Archives par mot-clé : Vel d’Hiv

I-Média– Rafle du Vel d’hiv : un petit tour de point Godwin

Une émission présentée par Jean Yves Le Gallou et Hervé Grandchamp. A la une de I-Média cette semaine, la rafle du Vel d’hiv : un petit tour de point Godwin.

« Dérapage », « révisionnisme », et même « négationnisme », les journalistes se sont emballés après les propos tenus par Marine Le Pen concernant la responsabilité de la France lors de la rafle du Vel d’hiv. Dans un réflexe pavlovien, les commentateurs ont oublié que, la présidente du Front National n’a fait que défendre une thèse qui était encore officielle jusqu’en juillet 1995 : la France en 1940 était à Londres ou dans le maquis. Une fois de plus, les médias pourrissent la campagne : après avoir taillé un costard à Fillon ils en reviennent à la bonne vieille diabolisation du Front National.

Le Zapping d’I-Média

S’il devait voter, Théo, 10 ans, donnerait sa voix à Emmanuel Macron car il a les yeux bleus. Quand RMC Découverte utilise la jeunesse, la chaine emploie les mêmes méthodes que les régimes totalitaires : la diffusion de la propagande par les enfants. Continuer la lecture de I-Média– Rafle du Vel d’hiv : un petit tour de point Godwin

Nouvel échange tendu entre Anne-Sophie Lapix et Florian Philippot

Si vous ne savez pas ce qu’est la haine. Si vous ne savez pas comment se comporte un journaliste au service du pouvoir qui le paie. Si vous ne savez pas ce que deviendra la liberté dans une France gouvernée par Mélenchon…. alors regardez le comportement de l’inculte Anne-Sophie Lapix.

J’ai 42 ans, et je n’ai jamais vu cela! Le débat public en France est devenu sur-réaliste et franchement infâme. Quand les patriotes prendront le pouvoir, que ce soit cette fois ou dans cinq ans, ils devront faire le ménage dans les écoles de journalisme, la justice, l’éducation nationale, les média, les associations, la culture…. pour rétablir enfin la liberté que j’ai connu plus jeune.

Marine Le Pen: J’aimerais qu’on parle de l’antisémitisme islamiste : je pense notamment à cette femme de 70 ans défenestrée à Paris.

Excellente interview de Marine Le Pen. En matière d’antisémitisme les journalistes devraient rappeler s’ils étaient honnêtes les manifestations pro-palestiniennes aux slogans antisémites auxquelles participaient les verts et mélenchon.(1)

(1) Lire: Parti de gauche et antisémitisme: Mélenchon en pleine dérive?

Si vous n’avez pas le temps d’écouter l’intégralité de cette interview lisez au moins les Tweets qui suivent. C’est pour ça et on ne bosse pas bénévolement pour des prunes!:


Continuer la lecture de Marine Le Pen: J’aimerais qu’on parle de l’antisémitisme islamiste : je pense notamment à cette femme de 70 ans défenestrée à Paris.

Repentance : le Crif dénonce les « propos révisionnistes » de Marine Le Pen sur le Vel d’Hiv

Marine Le Pen a raison. La République avait été abolie. La France était occupée. Les fonctionnaires obéissaient à l’occupant qui était devenu le maître du pays.
La France était à Londres. C’est cette vision de l’Histoire qui a présidé jusqu’à Chirac. Et ce grand gland nous a jeté dans la tourmente de la repentance.

Lire la réponse de Marine le pen


Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) « dénonce« , dans un communiqué, les propos de Marine Le Pen, dimanche 9 avril. La candidate du Front national a jugé, dimanche lors de l’émission le Grand jury RTL-LCI-Le Figaro, que la France n’était « pas responsable » de la rafle du Vel d’Hiv en 1942 à Paris.

 

Par ces propos, Marine Le Pen s’inscrit dans la tradition vichyste et collaborationniste de son père.

