire-subordonné (à J.Marc Pujol Président de PMCU) dès la fin de l’année, pour redevenir simple Conseiller Municipal et Communautaire. En effet, même si l’UMP dite « Les Républicains » se prend le nouveau gadin annoncé, il ne fait aucun doute que sa tête de liste sera élue. Certes, rien n’interdit le cumul des mandats de Maire et de Conseiller régional, mais Bernard Dupont s’y est formellement engagé pendant les deux dernières campagnes Municipales : « Je serai au service des canétois à plein temps », et de marteler la promesse à l’envie au point d’en avoir fait un fil rouge de campagnes au cours desquelles la promesse a été réitérée à plusieurs reprises. Chacun le sait, le « Capitaine » Dupont est un homme d’honneur, transformé en grade honorifique de « colonel » sous le lobbying appuyé de son entourage, d’ailleurs fraîchement accueilli par ses pairs en rien justifié par des faits d’armes récents. « Je dis ce que je fais et je fais ce que je dis » se plaît-il à répéter à chaque occasion ! Il ne fait aucun doute que le maire se fera un devoir de respecter sa parole…? (Lire également NAISSANCE DE L’AIRE DE GRILLADE…ET FIN DE L’ERE DUPONT ?). Mais il paraît qu’en disant cela on « ne comprend rien à la politique », lui seul sait… Si justement tout le monde comprend les objectifs des politicards avides d’avantages divers et variés, d’honneurs et de pouvoir ! Voilà précisément où se situe le point de rupture avec les électeurs.
« L’immobilisme de ma famille politique m’a déçu »
J.François Fons qui a passé près de 40 ans dans le monde économique, il est encore à ce jour Directeur Régional d’une grande banque, explique ce choix avec un discours porté sur l’entreprise et donc l’emploi. « L’essentiel est la bonne connaissance du terrain et des PME et apporter les financements pour leur permettre de se développer et de résister ». Pour ce qui de l’engagement politique, « je n’ai jamais été prétendant et j’en suis fier. A perpignan j’étais très heureux de participer, j’ai appris vu et beaucoup de choses, avec le recul cette famille politique (l’UMP – NDR) qui était la mienne ne l’est plus. Elle m’a déçu sur l’immobilisme et je dirais la facilité et le copinage, et ça m’insupporte. Au fil des années j’ai appris à connaître Louis, et là je me dis que je suis en phase avec lui. J’aime sa manière de faire, j’aime son calme, j’aime sa détermination, il a une culture générale qui n’est pas la mienne et qui me surprend. Je n’ai jamais eu trop peur de m’engager, aujourd’hui ce n’est pas une preuve de courage, ce n’est pas la guère, quoi que… Il faut essayer de construire ensemble quelque chose de nouveau pour préserver nos progénitures et aujourd’hui c’est le moment rêvé pour faire que ce monde change. Je me sens vrai aujourd’hui et pas en train de jouer un jeu, par le passé j’étais Adjoint au Maire, je ne servais à rien, on me portait des piles de parapheurs, je disais souvent à J.Marc Pujol « mais qu’est-ce que je signe ? ». Ne t’occupes pas tu signes… Aujourd’hui j’ai passé l’âge ! ». L’homme parle de lui, évoque ses activités de banquier, peu le connaissent et c’est normal, mais le candidat devra à présent livrer sa vision du combat à mener pour sortir la Région de l’ornière dans laquelle on semble se satisfaire de la laisser, son rayonnement, son développement économique, son taux de chômage record, le 2ème de France, voilà qui ce qui devrait être le thème des débats de fond à venir.
Louis Aliot et J.François FONS
Louis Aliot et J.François FONS
« Mon adversaire c’est la gauche, la droite je ne m’en occupe pas, elle est de gauche »
Tel est l’objectif politique de Louis Aliot qui présentait le candidat samedi dernier à la presse, avec à ses côtés France Jamet qui est la Présidente Continuer la lecture de Régionale Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées: J.François Fons (UMP) rejoint la liste FN de Louis Aliot.

Le groupe FN à Sciences-Po créé avec des anciens de l’UMP, du PS et du Front de gauche

« On s’attaque à des choses qui n’ont jamais été faites, on s’attend à faire du bruit. On veut marquer. » Ainsi s’exprime David Masson-Weyl, président du Collectif Marianne lié au FN. Le jeune homme de 22 ans évoque sur RTL la future création au sein de Sciences-Po Paris d’une association d’étudiants sympathisants du Front national. Une première pour la célèbre école de la rue Saint Guillaume.

