Archives par mot-clé : vote musulman

Vote musulman: Mélenchon (37%), Macron (24%), Hamon (17%)

Et 5% pour Marine le Pen… c’est la candidate la moins halal

A Argenteuil, Mothron (UMP) se tourne vers La Mecque

Le candidat de l’UMP, pour ravir la mairie au PS, tente de gagner les bonnes grâces de la communauté musulmane.

La droite a bon espoir de reprendre Argenteuil (Val-d’Oise), l’une des trois communes de gauche de plus de 100 000 habitants – avec Montreuil et Saint-Denis – où le FN ne présente pas de candidat. D’une victoire dans cette cité emblématique de la banlieue Nord de Paris, elle veut faire le symbole de son retour en grâce auprès de l’électorat populaire. Tout particulièrement de cet «électorat musulman» qui a tant fait défaut à Sarkozy à la dernière présidentielle. Selon l’Ifop, plus de 80% des Français se déclarant de confession musulmane ont voté contre Sarkozy en 2012.

«Mariage». L’ancien député-maire UMP d’Argenteuil Georges Mothron est persuadé que ce survote est à l’origine de ses deux défaites, à la municipale de 2008 puis à la législative de 2012. Ministre de l’Intérieur, Sarkozy avait promis de «débarrasser» le quartier de ses «racailles», lors d’une visite guidée par le maire UMP, en 2005, sur la fameuse dalle d’Argenteuil. Humilié, l’électorat des quartiers a su s’en souvenir. Mothron était jugé complice d’un discours stigmatisant, hanté par la burqa et le halal. Ne s’affichait-il pas, à l’Assemblée nationale, avec ses amis de la Droite populaire, grands amateurs d’apéro saucisson-pinard ?

Oublié, tout cela ! Depuis plus d’un an, Mothron est le meilleur ami des musulmans. Un vrai protecteur de l’islam. Vendredi, aux abords des mosquées de la ville, ses soutiens distribuaient un tract rédigé spécialement pour les fidèles : «Le député Doucet [PS, ndlr] avec Hollande a voté OUI au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels : souvenez-vous en !» Chaque vendredi, le candidat UMP passe l’après-midi sur le marché du Val-d’Argent, très fréquenté après les prières. Il est entouré de colistiers dévoués, tous d’origine maghrébine. En 2008, sa liste était très peu représentative de «la diversité d’Argenteuil».

En 2014, il se veut irréprochable. «La gauche essaie de coller à Georges une image Continuer la lecture de A Argenteuil, Mothron (UMP) se tourne vers La Mecque

Elections municipales à Trappes : quand l’identité musulmane s’érige en thème de campagne

En consultant de près la cartographie des listes conduites par des candidats dits de la diversité et marqués par une identité musulmane assumée, on relève qu’à Trappes, un pas est désormais franchi. La lutte contre l’islamophobie y constitue désormais une valeur politique invitée par les urnes. Un tournant dans le rapport à l’acceptabilité de l’islam comme religion de France avec la démocratie participative.

[…] Un rappel historique de la main d’œuvre immigrée constituée par les aînés officie comme ancrage à ce que leurs enfants héritiers considèrent, en tant que nouveaux français, comme un amorçage : le rejet de l’islam. Discriminations d’hier, discriminations d’aujourd’hui.

La liste intitulée Faisons entendre notre voix conduite par Slimane Bousanna, ingénieur diplômé de Centrale et fondateur du premier collège privé musulman des Yvelines, s’inscrit dans un continuum, et entend prendre comme constat d’engagement politique, outre la situation de chômage et de précarité, la vertigineuse augmentation de 57,4 % de hausse des actes d’islamophobie de 2011 à 2012 au niveau national. Selon la tête de liste, « il est urgent de réagir et de s’engager dans le débat public ». Une tentative de mettre fin à l’abstention, caractéristique des quartiers populaires.

[…] Si le vote musulman politique n’existe pas encore, l’expérience de Trappes en mars prochain inaugurera, peut-être, en fonction des scores du premier tour, l’émergence d’un vote musulman « sociologique » dont la posture serait mesurée à l’épreuve de la vie sociale que subissent des citoyens frappés par l’islamophobie.

A l’instar des questions culturelles, écologiques ou économiques, devenus des enjeux Continuer la lecture de Elections municipales à Trappes : quand l’identité musulmane s’érige en thème de campagne

Présidentielle : pourquoi les musulmans français ont majoritairement voté à gauche

(…) Si le candidat socialiste a obtenu en 2012 le même score que Ségolène Royal en 2007, Jean-Luc Mélenchon, avec 20 % des voix, a considérablement fait progresser le total des voix de la « gauche de la gauche ».