« Le Crif dénonce des propos révisionnistes qui dévoilent le véritable visage du Front national« , explique le communiqué. Le Crif juge ces déclarations comme « une insulte à la France, qui s’est honorée en 1995 à reconnaître sa responsabilité dans la déportation des juifs de France et faire face à son histoire, sans mémoire sélective« .

Jacques Chirac avait reconnu, en juillet 1995, la responsabilité de la France au cours de la rafle du Vel d’Hiv où plus de 13 000 juifs avaient été arrêtés. Continuer la lecture de Repentance : le Crif dénonce les « propos révisionnistes » de Marine Le Pen sur le Vel d’Hiv

Le gouvernement de Vichy et la rafle du Vel d’Hiv

Il y a 15 ans, le 16 juillet 1995, le président de la République d’alors, Jacques Chirac, prononçait un discours extrêmement important, dans lequel il reconnaissait la responsabilité de la France dans la persécution des Juifs pendant l’occupation. Si, bien entendu, on ne peut que se réjouir de cette prise de responsabilité par le plus haut représentant de l’Etat, un acte qui était attendu de longue date par la communauté juive, les circonstances de cette allocution ont malheureusement aggravé les confusions existant déjà dans le grand public, et même chez nombre d’historiens, en ce qui concerne le rôle du régime de Vichy dans la rafle du Vel d’hiv.

Prenons un seul exemple de ces confusions : l’historien Henry Rousso, pourtant spécialiste de la question de l’occupation, dans un « Que sais-je » consacré au régime de Vichy (n° 1720, Puf, 2007, p. 91) confond (involontairement?) les accords que René Bousquet, secrétaire général de la police réalise avec le chef de la gestapo en France, Karl Oberg, début août 1942, accord concernant les questions policières, et d’autre part les négociations entre les deux mêmes hommes un mois plus tôt à propos de la volonté allemande de réaliser une grande rafle de Juifs. Ainsi, si l’on en croit Rousso, le responsable de la police de Vichy accepte la participation des policiers français aux arrestations des Juifs en juillet 1942 en échange d’un renforcement de l’autorité de l’Etat français. La chronologie montre, de toute évidence, que cela est faux, mais il est si tentant pour certains de changer la chronologie pour adapter les faits aux idées reçues.

Ce 16 juillet 2012, nous marquons les soixante-dix ans de la rafle du Vel d’Hiv, au cours de laquelle près de 13 000 hommes, femmes et enfants furent arrêtés et, pour la plupart, déporté ensuite vers Auschwitz où ils furent assassinés. S’il est essentiel de préserver la mémoire de cet événement et le souvenir des victimes, n’est-il pas temps enfin de sortir des idées reçues, des clichés et des raccourcis plus qu’inexacts, pour proposer une vraie confrontation avec les événements historiques tels qu’ils se sont déroulés?

Cependant, les idées reçues sont tellement ancrées en ce qui concerne l’application de la Solution finale en France que je ne pourrais pas, dans un seul article, corriger l’ensemble des déformations qui se sont accumulées au cours des années. Car dès que l’on tente de se confronter à la réalité historique sans idées préconçues, le premier élément qui frappe l’historien est la complexité des choses. Expliquer simplement des faits compliqués n’est pas une tâche facile, et c’est pourquoi je me contenterai ici de répondre à quelques questions de base qui, je l’espère, éclaireront un petit peu ce qui s’est réellement passé en juillet 1942 à Paris.

1 Qui décide d’organiser la rafle?

Le 11 juin 1942 a lieu à Berlin une réunion convoquée par Eichmann, au cours de laquelle il est décidé que le RSHA (SS-Gestapo) déporterait de France vers l’Est 100.000 juifs en 1942. Il s’agit d’un changement important puisque, jusqu’à cette date, il n’était prévu de déporter que 5000 Juifs de France cette année-là. Ces 100.000 Juifs doivent être valides pour le travail, et doivent donc avoir entre 16 et 50 ans. En effet, à cette période, seuls des « travailleurs » sont déportés vers Auschwitz.