L’autre originalité de cette structure – dont la reconnaissance devra être validée par un vote des étudiants de Sciences-Po, début octobre – tient dans l’origine politique des personnes qui en sont à l’initiative : quatre étudiants en Master qui viennent du FN mais aussi de l’UMP, du PS et du Front de gauche. « J’ai rencontré Marine Le Pen en octobre 2014 et je lui ai fait part de ma volonté de lancer une antenne du FN à Siences-Po », raconte au Lab Aymeric Merlaud, adhérent frontiste et ancien candidat aux départementales en Maine-et-Loire.

Il ajoute :

A partir du moment où elle a validé cette option, j’ai commencé à travailler en sous-marin pour me rapprocher de certains militants désabusés.

Viennent ensuite Thomas Laval, ancien adhérent UMP, Antoine Chudzik, ex-Parti socialiste et Davy Rodriguez, ancien militant du Front de gauche. Tous trois sont, comme Aymeric Merlaud, étudiants en Master. Ils ont tous, depuis, adhéré au FN. « Ce ne sont pas du tout des profils d’étudiants de Sciences-Po classiques assis sur un balai mais des purs produits de la méritocratie républicaine« , confie au Lab un proche de Marine Le Pen. De fait, d’après Aymeric Merlaud, trois des quatre étudiants suscités bénéficient d’une bourse au mérite.

Encarté à l’UMP dès 2011, Thomas Laval a participé à la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. « J’étais derrière lui au meeting de Dijon », s’amuse-t-il auprès du Lab. Mais, explique-t-il, il s’est très vite interrogé sur le positionnement de son parti concernant l’Europe ou de l’immigration. Exactement comme Antoine Chudzik, adhérent au PS et membres des MJS à partir de 2011. Lui a voté Ségolène Royal lors de la primaire de la gauche. « Puis j’ai fais la campagne de François Hollande et j’ai voté pour un candidat qui promettait d’arrêter l’austérité en Europe et critiquait les hausses d’impôts menées par Nicolas Sarkozy. Et il a fait l’inverse », se justifie-t-il.

Prenant de plus en plus leurs distances avec leurs partis respectifs, les deux étudiants se découvrent une tentation frontiste. Ils décident alors de contacter Marine Le Pen.En mai Continuer la lecture de Le groupe FN à Sciences-Po créé avec des anciens de l’UMP, du PS et du Front de gauche

Propagande et manipulation : Les images cachées du Congrès des Républicains (huées, chaises vides)

Pour le lancement des Républicains, le congrès de samedi devait répondre à deux mots d’ordre : « sobriété » – scandale Bygmalion oblige – et « unité » – primaire oblige. Question image : les organisateurs avaient donc tout prévu. C’est le parti qui a fourni les images officielles de l’événement aux chaînes de télévision. Un bon moyen d’éviter de montrer ce qui n’était pas dans la ligne politique du mouvement ? L’œil du 20h était là pour le vérifier.

Si Nicolas Sarkozy a prôné le rassemblement, tous les militants ne semblaient pas du même avis. Certains ont par exemple ostensiblement hué l’ancien Premier ministre François Fillon, allant jusqu’à le qualifier de “traître ». Des mouvements d’humeur qui ont échappé aux caméras de l’ex-UMP…

Autre problème pour les Républicains, la foule de militants était plus clairsemée que prévu. Mais là encore, la réalisation maison du congrès des Républicains n’a montré que ce qu’elle voulait. En réalité, le fond de la salle était complètement vide, tout comme l’énorme tente en extérieur sous laquelle étaient diffusés les discours des ténors des Républicains.

Source

Régionales Midi-Pyrénées- Languedoc Roussillon: Dominique Reynié c’est l’autre candidat de gauche !

Communiqué de presse de JG Remise, Secrétaire départemental FN Aveyron

Il ne faut pas aller chercher bien loin afin d’entendre l’écho des militants aveyronnais de l’UMP et constater leur désarroi après la désignation de Dominique Reynié comme tête de liste UMP pour la nouvelle région Midi-Pyrénées Languedoc. Le candidat estampillé « vu à la télé » est aussi Directeur général de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol).

