Archives par mot-clé : université

Etudiants: Augmentation des droits d’inscription, Frédérique Vidal annonce « un triplement des bourses d’accueil » pour les étrangers

Rien ne les arrête…

Admission Post-Bac : La syndicaliste Lila Lebas s’oppose à toute sélection à l’université

Nous le disons depuis des années: soit le bac est un diplôme qui sélectionne les meilleurs élèves et alors il y aura 40% de reçu et l’université redeviendra un lieu d’excellence. Soit on continue à faire croire aux papas et aux mamans que leurs enfants sont des génies et qu’ils peuvent accéder à des études supérieures, et alors on continuera à dégringoler comme nous le faisons depuis 20ans; et seules les écoles privées seront des couveuses à élites.


Admission Post-Bac : La syndicaliste Lila Lebas (UNEF) s’oppose à toute sélection à l’université, alors que des étudiants ayant obtenu le Bac avec mention ne trouvent pas de place à l’université à cause du système de tirage au sort.

Voile à l’université : Seuls Marine Le Pen et Dupont Aignan y sont opposés

Reportage où l’on voit que la gauche est islamo-compatible, prête à céder du terrain aux islamistes. Car je le rappelle: le voile est un signe islamiste, c’est à dire la marque symbolique de l’idéologie que charrie l’islam politique.

Marine Le Pen et Nicolas Dupont Aignan sont les 2 seuls candidats qui interdiront le port du voile à l’université s’ils sont élus.
– BFM TV, 14 avril 2017, 15h46

Contre le Port du Voile à l’université : Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan
Pour le Port du Voile à la fac à condition qu’il soit discret : Jacques Cheminade
Favorables au Port du Voile à l’université : Macron, Mélenchon, Hamon, Lassalle, Poutou
Pour une décision des conseils des universités : François Fillon Continuer la lecture de Voile à l’université : Seuls Marine Le Pen et Dupont Aignan y sont opposés

Allemagne: Le violeur de l’université était un migrant irakien

Ils l’ont attrapé, le violeur de l’université. La police et le ministère public de Bochum [Rhénanie-du-Nord-Westphalie] ont convoqué mardi [6 novembre] une conférence de presse. Pour annoncer l’arrestation d’un homme qui aurait commis les deux viols à l’Université de Bochum.

À la mi-novembre, une étudiante chinoise de 27 ans avait été emmenée de force dans les fourrés et violée. En août, une étudiante avait été violée dans le même quartier. Cette victime avait été si grièvement blessée que la police avait fait intervenir la brigade criminelle.

« Nous ne pouvons pas exclure que le coupable voulait tuer sa victime« , nous avait déclaré le procureur Andreas Bachmann.

Après le crime de Bochum, une « information consulaire » avait mis en garde toutes les Chinoises contre les agressions. Continuer la lecture de Allemagne: Le violeur de l’université était un migrant irakien

Un enseignant de Paris 13 démis pour avoir menacé de ne plus faire cours devant une étudiante voilée

Un enseignant de l’université Paris 13 Villetaneuse qui menaçait de ne plus faire cours devant une étudiante voilée a été déchargé de son enseignement, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

L’incident a eu lieu lundi 2 février. Ce jour-là, l’enseignant, chargé de cours depuis 1987 dans cette université au nord de Paris, dispense un cours de droit des assurances à une quinzaine d’étudiants en master 2 de droit des affaires. Parmi eux, assise au premier rang, une étudiante voilée.

Hostile «au port de signes religieux dans l’espace public»

Remarquant la présence de l’étudiante voilée, il exprime son hostilité «au port de signes religieux dans l’espace public», sans s’en prendre directement à l’étudiante, a raconté un étudiant qui a souhaité garder l’anonymat.

«Il nous a dit qu’il avait grandi à Sarcelles, il a fait l’éloge du multiculturalisme mais il a aussi dit qu’il ne supportait pas l’affichage de signes religieux et qu’il ne s’attendait pas, après Charlie, à devoir faire cours devant une étudiante voilée», a ajouté cet étudiant, précisant que la jeune femme n’est pas «prosélyte».

Quatre étudiants ont alors pris sa défense, reprochant au professeur une prise de position «idéologique» sans rapport avec l’objet du cours, qui s’est ensuite poursuivi normalement.

Après cet incident, rapporté à la direction par plusieurs élèves indignés par «l’humiliation» infligée selon eux à leur camarade, l’enseignant a écrit à la responsable du master pour lui signifier son intention de ne plus faire cours devant une étudiante voilée.