Le représentant en France d’Eichmann, Théo Dannecker, décide, dans un premier temps, de déporter 40.000 Juifs de zone nord, l’arrestation de Juifs de zone sud devant faire l’objet de négociations avec le Gouvernement de Vichy, puisque les nazis n’ont pas d’autorité en zone non occupé. Dannecker décide de faire arrêter des Juifs adultes en Province dans la Zone occupée, et d’organiser une rafle en région parisienne qui permettra d’arrêter 22.000 Juifs adultes. Il prévoit que 40 % de ces Juifs destinés à être arrêtés dans le département de la Seine seront des Juifs français, le reste étant des Juifs étrangers.

 

2 Qui doit faire les arrestations?

Depuis 1941, les Allemands utilisent directement la police française en zone nord pour arrêter les Juifs. Lors de la première rafle parisienne, en mai, les représentants de Vichy à Paris avaient été prévenus à l’avance mais ensuite, en août et en décembre 1941, les autorités d’occupation s’étaient servies directement de la police parisienne sans demander l’avis de Vichy. Cette utilisation directe de la police est facilitée par deux éléments.

Depuis septembre 1940, les mesures prises par les Allemands contre les Juifs sont présentées par eux comme des mesures de sécurité qui rentrent dans le cadre des accords d’armistice et de la convention internationale gérant les territoires occupés. La police et la gendarmerie de zone nord ont donc pris l’habitude d’obéir aux consignes allemandes vis-à-vis des Juifs. Le deuxième élément est que Vichy ne s’est pas vraiment opposé à cette interprétation abusive des règles de l’occupation. D’une part parce qu’il est le « maillon faible » dans la négociation et préfère souvent (également dans d’autres domaines) influer sur le cours des choses plutôt par la ruse que par le conflit direct. D’autre part du fait que pour Vichy, pour la police comme pour les Français en général, la question juive n’est pas une question prioritaire ou centrale (il nous faut oublier notre période actuelle du « tout humanitaire » et ne pas projeter nos vues contemporaines sur le passé. En cette période, le sort de populations en difficultés, particulièrement un groupe minoritaire comme les Juifs, n’intéresse pas vraiment les gouvernements comme les populations).

On comprend donc que fin juin 1942, les Allemands ont à la fois l’intention et les moyens de réaliser la rafle projetée. Il est donc infondé de prétendre que sans l’acquiescement de Vichy, la rafle n’aurait pas eu lieu.

 

3 Les réactions du gouvernement de Vichy.

Dans un premier temps, fin juin, la réaction de Vichy aux intentions allemandes est double. En ce qui concerne la zone libre, Laval informe le conseil des ministres qu’il répondra négativement à la demande de transfert de Juifs vers la zone nord aux fins d’évacuation vers l’Est. En ce qui concerne les arrestations de Juifs en zone nord, Laval réserve sa réponse, mais elle apparaît très bien dans les propos de Leguay, délégué de Bousquet à Paris, à Dannecker le 29 juin: le gouvernement français n’est pas prêt à assumer la responsabilité de ces arrestations. La raison apparaît au détour d’une phrase : si les rafles concernaient les éléments « indésirables », les choses pourraient être envisagées différemment. Quels sont donc les éléments « indésirables » dont parle le délégué de Vichy? Il s’agit en réalité des Juifs étrangers, particulièrement des Juifs apatrides.

En fait, Vichy cherche depuis un an et demi à se débarrasser des Juifs étrangers de zone sud pour les envoyer vers le continent américain. Par xénophobie et antisémitisme, et également par souci d’alléger ses soucis économiques. Mais ces tentatives ont été systématiquement bloquées par le gouvernement des Etats-Unis, par peur de ce qu’il considérait être une « invasion juive » des Amériques.