Qui est donc Dominique Reynié ? Un aveyronnais certes, mais qui depuis 40 ans ne connait l’Aveyron que par l’entremise de ses séjours estivaux en chemise de lin bio. Mais encore ? Il se qualifie lui-même de : fédéraliste, progressiste et libéral auquel j’ajoute celui de propagandiste d’un islam plutôt radical !

Fédéraliste, il pourfend la souveraineté au nom de la construction d’une Europe qui viendrait à dissoudre les Nations pour avancer vers le libre-échangisme le plus abouti. Ainsi en 2004, il fut l’un des grands thuriféraires du « oui » au Traité constitutionnel, blâmant les « nonistes ». Il résume assez bien sa pensée fédéraliste en mai 2009  « la souveraineté nationale ne devrait plus être en droit d’interférer avec la construction européenne » ? (infra. Revue contreverse). Problème, la souveraineté nationale c’est précisément les électeurs qui l’incarnent ! Il soutient l’entrée de la Turquie dans une tribune du Figaro, Turquie qui n’est pas géographique et culturellement dans l’Europe et pour lequel on sait qu’Ankara finance les islamistes en Syrie (Le Figaro rubrique « Débats & Opinions », 27 novembre 2004)

Progressiste, car lors du débat sur le « mariage pour tous », notamment dans une tribune du Figaro le 3 novembre 2014, Reynié ne trouvait rien à redire contre la gestation pour autrui (GPA), au motif que «la société doit privilégier la vie humaine, quelle que soit la forme de la famille qui l’accueille». Au libéral s’ajoute le libertaire, porté par un relativisme qui n’a rien à envier à la gauche.

Dominique-Reynie-TwitterDominique Reynié est Président  de la Fondapol, cercle de réflexion « libéral, progressiste et européen », financée pour partie par de l’argent public (notamment 1 132 000 Euros en 2013 par une subvention du 1er ministre socialiste J-M Ayrault). Fondapol, qui au début de l’année 2015 a fait parvenir à l’ensemble des députés deux livres dont l’un s’intitulait « Coran, clés de lecture » rédigé par Tareq Oubrou, imam de la mosquée de Bordeaux et membre de l’UOIF (proche des Frères Musulmans). Ouvrage de propagandisme subventionné par les fonds publics auprès de décideurs en charge de voter nos lois …

De tout ce qui précède une conclusion s’impose, Reynié est donc le concurrent de gauche de la tête de liste socialiste Carole Delga pour les élections régionales de Décembre 2015.

Nous souhaitons bien du courage aux électeurs UMP pour légitimer une seule des positions structurantes dans les prises de parole de Reynié. Continuer la lecture de Régionales Midi-Pyrénées- Languedoc Roussillon: Dominique Reynié c’est l’autre candidat de gauche !

A Puteaux, une candidate FN et son enfant handicapé sont expulsés par l’office municipal HLM

L’UMPS est prêt à tout mettre en œuvre pour dissuader toute forme d’opposition patriotique à sa politique totalitaire et remplaciste.

Il serait temps que les français se réveillent.


Article du Parisien

Puteaux, jeudi 21 mai 2015. Rosa Congalves s’est retrouvée à la porte de son logement d’une résidence de l’office municipal HLM de Puteaux, alors que la mesure d’expulsion était suspendue. Son avocate a obtenu sa réintégration dans les lieux
Puteaux, jeudi 21 mai 2015. Rosa Congalves s’est retrouvée à la porte de son logement d’une résidence de l’office municipal HLM de Puteaux, alors que la mesure d’expulsion était suspendue. Son avocate a obtenu sa réintégration dans les lieux

En pleine campagne électorale à Puteaux, où les municipales se rejouent le 14 juin, la mésaventure d’une candidate du Front National risque d’attiser les tensions entre les frontistes et les partisans du maire sortant.

Mercredi soir, Rosa Congalves a trouvé la porte de l’appartement où elle vit avec son fils handicapé de 24 ans condamnée, et la serrure changée par un huissier. L’expulsion de cette habitante de la résidence des Fontaines est l’aboutissement d’une longue procédure initiée par l’office municipal HLM, présidé jusqu’au 11 mai par Joëlle Ceccaldi-Raynaud (UMP), qui a perdu tous ses mandats avec l’annulation des élections 2014. «Mme Ceccaldi connaît ce dossier mais elle n’a pas donné l’ordre d’expulser puisqu’elle n’est plus présidente de l’office», assure son directeur de campagne, «Et le bail du logement n’est pas au nom de cette dame».

