Archives par mot-clé : viols

TELFORD : LA TYRANNIE « ANTIRACISTE » A MENÉ À LA « TRAITE DES BLANCHES »

La « traite des Blanches » est un phénomène ancien qu’on croyait disparu avec la fin de l’Empire Ottoman, puis en raison du déclin de l’ignoble commerce transatlantique de femmes européennes. Du moins, pour ce qui concernait l’Europe occidentale, les malheureuses femmes de l’Est et les jeunes filles roms étant toujours vendues pour être prostituées sur tout le territoire de l’Union européenne. Mais voici que ressurgit un ignoble trafic de jeunes filles violées et prostituées en Angleterre, aujourd’hui sous nos yeux et dans l’indifférence générale. Cette nouvelle traite des blanches est le fait d’une immigration pakistanaise agissant en bande organisée. Récit.

 

Peu commentées, les affaires de Rotherham et de Telford s’étalent sur plusieurs décennies, concernent des milliers de victimes innocentes et des centaines de criminels répugnants, majoritairement des musulmans issus du Pakistan et du Bangladesh. On estime que plus de 4000 jeunes britanniques ont été abusées dans l’indifférence générale entre le début des années 1980 et nos jours, dans la ville de Telford (Shropshire). Certaines d’entre elles ont été prostituées, d’autres torturées et violées, parfois tuées avec d’autres membres de leurs familles pour éviter qu’elles n’avertissent les autorités sur leur triste sort.  Des centaines d’hommes immigrés ont donc profité des failles du système anglais pour assouvir leurs pulsions les plus malsaines, mais aussi, probablement, combler les frustrations sexuelles nées d’une culture rigide et étouffante.

Des centaines d’hommes immigrés ont donc profité des failles du système anglais pour assouvir leurs pulsions les plus malsaines, mais aussi, probablement, combler les frustrations sexuelles nées d’une culture rigide et étouffante.

Comme à Rotherham, cas presque similaire, les travailleurs sociauxavaient pris connaissance des actes commis à Telford plus d’une décennie avant qu’une enquête ne soit lancée, et près de deux décennies avant que les faits ne soient rendus publics. Pourquoi ? Pourquoi fermer les yeux sur des crimes sexuels d’une telle ampleur ? Comment le Royaume-Uni a-t-il pu abandonner son peuple aux prédateurs venus d’ailleurs, alors qu’il était très facile d’appréhender les coupables ? Par peur du « racisme » ?

L’« antiracisme » poussé à son paroxysme a donc tué. Il tuera aussi demain. À plusieurs reprises, la police a refusé d’enquêter, malgré Continuer la lecture de TELFORD : LA TYRANNIE « ANTIRACISTE » A MENÉ À LA « TRAITE DES BLANCHES »

Viols et agressions par des migrants, le ras-le-bol des Allemands. 63% veulent des contrôles au faciès.

Reportage diffusé sur la chaîne RT le 15 janvier 2017. 63% des Allemands approuvent le contrôle au faciès suite aux agressions sexuelles par des migrants.

(traduction fds)

Un sondage révèle que 2 Allemands sur 3 approuvent le contrôle au faciès. 27% s’y opposent. Et 52% soutiennent la décision qu’ont pris des policiers d’arrêter et contrôler des centaines de Nord Africains en janvier à Cologne suite aux agressions sexuelles de l’année dernière. Reportage de Charlotte Dubenskij à Berlin, pour RT. Alors que la majorité des Allemands qui ont répondu au sondage Yougov approuvent le contrôle au faciès, il est intéressant de constater que ce soutien augmente à mesure que l’âge augmente. Pour le groupe le plus jeune des 18-29 ans, 46% l’approuvent. Mais seulement 3 points de moins le désapprouvent. Pour le groupe suivant des 30-39 ans, 63% l’approuvent. Ce sondage a été effectué quelques jours seulement avant qu’on apprenne qu’un demandeur d’asile Ghanéen de 24 ans a été condamné à 3 ans et 2 mois de prison pour le viol d’une fille de 15 ans dans la ville allemande de Duisburg. Continuer la lecture de Viols et agressions par des migrants, le ras-le-bol des Allemands. 63% veulent des contrôles au faciès.

MARÉCHAL-LE PEN FUSTIGE UN « PHÉNOMÈNE D’ÉMEUTES SEXUELLES DE MASSE » DANS L’UE

La députée FN du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen a affirmé mardi sur LCI que « plusieurs pays européens » faisaient face à un « phénomène d’émeutes sexuelles de masse », résultat, selon elle, d’un « droit d’asile totalement dévoyé ».

37 agressions sexuelles dénombrées dans les collèges du 93 l’année dernière.

Parler du viol et surtout le prévenir, tel était l’objet de la rencontre organisée le 27 septembre dernier à Saint-Denis, pour les professeurs.

Le jeudi 27 septembre, les personnels du collège Federico Garcia-Lorca étaient conviés à une rencontre dont le projet remontait à juin dernier. À cette époque, six élèves sont arrêtés pour des viols en réunion commis sur une autre collégienne dans la cité du Franc-Moisin. Emmanuelle Piet est médecin de PMI auprès du conseil général, spécialiste réputée de la maltraitance infantile et présidente du Collectif féministe contre le viol.

Elle relève « cette année 37 agressions sexuelles dans des collèges de Seine-Saint-Denis avec 48 agresseurs, dans vingt communes ». Le cas de Garcia-Lorca n’est donc qu’un parmi d’autres.

« La violence ne s’apprend pas à la télé », insiste Mme Piet pour souligner l’ampleur d’un mal, qui s’enracine dans une maltraitance dont 50 000 enfants seraient les victimes. Jusqu’à en perdre la vie pour 300 à 600 d’entre eux, chiffres de l’Inserm en 2003. « Tous les agresseurs que j’ai rencontrés ont subi la maltraitance, l’abandon ou vu leur mère battue. » Au personnel des établissements d’être vigilant. Continuer la lecture de 37 agressions sexuelles dénombrées dans les collèges du 93 l’année dernière.