C’est dans ce contexte qu’en quelques jours se réalise un accord, négocié par Bousquet avec Oberg entre le 2 et le 4 juillet, et confirmé par Laval lui-même dans l’après-midi du 4 juillet. Quels en sont les points? Les Allemands, à la demande de Vichy, acceptent que ne soient arrêtés dans la rafle que les Juifs apatrides (essentiellement les Juifs anciennement allemands, autrichiens, polonais et soviétiques). Les autres Juifs, notamment les Juifs français, ne seront pas visés par la rafle. En échange, Vichy s’engage à livrer 10.000 Juifs apatrides de zone sud, et à superviser la police parisienne lors de la rafle prévue pour la mi-juillet. Ainsi Vichy accepte d’être officiellement impliqué dans la rafle, mais a obtenu en échange la protection des Juifs citoyens français, même en zone nord, ainsi que d’une partie des Juifs étrangers. Nous allons en voir les conséquences. Mais avant cela, il nous faut aborder la question des enfants.

 

4 Laval et les enfants juifs.

Parmi les idées reçues sur le rôle de Vichy dans la rafle du Vel d’hiv, la question des enfants pèse d’un grand poids. Revenons à Henry Rousso : « Alors que les nazis n’exigent pas encore les enfants, Vichy les livre de surcroît« . A l’appui de cette affirmation, les « accusateurs » citent un rapport de Dannecker à Eichmann daté du 6 juillet 1942, résumant une conversation du 4 juillet : « Le président Laval demande que, lors de l’évacuation de familles juives de la zone non occupée, les enfants de moins de 16 ans soient emmenés eux aussi. Quant aux enfants juifs qui resteraient en zone occupée, la question ne l’intéresse pas« .

Une première remarque importante : nous n’avons pas ici les paroles de Pierre Laval lui-même, mais la manière dont elles sont rapportées deux jours après et dans une autre langue, en allemand. Mais même en supposant qu’elles représentent plus ou moins ce qui a été dit par Laval, il n’y a là aucune conséquence en ce qui concerne la rafle du Vel d’hiv. De quoi parle Laval ? Du fait que les Allemands veulent appliquer les critères de la rafle (Juifs adultes entre 16 et 49 ans) aux Juifs apatrides de zone sud qui doivent être livrés par Vichy. Mais Laval n’est pas d’accord. De la même façon que lorsqu’il a proposé aux Américains d’évacuer les Juifs étrangers de zone sud, il s’agissait de faire partir l’ensemble des familles, de la même façon, si la direction n’est plus l’Amérique mais l’Est de l’Europe, ce sont les familles qui doivent partir, et pas seulement les adultes. Car pour Laval, qui début juillet 1942 n’a aucune possibilité de savoir ce qui se passe réellement à Auschwitz, il s’agit seulement de la continuité d’une même politique (se débarrasser des Juifs étrangers de zone sud) par d’autres moyens (les envoyer vers l’Est et non vers l’Ouest). La réalité du sort des Juifs après leur « réinstallation » lui est d’ailleurs sans doute plutôt indifférent, même s’il est difficile de savoir quelle aurait été sa réaction s’il avait su à l’avance le terrible sort qui leur était réservé.

Par contre, poursuit la citation de Laval par Dannecker, ce qui se passe en zone nord n’est pas de sa compétence, et si les Allemands ne veulent déporter que les adultes pouvant travailler, c’est leur problème! On le voit, rien dans ce texte ne permet de lier la responsabilité de Laval avec l’arrestation et la déportation des enfants Juifs pendant la rafle de zone nord, la rafle du Vel d’hiv. Les archives allemandes nous en fournissent d’ailleurs la preuve. Trois jours après cette déclaration de Laval à Dannecker, le 7 juillet, a lieu la première réunion de coordination entre les autorités policières françaises et allemandes pour organiser la rafle. Les instructions restent les mêmes en ce qui concerne l’âge des personnes à arrêter : de 16 à 50 ans. Si les paroles de Laval trois jours plus tôt avaient changé la donne, cela aurait dû apparaître immédiatement dans les instructions concernant les arrestations. Pourtant, nous savons que les enfants ont été arrêtés et déportés. Alors que s’est-il passé?