En effet, le fils de Rosa, déficient intellectuel, vivait dans cet appartement avec son père, décédé en 2008. «Le fils a demandé la transmission du bail à son profit à l’office HLM de Puteaux, le tribunal d’instance de Puteaux ne l’a pas permis», explique le cabinet Gallet qui défend le jeune homme, «Nous avons saisi la cour d’appel de Versailles qui a décidé en février 2013 la suspension de l’exécution du jugement du tribunal d’instance de 2012». Et la cour d’appel devait se prononcer le 2 juin sur le fond du dossier… Le cabinet d’avocats estime que l’expulsion et le changement de la serrure représentent une violation de domicile et de décision de justice, il dépose une plainte contre l’office HLM, qui est à l’origine de la demande d’expulsion, et un recours administratif contre les représentants de l’Etat qui ont autorisé l’expulsion. Pour les avocats, c’est l’éternelle histoire du pot de fer contre le pot de terre, de particuliers qui luttent contre «un gros appareil».

Pour Rosa, deuxième colistière sur la liste FN de Gérard Brazon, c’est surtout symbolique du Continuer la lecture de A Puteaux, une candidate FN et son enfant handicapé sont expulsés par l’office municipal HLM

Régionales 2015 : Le rédacteur en chef adjoint de France 3 apporte son soutien à Dominique Reynié (UMP)

Encore une belle preuve de média complice UMPS.


 

Pierre Lacombe est journaliste, il intègre France 3 Sud en 1995 et collabore pour la rédaction locale de France 3 Quercy-Rouergue à Rodez. En 1998, il rejoint la rédaction de France 3 Paris Île-de-France Centre où il effectue de nombreux reportages avant de présenter les journaux du week-end.

Il est depuis plus de 4 ans rédacteur-en-chef adjoint chez France Télévisions.

On s’étonnera de la prise de position ou plutôt du soutien clairement affiché d’un journaliste du service public à l’endroit d’un candidat, ici Dominique Reynié candidat UMP pour la région Midi-Pyrénées Languedoc Roussillon. France 3, par l’entremise de ses redactions régionales, est le principal pourvoyeur d’informations dans le cadre des élections régionales. Vous avez dit impartial …

IMG_7838

 

IMG_7840

Hollande à Cuba: Le FN rafraichit la mémoire de l’UMP

A l’UMP, plus anticommuniste que moi tu meurs…

La rencontre entre François Hollande et Fidel Castro à Cuba, a donné lieu à une série de tweets de députés UMP dénonçant avec force la connivence entre le Chef de l’Etat et la dictature communiste.

umpc

Tour à tour, Sébastien Huyghe, Daniel Fasquelle, Guillaume Larrivé, Lionnel Luca, ont bandé les muscles et joué de la tirade anticommuniste totalement hypocrite.

En effet, s’il y a bien un parti politique qui a trahi ses électeurs en se fourvoyant avec le communisme et en lui servant de marchepied électoral, c’est bel et bien l’UMP.

Nous ne rappellerons et ne dénoncerons jamais assez l’accord passé en 2009 entre Xavier Bertrand, secrétaire général de l’UMP et le Parti communiste chinois, faisant suite à l’invitation d’une délégation du parti maoïste au congrès fondateur de l’UMP en 2002.
aid-176046_0

Et puisque l’UMP a décidément la mémoire courte et l’indignation à géométrie variable, il est utile de lui rappeler la visite de François Fillon, alors Premier ministre de Sarkozy, en 2009 au Viêt Nam.

Poussant la flagornerie à son comble, François Fillon avait déposé une gerbe à l’entrée du mausolée du dictateur communiste et tueur de soldats français, Ho Chi Minh, avant de se recueillir devant son corps embaumé.

Nulle trace à l’époque d’une quelconque colère dans les rangs de l’UMP….