Bien que laïc intransigeant et hostile à la visibilité trop importante de la religion (et donc de l’islam) dans l’espace public, le leader du Front de gauche est parvenu, par son opposition très nette au FN et par la reconnaissance des bienfaits de la présence d’une immigration arabo-musulmane en France (lors du discours du Prado à Marseille notamment), à capter une part significative de ce vote. (…)

 

Dans les milieux populaires, le fait d’être ou non musulman influe très profondément sur le vote.

Ainsi, si François Hollande domine sans partage l’électorat populaire de confession musulmane avec 63 % des voix au premier tour, il est devancé de deux points par Marine Le Pen (29 % contre 27 %) sur l’ensemble des ouvriers et employés.

Aussi, faut-il être très prudent lorsqu’on évoque le vote des fameux « quartiers populaires », réservoirs de voix pour la gauche pour certains ou en voie de droitisation pour les autres. La variable religieuse (et avec elle la composition ethnique de la population locale) introduit une ligne de clivage très marquée au sein même des milieux populaires.

Parmi les ouvriers et employés se déclarant de confession musulmane, le total Hollande / Mélenchon / extrême-gauche a atteint au premier tour de la présidentielle pas moins de 82% des voix contre 9 % seulement pour le total Sarkozy / Le Pen assurant ainsi une domination sans partage à la gauche dans bon nombre de banlieues et de quartiers de grands ensembles.

Le rapport de force est en revanche tout autre si l’on considère cette fois l’ensemble des milieux populaires

(et plus uniquement ceux qui se disent de confession musulmane) : 48 % en faveur du bloc Sarkozy / Le Pen contre 40 % pour le bloc de gauche, gauche qui s’est retrouvée sur la défensive dans de nombreux territoires (zones péri-urbaines, villes moyennes, vieux bassins industriels) à forte population populaire mais… non musulmane. (…)

Atlantico

Zemmour : la nouvelle sociologie urbaine (vidéo)

La diversité et les bobos des villes (la Gôche) contre les français de souche et les précaires des champs (la droate ) voilà comment se dessine la fracture identitaire et culturelle que dévoile la répartition des votes à l’occasion de cette dernière élection. Nous rajouterons pour être exhaustif sur le vote de gauche l’apport complémentaire d’électeurs moutonniers pour qui voter PS c’est voter pour le souverain bien. Ce spécimen est encore majoritaire en France. Il est le fruit d’un endoctrinement éducatif et médiatique.

Grandes villes françaises (…) bobos et population immigrée, (…) les très aisés et les très aidés : la gauche y règne en maitre »


Eric Zemmour : "L'UMP priée de prendre la… par rtl-fr

93% des musulmans ont voté pour François Hollande

(…) Les musulmans réclamaient le changement, et ils l’ont eu. Selon une étude du corps électoral menée par OpinionWay et Fiducial le 6 mai pour Le Figaro sur 10 000 votants, 93% des pratiquants ont glissé un bulletin « François Hollande » dans leur enveloppe. Seuls 7% d’entre eux ont voté pour Nicolas Sarkozy.

Le candidat socialiste est plébicité depuis le début de la campagne par cette partie de la population, qui représente environ 2 millions d’électeurs selon l’institut de sondages. Déjà au premier tour, la même étude avait montré que 59% d’entre eux avaient voté pour lui. Les deuxième et troisième places revenaient au candidat du Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon (23%) et au centriste François Bayrou (7%). Le président sortant, lui, arrivait quatrième, avec seulement 4% des suffrages.

« C’est la marque d’un véritable rejet de Nicolas Sarkozy », explique Julien Goarant, directeur d’études chez Opinionway, spécialisé dans les enquêtes d’opinions politiques. (…)

 

(…)« Pour autant, il ne s’agit pas d’un rejet de la droite en général », précise Julien Goarant. Selon le spécialiste, les musulmans pratiquants adhèrent à certaines valeurs de droite. « Quand on leur pose la question, ils disent être pour plus de sécurité et contre la carte scolaire, des sujets défendus par la droite ». Il est même un point qui les oppose totalement à la gauche et qui les rapproche du vote catholique : la libéralisation des moeurs. « C’est un électorat très conservateur, qui rejette en bloc l’homosexualité par exemple ».

 

Source: La vie