 

5 Les conséquences imprévues des exigences françaises.

C’est le 10 juillet seulement que dans un télégramme urgent envoyé à Eichmann, Dannecker propose que les 4000 enfants qui resteront sûrement du fait de la rafle puissent être évacués aussi vers l’Est. Le prétexte invoqué est celui que les organismes sociaux, que ce soit l’Assistance publique ou l’Ugif (l’organisation juive contrôlée par les nazis), ne pourront prendre en charge autant d’enfants. Cependant, cette demandeà Berlin doit être liée à deux autres événements. Dès le lendemain, le 11 juillet, on remarque dans les instructions en vue des arrestations un glissement en ce qui concerne l’âge. Il ne s’agit plus des adultes de 16 à 50 ans, mais la limite supérieure est reportée à 60 ans pour les hommes et à 55 ans pour les femmes. Or cet élargissement des tranches d’âge semble être une initiative locale et non une instruction de Berlin. Pour la première fois, on précise également que les enfants seront arrêtés en même temps que les parents, tout en signalant qu’ils seront remis aux mains de l’assistance publique au Vel d’hiv. Deuxième évènement, le télégramme envoyé le 14 juillet à Berlin par la Gestapo de Paris où il est écrit qu’à la suite de l’accord conclu avec le gouvernement français, seuls les Juifs apatrides seront arrêtés : « Il s’ensuit que le nombre de personnes à appréhender se trouve très considérablement réduit (en particulier en province)« . En conséquence la Gestapo de Paris informe Berlin de l’annulation des trains prévus en province, ce qui va rendre furieux Eichmann du fait de » la perte de prestige » du RSHA face au ministère des transports.

Il semble qu’entre le 10 et le 14 juillet, avant même le déclenchement de la rafle, les spécialistes de la question juive à Paris s’aperçoivent des conséquences, problématiques pour eux, de l’accord conclu avec Vichy. En réduisant « la cible » aux seuls Juifs apatrides, il n’est pas possible d’atteindre les objectifs prévus. Effectivement, lorsque la rafle est déclenchée, le 16 et le 17 juillet 1942, alors qu’on escomptait appréhender 22.000 Juifs adultes entre 16 et 50 ans, il n’y aura que 9037 Juifs de plus de 16 ans, soit à peine plus de 41 % de ce qui était prévu. On comprend pourquoi il devient indispensable, du point de vue des nazis, de déporter également les enfants, ce qui ajoute encore 20 % de déportés potentiels. C’est donc parce que les Allemands ont accepté à la demande de Vichy de n’arrêter que les Juifs apatrides qu’ils vont décider de déporter également les enfants de ces Juifs apatrides, tout simplement pour « faire du chiffre ».

 

Je n’ai pas pu, bien entendu, entrer dans toutes les questions et dans tous les détails de ces journées terribles de juillet 1942, mais la conclusion est claire, et peut se résumer ainsi :

–          La décision d’organiser la rafle est une décision allemande, et le cadre des arrestations a été prévu par la Gestapo-SS. La police parisienne s’est contentée d’obéir à ces instructions, comme cela avait été le cas lors des rafles de 1941.

–          Le gouvernement de Vichy a accepté de jouer un rôle actif dans ces arrestations pour deux raisons : limiter les arrestations aux Juifs apatrides, afin que les Juifs français ne soient pas touchés, et se débarrasser eux-mêmes d’un certain nombre de Juifs étrangers qui se trouvent en zone sud.