Repentance : L’UMP vote le vœu Front de Gauche en faveur de la reconnaissance des « massacres » de Sétif

L’UMP, une bande de lâches!. Les massacres de Sétif sont une réponse, disproportionnée, aux  massacres perpétrés par des algériens musulmans au crie d’ Allah Akbar contre des pieds noirs. Ce furent les prémisses de la révolution nationale musulmane algérienne et du djihad. voir nos vidéo et articles sur le sujet et en particulier: 
La vérité sur les massacres du 8 Mai 1945 à Sétif. (rediff vidéo)
Et aussi: Communiqué de Presse d’Historiens spécialistes de la guerre d’Algérie contre une motion du conseil de Paris à propos du 8 mai 1945 à Sétif


 

J’ai défendu un vœu en faveur de la reconnaissance des massacres, crimes d’Etat du 8 mai 1945 à Sétif, Guelma et Kherrata en Algérie.
Après amendement de l’exécutif, ce vœu a été adopté à l’unanimité. La bataille avec les associations et les historiens se poursuit pour que ce vœu se réalise.


Voici le texte adopté :
Conseil de Paris
Séance des 13, 14 et 15 avril 2015
Sur proposition de Danielle Simonnet,
Pour la reconnaissance des massacres du 8 mai 1945
Vœu adopté à l’unanimité du Conseil de Paris après amendement de l’exécutif.

Considérant que le 8 mai 1945, alors que le peuple français fêtait l’armistice, la paix retrouvée et la victoire sur le nazisme, commençaient en Algérie, à Sétif mais aussi à Guelma et Kherrata, des répressions sanglantes de manifestations nationalistes, indépendantistes et anti-colonialistes,

Considérant que ce 8 mai 1945, dans la rue principale de Sétif en Algérie, de nombreux Algériens s’étaient tout d’abord rassemblés pacifiquement pour fêter l’armistice mais aussi exiger la libération du dirigeant nationaliste Messali Hadj, et défendre « l’Algérie libre » pour laquelle ils avaient conçu un nouveau drapeau, symbole de leur lutte pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et pour l’indépendance,

Considérant que pendant plusieurs semaines, l’armée française et de nombreuses milices coloniales, composées de civils d’origine européenne, ont alors fait régner la terreur pour rétablir l’ordre colonial et défendre l’Algérie française,

Considérant que si le nombre des victimes algériennes, officiellement toutes françaises à Continuer la lecture de Repentance : L’UMP vote le vœu Front de Gauche en faveur de la reconnaissance des « massacres » de Sétif

L’Hypocrisie des bienpensants face aux propos de Robert Ménard sur les 64,6% d’enfants musulmans à Béziers.

Ce qu’il y a de bien avec les crétins des media et les tartuffes du gouvernement socialiste, c’est qu’il est nul besoin de les caricaturer, il font ça très bien eux-même.
Dans un débat essentiellement consacré au FN, le maire de Béziers, Robert Ménard a déclaré qu’il y avait 64% d’enfants de confession musulmane dans les écoles de sa ville.

Quand la propagandiste en chef Anne-Sophie Lapix lui a demandé ses sources; Robert Ménard a répondu: « Ce sont les chiffres. Le maire a les noms, classe par classe, des enfants. Je sais que je n’ai pas le droit mais on le fait. »
Bim, Bam, Boum, le coup venait de partir dans la face des bienpensants.

https://youtu.be/wDeAY2eQj3s?t=1h24m50s

Horreur! Outrage aux valeurs de la Ripouxblique. Haro sur le nazi. Toute la caste s’est engouffrée dans la torpeur de l’indignation qui lui va si bien. Sur ce creneau taubira est la meilleures de notre classe politique dégénérée.

Or Ménard n’a rien fait d’autre que révéler le basculement démographique dû au poids de l’immigration massive que nous pouvons constater ici ou là sur le territoire national.
Convaincu par le système assimilationniste, Ménard croit pouvoir aider les familles maghrébines. Il a constaté que dans sa ville, un grand nombre de parents d’élève ne maitrisent pas le français, et il considère que les recenser pourrait permettre de leur offrir des cours de langue afin de les parvenir à une meilleur assimilation:

