Archives par mot-clé : violence

Palaiseau (91) : un élève et un surveillant blessés devant un lycée par des jeunes armés de marteaux, couteaux, hachoirs

Quatorze jeunes sont en garde à vue ce mercredi après une rixe devant un lycée à Palaiseau (Essonne), au cours de laquelle un lycéen et un surveillant ont été blessés par des coups de battes de baseball.

Ce mardi en fin d’après-midi, un groupe de jeunes s’en est pris à un élève du lycée Poincaré, devant l’établissement de Palaiseau (Essonne). (…)

« Marteaux, couteaux et hachoirs »

Les jeunes – douze mineurs et deux majeurs – ont rapidement été interpellés. « Dans leur fuite, ils ont abandonné leurs armes, des marteaux, des couteaux et des hachoirs », a précisé le parquet.

Il s’agirait de jeunes « venus en renfort » sur une bagarre dans le cadre de rivalités entre bandes. (…)

ouest-france.fr

Toulon : la vidéo d’un policier en train de frapper à mains nues des Gilets Jaunes fait le buzz (Il s’agit de didier Andrieux qui vient de recevoir la légion d’honneur de la part de Macron)

Je ne sais pas ce qui est le plus courageux: mettre des coups de poing à un mec bardé d’un casque et d’un bouclier ou enfiler des baffes à des mecs pacifistes qui n’ont aucune protections et n’ont même pas le droit de répondre aux coup qu’ils reçoivent?

Violence au lycée de Stains (93) : «Ils l’ont frappé au sol avec un tournevis puis un marteau. J’ai vu son crâne s’entrouvrir.»

Une étudiante décrit une agression ultra-violente qui a eu lieu dans son lycée de Stains (93) où 3 jeunes cagoulés se sont présentés à l’heure de la récré et ont agressé un lycéen : «Ils le frappent, ils le mettent au sol, et de là ils sortent un tournevis pour le frapper. Et quand il est assommé, ils lui mettent un coup de marteau dans la tête et j’ai vu son crâne s’entrouvrir

Ces Français juifs qui fuient la violence des banlieues

Insultes, menaces et même violences… Certaines familles, principalement franciliennes, choisissent de quitter leur quartier pour vivre dans des secteurs où elles se sentent davantage en sécurité.

«Mais qu’est-ce qu’on a fait pour devoir fuir et vivre cachés comme des malfrats?» Cela fait maintenant cinq mois que Sophie*, Laurent et leurs trois enfants ont dû quitter, en catastrophe, leur pavillon de Romainville, en Seine-Saint-Denis. Après s’être fait cambrioler en mars, cette famille retrouve un matin de mai sa voiture pneus crevés, taguée au tournevis en grosses lettres: «Juif», «Israël», et une étoile de David…

«Ça fait trop, ils vous ont repérés, partez!», leur conseille la police. Continuer la lecture de Ces Français juifs qui fuient la violence des banlieues

Nantes (44) : aucun bus ni tramway après une agression « très violente » contre des contrôleurs

Deux hommes accompagnés d’un enfant s’en sont pris samedi à une quinzaine de contrôleurs.

Cette « journée blanche » des agents a été décidée après l’agression de plusieurs de leurs collègues, samedi après-midi, à un arrêt de bus. « Deux hommes accompagnés d’un enfant de quatre ans sont allés agresser un groupe de quinze contrôleurs, volontairement », selon le délégué syndical.

« Cela a été très vite et très violent. Quatre collègues ont été blessés et pris en charge au CHU. L’un a eu six points de suture après avoir reçu des Continuer la lecture de Nantes (44) : aucun bus ni tramway après une agression « très violente » contre des contrôleurs

Seynod (74) : voitures et poubelles brûlées, pompiers attaqués, ambiance tendue dans ce quartier multiculturel

Depuis plusieurs jours, l’ambiance est tendue dans le quartier de la Jonchère à Seynod. À la nuit tombée, des individus -adolescents et jeunes adultes- se livrent à du tapage (cris, musique “à fond”), suscitant des appels exaspérés d’habitants aux forces de l’ordre.

Dans ce quartier de logements majoritairement sociaux, récemment rénovés, où se côtoient des habitants de 27 nationalités différentes, Françoise Camusso déplore les agissements de quelques dizaines d’individus « entre 9 et 30 ans » (sic), « qui ont décidé d’embêter la population et sont dans l’agressivité permanente. »

Ils s’en prennent aussi au mobilier urbain et aux conteneurs à déchets : « Sept abribus ont été brûlés ces dernières semaines », se désole Françoise Camusso, maire déléguée de Seynod.

Le premier acte a mis en scène les pompiers. Appelés une première Continuer la lecture de Seynod (74) : voitures et poubelles brûlées, pompiers attaqués, ambiance tendue dans ce quartier multiculturel

Sevran (93) : les policiers dénoncent « un déchaînement de violence inqualifiable »

Dans la nuit du 14 juillet, un policier appelé en renfort à Sevran pour des feux de poubelle a été violemment agressé par des jeunes. L’agent a fait usage de son arme pour se dégager, blessant au bas-ventre l’un de ses assaillants. Un responsable du syndicat Alliance 93 revient sur les faits.

Situation tendue à Sevran, en Seine-Saint-Denis, où un policier a été roué de coups par des jeunes dans la nuit du 14 juillet. Cet agent motocycliste faisait partie d’une compagnie de sécurisation et d’intervention qui avait été appelée en renfort pour des feux de poubelle. Mais la situation a très vite dégénéré comme l’explique Grégory Goupil, secrétaire régional du syndicat Alliance 93. Il dénonce un « déchaînement de violence totalement inqualifiable ».

« Mes collègues de la compagnie de sécurisation et d’intervention sont arrivés sur place au nombre de six et se sont retrouvés dans une impasse avec aucun échappatoire. Il y avait des jeunes qui arrivaient de partout. Les deux premiers sont arrivés à s’extraire assez rapidement. Malheureusement, les quatre autres ont été victimes de coups de barres de fer et le dernier de nos collègues s’est retrouvé isolé, seul et pris de nouveau à partie par les individus qui l’ont roué de coups au sol. C’est à ce moment-là qu’il s’est dit qu’il allait réellement y passer ».

Le policier, qui est toujours hospitalisé en soins intensifs, a fait usage Continuer la lecture de Sevran (93) : les policiers dénoncent « un déchaînement de violence inqualifiable »

Val-d’Oise: 10 arrestations lors d’une quatrième nuit consécutive de violences

Après les résultats de l’autopsie d’Adama Traoré, les violences continuent dans le Val-d’Oise. Vendredi après-midi une marche en mémoire du jeune homme a eu lieu. Dans la nuit, des échauffourées ont éclaté.