–          Vichy, et en particulier le chef du gouvernement, Laval, n’a pas demandé que l’on arrête et que l’on déporte les enfants de Juifs apatrides lors de la rafle du Vel d’hiv. Il a seulement imposé que les Juifs apatrides de zone sud soient livrés par familles entières, et pas seulement les adultes, question qui n’est pas liée avec la rafle du Vel d’hiv.

–          En conséquence de la limitation des arrestations aux seuls Juifs apatrides, les Allemands ont dû supprimer des déportations de province, et la rafle du Vel d’hiv n’a pas atteint l’objectif qu’ils avaient espéré.

–          Pour combler le manque de personnes arrêtées, les Allemands ont décidé de déporter également les enfants arrêtés lors de la rafle du Vel d’hiv, au lieu qu’ils soient confiés à l’Assistance publique et à l’UGIF.

–          Vichy a donc été complice de la rafle, et non son initiateur. Mais cette complicité a, paradoxalement, limitée les dégâts, en limitant le nombre d’arrestations. Bien sûr, cette conséquence n’avait pas été volontaire, et Vichy n’avait sans doute pas plus réfléchi à cela que les nazis eux-mêmes. Son but était, d’abord et avant tout, de protéger les Juifs français, y compris ceux de zone occupée. Comme l’écrivait déjà le grand historien américain Raoul Hilberg dans son ouvrage central sur la Shoah : « Quand la pression allemande s’intensifia en 1942, le gouvernement de Vichy se retrancha derrière une seconde ligne de défense. Les Juifs étrangers et les immigrants furent abandonnés à leur sort, et l’on s’efforça de protéger les Juifs nationaux. Dans une certaine mesure, cette stratégie réussit. En renonçant à épargner une fraction, on sauva une grande partie de la totalité« . (La destruction des Juifs d’Europe, Gallimard, Folio histoire 2006, p. 1122-1123).

 

Finalement, le seul mystère qui reste non résolu est celui d’expliquer pourquoi, de Serge Klarsfeld à Henry Rousso, l’historiographie française s’entête dans un récit extrême noircissant Vichy en contradiction avec les faits historiques? L’auteur du « Syndrome de Vichy » devrait peut-être se livrer à une auto-analyse?

 

texte d’Alain Michel, auteur de Nombreuses publications dont :
« L’étoile et la francisque – des institutions juives sous Vichy », Le Cerf 1990.
« Racines d’Israël – 1948, plongée dans 3000 ans d’histoire », Autrement, 1998, réédition 2003.
« Bobrek, un sous-camp d’Auschwitz », Yad Vashem, 2010.

Florian Philippot : Montebourg a laissé tomber le protectionnisme. (France Info)

Première économie de la zone euro, l’Allemagne est le pays qui verse le plus d’argent pour alimenter les prêts internationaux aux pays en difficulté. Actuellement, l’Allemagne est exposée à hauteur de 350 milliards d’euros via les prêts accordés aux quatre pays sous perfusion (Grèce, Irlande, Portugal, Espagne). Si tous les États en difficulté faisaient faillite, le pays perdrait l’équivalent de 12 % à 14 % de son produit intérieur brut (PIB).

L’ Allemagne est une puissance exportatrice sans équivalent en zone euro. Problème, 40 % de ses ventes industrielles à l’étranger sont à destination de la zone euro.

Aujourd’hui l’agence de notation Moody’s menace de dégrader l’Allemagne et son triple « A ». À force de vouloir sauver l’euro et les banques, à grands coups de renflouements inutiles, on va finir par tirer l’Allemagne au fond du gouffre dans lequel nous nous dirigeons….

Florian Philippot, vice-président du Front National, était l’invité de la matinale de France Info. Il insiste sur la nécessité d’instaurer des règles protectionnistes et en finir avec la monnaie unique….

En ce qui concerne le plan de soutien à la filière automobile, Florian Philippot suggère que l’État achète des parts du groupe PSA, « qui ne vaut plus que 2,5 milliards d’euros ». Florian Philippot est également interrogé sur le discours de François Hollande lors des commémorations du 70e anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv.