Forcément Cette démarche ne peut satisfaire la confrérie des indignés. Pour elle, Ménard est l’archétype de l’enflure nazifiée. Il convient de le désigner à la vindicte populaire comme on le faisait à une époque lointaine avec de soit-disante sorcière.
Mais si pour la majorité des indignés cette stigmatisation relève du calcul politique, elle démontre leur hypocrisie insolente.
Car c’est souvent de cette volaille qui fait l’opinion que nous viennent les discours les plus dithyrambiques la discrimination positive et le modèle américain. ce sont eux qui sont les premiers à vouloir compter le nombre de blanc dans les cabinets ministériels comme nous l’a montré le journal de la gauche bobo libération:
CEPKWTkW0AAFJ3V

C’est aussi, par exemple, Manuel Valls qui soutient depuis de nombreuses années la mise en place de statistiques ethniques et qui, lors d’un reportage, lâche sans savoir qu’il est encore filmé : « Tu me mets quelques blancs, quelques white quelques blancos »

On pourrait citer également le sénateur Jean-Vincent Placé qui fichait les blancs du sénat. Ou alors le CSA qui trouve qu’il y a trop de blancs et pas assez de noirs à la télé. Toute cette ménagerie de faux derches organise le grand remplacement et l’impose à une population qui lui est pourtant majoritairement hostile.
Évidement cette nouvelle aristocratie se protège des désagréments du Grand Remplacement. Elle passe son temps à éviter les quartiers désignés de façon mensongère « populaire » en conrtournant la carte scolaire afin d’éviter la diversité qu’ils considèrent pourtant comme une richesse incommensurable.

Cette hypocrisie est de plus en plus flagrante. Il y a quelques années, toute la galaxie de la bienpensance était tombée sur le dos de zemmour quand celui-ci avait déclaré que la majorité des délinquants étaient noirs et arabes. Or en février dernier Jack Lang, en qualité de président de l’institut du monde arabe, a envoyé une lettre à Manuel valls dans laquelle il révélait que près de deux-tiers des prisonniers en France sont musulmans.
Là encore, compter la diversité ne gène pas la caste quand c’est fait par l’un de ses membres:
41304_6781138_160952603

Voir également Fdesouche
Quand un rapport officiel du CNESCO souligne l’écart de performance entre élèves autochtones « français de souche » et élèves immigrés (rediff.)

« Si on enlève des statistiques les enfants issus de l’immigration, nos résultats ne sont pas si mauvais. » (rediff)

Quand Dominique Reynié, candidat UMP-UDI pour les régionales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, déclare vouloir plus d’immigrés en France et en Europe. (vidéo)

Dominique Reynié fut longtemps présenté comme un politologue neutre, indépendant, sans attache politique ni même idéologique. Or il suffisait de l’écouter pour comprendre que ce pseudo intellectuel, squatter de plateaux télé, était en fait un militant UMP déguisé, directeur général de la Fondation pour l’innovation politique, un cercle de réflexion de droite. Cette pratique qui consiste à faire passer un militant pour un expert est très répandue au sein des média-complices, grands serviteurs de la propagande UMPS.
Aujourd’hui Dominique Reynié a choisi de faire son coming out politique et vient d’être investi tête de liste aux prochaines élections régionales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Il faut donc estimer son opinion et ses idées à l’aune de ce qu’il a pu déclarer lors de ses passages médiatiques en tant que « politologue ».
Ainsi donc les électeurs de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées doivent savoir que Dominique Reynié est un immigrationiste fou.

Dans une émission de C dans L’air, Dominique Reynié encourageait les hommes politiques à dire la vérité aux Français: « La France doit accueillir plus d’immigrés pour conserver son modèle économique et social ».
Pas sûr que cette velléité lui fasse gagner des voix lors de sa prochaine campagne électorale.

Nous allons devoir accueillir beaucoup plus d’immigrés, même en France parce que nous avons un déclin démographique. En Europe c’est massif, et chez nous ce sera très important. La difficulté qu’ont les politiques c’est que le seul discours qu’acceptent les français aujourd’hui, faute de préparation suffisante, c’est le discours de la régulation maximale ou de l’immigration choisie… par exemple la banque mondiale nous annonce qu’il faudra accepter 80 millions d’immigrés d’ici 2050 en Europe; au minimum; l’ONU dit 125 millions, pour maintenir un taux de cotisation si non il faut passer à la retraite à 75 ans… mais le politique qui va dire ça évidement il est balayé.

Aux prochaines élections régionales donnez raison à Dominique Reynié: renvoyez-le à ses études militantes.