Refus de «donner cours face à un visage voilé»

Anticipant qu’il devrait sans doute se «résoudre à ne plus donner de cours dans cette université ou ailleurs», il concluait ainsi son mail: «Si sa liberté à elle est de porter le voile en tout lieu, la mienne est de refuser, dans mon pays, au regard de notre histoire et de notre culture, de donner un cours face à un visage voilé».

Vendredi, la responsable a annoncé aux étudiants que cet enseignant «ne terminera(it) pas son cours de droit des assurances» et qu’un remplaçant lui serait trouvé.

Suspendu

Continuer la lecture de Un enseignant de Paris 13 démis pour avoir menacé de ne plus faire cours devant une étudiante voilée

Ils prient aux yeux de tous dans l’enceinte de l’université

Lu sur le Dauphiné.com

Le mot laïcité a-t-il encore un sens pour une petite partie des étudiants de l’université d’Avignon ? Apparemment non.

Depuis plusieurs mois déjà, plusieurs d’entre eux, de confession musulmane, ont été surpris en train de prier dans l’enceinte même de la faculté. « Une fois, j’étais à la bibliothèque et d’un coup j’ai entendu des chants en arabe. Je les ai vus qui priaient en bas du bâtiment. J’ai vu qu’un copain à moi était dans le groupe alors je lui ai demandé “vous avez fait la prière ou quoi ?”. Il m’a répondu sèchement en me disant qu’il n’y avait rien de drôle », confie un étudiant en droit. Un témoignage parmi d’autres.

Joint hier, Emmanuel Ethis, président de l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, confirme que « c’est arrivé plusieurs fois cette année. Il y a eu des prières qui se sont faites dans des lieux reculés ». Derrière les bâtiments, sous des escaliers… Et Emmanuel Ethis de s’étonner « qu’il puisse y avoir ce type de comportement. C’est bizarre de rappeler les valeurs de la laïcité à des personnes qui ont plus de 18 ans ».

Des salles de cours serviraient de lieu de prière collective

À l’heure actuelle, aucune sanction n’a été prise. « Ceux que j’ai rencontrés en train prier ont cessé immédiatement en me disant qu’ils comprenaient pourquoi. Il faut savoir que l’université n’est pas hors du monde. Elle suit les courbes d’évolution de la société », observe le président de la fac.

D’après nos informations, il ne s’agirait en aucune façon d’un épiphénomène avec quelques cas isolés. Il est arrivé que des salles de classes mises à la disposition des étudiants la journée, pour ceux qui souhaitent travailler, soient détournées de leur but pour y accueillir des séances de prières collectives.

L’affaire est prise très au sérieux en préfecture. Au point qu’une réunion a eu lieu Continuer la lecture de Ils prient aux yeux de tous dans l’enceinte de l’université

Les grandes écoles bientôt toutes soumises au diktat de la théorie du genre

Lu sur Novopresse

Le journal des grandes écoles s’est récemment fait l’écho des premières rencontres sur l’éducation « Femmes‑Hommes » dans l’enseignement supérieur, en novembre dernier. Elles précédaient une formation, prodiguée par le gouvernement, des responsables en ressources humaines des grandes écoles sur l’introduction de la théorie du genre auprès des étudiants. Le ministère de l’Enseignement supérieur est aidé dans son entreprise par l’association anglo‑saxonne « SocialBuilder », financée par des entreprises et des fonds de l’Union européenne.

La théorie du genre regroupe de nombreux travaux et écoles différentes et contradictoires. Comme toute pensée novatrice, elle comporte par ailleurs des éléments stimulants pour la réflexion. Mais c’est le courant radical de cette théorie, porté par la philosophe américaine Judith Butler (photo), qui occupe aujourd’hui en France le terrain idéologique.

Enseigner la théorie du genre participe donc d’une entreprise idéologique. Derrière la dénonciation des inégalités des sexes, il s’agit d’une stratégie savamment menée, à laquelle préside toute une vision construite et cohérente du monde.

Cette stratégie touche tous les domaines de la vie et du savoir – la linguistique, les arts, les sciences positives, l’économie et la spiritualité. On y promeut un individu sans attaches, isolé de ses semblables, refusant toute influence alors que son identité est construite avec autrui ; ses désirs individuels sont projetés comme normes sociales. Nul ne s’étonnera que, loin d’être un outil du projet de loi sur le « mariage pour tous », la théorie du genre radicale en est au contraire l’architecte.