À écouter:

Rafle du Vél d’Hiv : les sept erreurs de François Hollande

Dans son discours de ce dimanche 22 juillet 2012, en commémoration de la rafle du Vél d’Hiv (16 juillet 1942), le président de la République française a commis sept erreurs d’Histoire.

Les voici dans l’ordre d’apparition, explicitées par l’historien franco-israélien Alain Michel :

[voir aussi : Le discours de François Hollande    le blog d’Alain Michel]


1 – François Hollande : Une directive claire avait été donnée par l’administration de Vichy : «Les enfants ne doivent pas partir dans les mêmes convois que les parents».

AM : La manière dont François Hollande présente les faits (la séparation des enfants de leurs parents dans les camps du Loiret avant la déportation) est doublement erronée.

Tout d’abord il ne s’agit pas d’une directive du gouvernement collaborationniste de Vichy. L’organisation de la déportation se déroule dans un dialogue et une coopération entre l’administration policière de la «zone occupée» et les autorités allemandes, plus précisément les représentants d’Eichmann à Paris. Il n’y a aucune intervention de Vichy sur cette question.

De plus la décision de déporter les enfants vient des Allemands et la séparation des parents et des enfants découle de leur besoin de faire partir les convois alors qu’ils n’ont pas encore l’autorisation de Berlin d’envoyer les enfants. Pour résumer, la police de la «zone occupée» applique des directives allemandes.


2 – François Hollande : Je tiens à rappeler les mots que le Grand rabbin de France Jacob Kaplan adressa au maréchal Pétain en octobre 1940, après la promulgation de l’odieux statut des Juifs : « Victimes, écrivait-il, de mesures qui nous atteignent dans notre dignité d’hommes et dans notre honneur de Français, nous exprimons notre foi profonde en l’esprit de justice de la France éternelle… »

AM : Première précision, Jacob Kaplan n’est pas Grand rabbin de France, il ne le deviendra qu’en 1954.

Mais surtout, la déclaration d’attachement patriotique de Jacob Kaplan n’a rien à voir avec la rafle de 1942. D’une part du fait que la Solution finale n’existe pas encore en 1940 et ce qui préoccupe alors Jacob Kaplan est l’antisémitisme français ; d’autre part, parce que, sous la pression du gouvernement de Vichy, aucun adulte français (ou d’origine algérienne) n’a été arrêté lors de la rafle de juillet 1942, alors que Jacob Kaplan, dans sa déclaration d’amour à la France, s’exprime au nom des Juifs français et d’eux seuls.


3 – François Hollande : La vérité, c’est que la police française, sur la base des listes qu’elle avait elle-même établies, s’est chargée d’arrêter les milliers d’innocents pris au piège le 16 juillet 1942. C’est que la gendarmerie française les a escortés jusqu’aux camps d’internement. La vérité, c’est que pas un soldat allemand, pas un seul, ne fut mobilisé pour l’ensemble de l’opération.
La vérité, c’est que ce crime fut commis en France, par la France.

AM : Il y a une confusion dans le fait que la police française de la «zone occupée» a établi des listes en octobre 1940 sur demande allemande et non de sa propre initiative comme la phrase semble le suggérer.

Effectivement, les soldats allemands ne seront jamais mobilisés en France pour arrêter des Juifs. La Gestapo sait bien avant la rafle qu’elle peut compter sur la police de la zone nord, qui lui obéit du fait de l’application de la convention de la Haye et de la convention d’armistice. Plus de 8.000 Juifs ont déjà été arrêtés en 1941 dans la région parisienne et les Allemands se sont toujours servis de la police française pour ces rafles.

Pour résumer, François Hollande aurait pu dire : «La vérité, c’est que ce crime fut commis en France par les nazis avec la complicité de la police et de l’administration française».