125 millions d'immigrés à accueillir par martin-dupont

Pas-de-Calais : la baisse des indemnités des élus, « un acte médiatique et démagogique », rejetée par le PS

La séance plénière sur deux jours, jeudi et vendredi, avait pour objet d’organiser le fonctionnement du conseil départemental issu des urnes, les 22 et 29 mars. La demande d’une baisse des indemnités des élus a réuni la droite et le FN face à la majorité de gauche… qui n’a pas cédé un pouce de terrain.

Le ton -cassant- a été donné ce vendredi matin, au second jour d’une séance plénière destinée à organiser le fonctionnement du nouveau conseil départemental : la majorité de gauche va devoir désormais composer avec une double opposition, droite et FN, dont les arguments se rejoignent sur certains sujets « sensibles ».

Premier exemple avec la demande d’une baisse des indemnités de fonction des élus par rapport au taux maximal appliqué. Ceci pour « dépenser mieux » et « donner un signal fort aux habitants », a plaidé Hugues Sion (élu FN) en réclamant une économie de 15 %. Pour « montrer l’exemple » et aboutir à « économiser 360 000 € par an et 2,2 millions sur le mandat » avec une baisse de 10 % des indemnités, a exprimé Pierre-Henri Dumont (élu UMP).

Des amendements rejetés par la majorité de gauche. Le président du groupe socialiste, Laurent Duporge, y a vu « un acte médiatique et démagogique », une façon de « faire le buzz ». Les indemnités correspondent à ses yeux à « un salaire d’un employé de catégorie B » et « permettent de se consacrer pleinement à son mandat » pour des élus ne roulant pas sur l’or. Continuer la lecture de Pas-de-Calais : la baisse des indemnités des élus, « un acte médiatique et démagogique », rejetée par le PS

La Cour des comptes s’alarme de la politique d’asile en France

2 milliards d’Euros par an, 1% des déboutés expulsés : le rapport explosif de la Cour des comptes

Voir le document en fin d’article

Comme c’est bizarre… l’immigration ne serait plus une richesse pour la France.

Rappel: depuis 30 ans l’immigration en France c’est en moyenne 200 000 immigrés légaux/an + 110 000 illégaux/an. Soit 310 000 en 1 an.
En 5 ans Nicolas Sarkozy a fait entrer plus de 1,5 millions d’immigrés.

tracts-immigration-608

Les hauts magistrats dénoncent notamment le coût de la politique d’asile en France…

La politique d’asile en France, dont le coût avoisine les 2 milliards d’euros par an, «est au bord de l’embolie» et n’est «pas soutenable à court terme », selon un document de la Cour des comptes révélé lundi par Le Figaro.

Source

Ce document confidentiel est un «relevé d’observations provisoires», «une sorte de rapport d’étape», précise Le Figaro, alors que débute mercredi l’examen par le commission des lois du Sénat d’un projet de loi réformant le droit d’asile.Selon ce document, « la politique d’asile est devenue la principale source d’arrivée d’immigrants clandestins en France ».

Le rapport pointe «une hausse de la demande d’asile jusqu’en 2013 pour atteindre 66.251 dossiers déposés», des «délais de procédure qui s’élèvent à deux ans environ» et « une concentration des demandes sur certains territoires, en particulier l’Ile-de-France».

Les déboutés restent en France

La Cour des comptes a procédé au calcul des «dépenses totales effectuées pour les demandeurs d’asile» et conclut à une hausse de 60% en cinq ans: «pour les demandeurs d’asile, le coût global s’élèverait à 990 millions d’euros environ en 2013, contre 626 millions d’euros en 2009», soit un coût par demandeur de 13.724 euros.

Pour les déboutés, le montant des dépenses «serait équivalent à celui consacré aux demandeurs d’asile», à savoir un milliard d’euros par an et un coût moyen par débouté «allant jusqu’à 5.528 euros». De ces calculs découle une facture globale de 2 milliards d’euros par an.

La Cour souligne également que, «malgré l’obligation de quitter le territoire français (OQTF) qui leur est notifiée, seul 1% des déboutés sont effectivement éloignés». La majorité des déboutés «reste en situation irrégulière en France».

Un guichet unique recommandé

Continuer la lecture de La Cour des comptes s’alarme de la politique d’asile en France