4- François Hollande : L’honneur fut sauvé par les Justes, et au-delà par tous ceux qui surent s’élever contre la barbarie, par ces héros anonymes qui, ici, cachèrent un voisin ; qui, là, en aidèrent un autre ; qui risquèrent leurs vies pour que soient épargnées celles des innocents. Par tous ces Français qui ont permis que survivent les trois quarts des Juifs de France.

AM : Cette affirmation est incomplète dans la mesure où ce ne sont pas seulement les Justes et les héros anonymes qui ont sauvé les trois quarts des Juifs de France, mais aussi l’action et les choix politiques du gouvernement de Vichy qui, en tentant de protéger les Juifs français (et en abandonnant à leur sort les Juifs d’origine étrangère), a considérablement ralenti la machine de destruction allemande (voir les historiens Léon Poliakov et Raul Hilberg).


5- François Hollande : L’honneur de la France était incarné par le général de Gaulle qui s’était dressé le 18 juin 1940 pour continuer le combat.

AM : Il ne convient pas, dans une cérémonie consacrée à la persécution des Juifs, de citer le général de Gaulle qui n’a rien dit et rien fait pendant la Seconde Guerre mondiale pour encourager les Français à sauver les Juifs.


6 – François Hollande : L’honneur de la France était défendu par la Résistance, cette armée des ombres qui ne se résigna pas à la honte et à la défaite.

AM : De même, la Résistance en tant qu’organisme n’a rien fait et rien dit pour sauver les Juifs ou encourager à les sauver, à l’exception de Témoignage chrétien et des Mouvements de résistance juifs (communistes et communautaires). Certes des résistants, en tant qu’individus, ont sauvé des Juifs, mais jamais sur instruction de leurs mouvements.


7- François Hollande : L’enjeu est de lutter sans relâche contre toutes les formes de falsification de l’Histoire. Non seulement contre l’outrage du négationnisme, mais aussi contre la tentation du relativisme.

AM : Le président de la République met sur le même plan le «négationnisme», qui consiste à nier l’évidence (la réalité de la Shoah) et se présente comme une anti-histoire, et les approches d’historiens qui remettent en cause certaines interprétations idéologiques, en relativisant ce qui s’est passé en France par rapport à ce qui s’est passé ailleurs en Europe.

Cette confusion entre «négationnisme» et «relativisme» est de nature à indigner les citoyens épris de vérité. Elle illustre une tentative d’imposer une histoire officielle et d’empêcher la libre recherche historique.

Alain Michel, auteur de : Vichy et la Shoah, enquête sur le paradoxe français

Paul-Marie Couteaux (Siel-Rassemblement Bleue Marine) : le Président de la République contrevient à la vérité historique

En déclarant que la rafle dite du Vel d’Hiv du 17 juillet 1942, fut « un crime commis en France par la France », le Président de la République contrevient à la vérité historique que pourtant il invoque : si ce crime fut commis sur la territoire national, comme tant d’autres le furent sous l’Occupation, et si la police parisienne était à la botte de l’Occupant, la responsabilité de ce crime n’est nullement imputable à la France. Aucune des autorités que reconnaissaient alors les Français, celle de Vichy pas plus que celle de Londres ne gouvernait la zone occupée. Faut-il rappeler que, odieux rouage de la folie criminelle que l’impérialisme allemand imposait alors à presque toute l’Europe, le général Oberg, commandant la place de Paris, avait ordonné à la police parisienne, dont les agents étaient arrêtés ou instantanément fusillés s’ils n’obéïssaient pas, la livraison de 25 000 juifs étrangers réfugiés en France mais que des policiers français ont, au péril de leur vie, supprimé des fichiers ou prévenu dans la nuit des milliers de familles juives, en sorte que la moitié de ce qu’exigeait l’Occupant furent arrêtés ? Faut-il rappeler que c’est la France qui accueillit le plus grand nombre de réfugiés de confession juive, et en France qu’en furent sauvés le plus grand nombre ? […]

Front National