Archives par mot-clé : Wallerand de Saint-Just

Panama papers : la claque de la gauche francilienne rate sa cible

Communiqué de presse de Wallerand de Saint Just, Président du groupe FN-IDF Bleu Marine, au conseil régional d’Île-de-France

Tout à leur amateurisme habituel et au vide de leur argumentaire politique, les bancs du Front de Gauche et des Ecologistes n’avaient rien de plus intelligent à faire hier au sein de l’hémicycle régional que de couper la parole aux intervenant du Front National, au mépris du règlement intérieur, aux cris de « Panama, Panama ». Reprenant à leur compte les mensonges diffamatoires d’une certaine presse militante.

Fort heureusement, des journalistes font encore correctement leur travail et le journal Le Parisien publie ce matin en page 5 un extrait

Continuer la lecture de Panama papers : la claque de la gauche francilienne rate sa cible

L’ex-chiraquien Michel Bulté soutient le FN à Paris

La vedette du jour, Michel Bulté, tête de liste dans le 19e arrondissement, est placée à la gauche de Wallerand de Saint-Just, chef de file du Front national pour les élections municipales à Paris. Dans le café en face du BHV où le FN a donné rendez-vous pour présenter son programme, jeudi 16 janvier, malgré un gros pilier qui bouche la vue, le show dépote. C’est lui, la « surprise », promise par M. de Saint-Just et éventée par Libération dès le 5 décembre.

Avec sa veste en tweed, sa pochette, son air allègre de « ressuscité », l’ancien adjoint à l’urbanisme de Jean Tiberi répète les formules bien huilées dont il régale la presse depuis quelques jours. « Après mes soucis de santé, raconte cet acteur municipal, j’ai eu le syndrome Good bye Lenin ! », film dans lequel une femme se réveille d’un coma après la chute du Mur de Berlin. « J’ai trouvé une UMP déchirée, décapitée, divisée, une grande lose parade », débite le tonton flingueur.

Michel-Bulte_scalewidth_961Quant à l’UMP qui se présente à Paris avec Nathalie Kosciusko-Morizet, « elle s’adosse sur un centre moribond que j’ai bien connu et qui n’a pas grand chose à proposer ». En 2008, l’ancien et fugace maire du 19e arrondissement, élu sous les couleurs du RPR, avait perdu son siège de conseiller de Paris sur une liste de Marielle de Sarnez, MoDem. (…)

UN ARGUMENTAIRE TOUT PRÊT

Au réveil, donc, illumination et direction le Rassemblement bleu marine (RBM), ou, version Bulté, « Rassemblement bon pour le moral ». L’ancien séguiniste s’est laissé prendre la main par Philippe Martel, ex-collaborateur d’Alain Juppé désormais au FN – Juppé dont il fut colistier aux régionales.

Désormais, il ne désespère pas de rallier à sa cause Jean-Jacques Giannesini, chef de file de l’UMP dans le 19e, qui vient de quitter le logement social qu’il occupait depuis vingt ans : « Je tends la main à l’UMP. C’est une personne de qualité, j’ai travaillé avec lui, oui je souhaite qu’il me rejoigne. » Ainsi va l’ancien trois quarts aile du Biarritz Olympique dans la mêlée.

Défilé du 11 Novembre : arrestations arbitraires des militants du FN, du Printemps français et des bonnets rouges (tweets et vidéos)

Pour le PS au pouvoir toutes les manipulations sont bonnes pour criminaliser les patriotes et plus particulièrement le FN.
Wallerand de Saint-Just, raconte les faits au JDD.fr.

La grosse manip’ de Valls le liberticide : les militants FN ont été arrêtés avant l’arrivée de F.Hollande sur les Champs-Elysée

PARIS: Marine Le Pen at her father's trial

Dans les 70 personnes interpellées lundi matin sur les Champs-Elysées au cour de la cérémonie officielle du 11 Novembre, il faut compter plusieurs militants du Front national. Venus à l’initiative du candidat FN à la mairie de Paris, Wallerand de Saint-Just, ils ont été arrêtés puis conduits à un commissariat de police. Mais sans leur chef de file. « Les policiers n’ont pas voulu de moi », raconte Wallerand de Saint-Just au JDD.fr.

« Chaque année, j’invite des militants et sympathisants à venir à la cérémonie », explique-t-il. « A 10 heures, nous étions une cinquantaine. A 10h20, nous étions entourés par un cordon de policiers, qui nous a emmenés rue de Balzac (à proximité de la place de l’Etoile, Ndlr). Les policiers ont mis des militants dans le ‘panier à salade’ pour les emmener au commissariat de la rue de l’Evangile », poursuit-il. Mais sans le candidat à la mairie de Paris, contrairement à ce qui a été dit lundi matin. « Ils n’ont pas voulu de moi. J’ai demandé à monter dans le panier, mais ils m’ont dit ‘dégagez!’ », précise l’avocat.

Wallerand de Saint-Just assure que ses militants n’ont pas participé aux huées et aux sifflets contre François Hollande :

« Une cérémonie ce n’est pas une manifestation, même si nous comprenons l’exaspération des Français. » Il assure également avoir prévenu la préfecture de police vendredi de leur regroupement. Ils n’étaient pas « à coté » des autres manifestants. Tout au plus ont-ils « vu au loin une ou deux personnes avec des bonnets rouges. » Toujours selon Wallerand de Saint-Just, un des militants FN a été relâché vers 13h30, après une simple vérification d’identité.

(…) Wallerand de Saint-Just a demandé dans un communiqué les « excuses » de Manuel Valls. Intentera-t-il une action en justice? « Pourquoi pas », répond-il. « Manuel Valls fait des crises de paranoïa, ce n’est pas bon pour un ministre de l’Intérieur! »

Réaction de Marine Le Pen:

La présidente du Front national désapprouve les manifestations le jour du 11 novembre mais reconnait qu’il y a un fort mouvement de révolte dans le pays. Elle a en revanche fustigé des méthodes dignes d’ »Etats totalitaires ». Selon elle, les militants « ont été arrêtés avant même le début de la manifestation ». (voir ci-dessous le tweet de Wallerand de St Just candidat du FN à Paris qui parle de son arrestation avant la cérémonie.)

Evoquant l’interpellation du chef de file du FN pour les municipales à Paris, Wallerand de Saint-Just, et d’autres militants, la présidente du mouvement a déclaré : « nous sommes là en pleine arrestation arbitraire et je dirais même préventive ».

BFMTV

 Sur BFMTV, Valls a expliqué que les Bonnets rouges sifflaient le 11 novembre et non François Hollande… Mensonge ! Les manifestants ont laissé se dérouler le défilé militaire et la cérémonie à l’Arc-de-Triomphe. Ce n’est qu’après, au passage de Hollande sur les Champs qu’il a été sifflé et hué.

Valls : les manifestants des Champs Elysées « liés à l’extrême droite »

Continuer la lecture de Défilé du 11 Novembre : arrestations arbitraires des militants du FN, du Printemps français et des bonnets rouges (tweets et vidéos)

Totalitarisme : Quand des députés européens veulent étrangler le FN !

Wallerand de Saint-Just, trésorier national du Front national, réagit à l’appel visant à suspendre les dotations aux députés européens d’extrême droite. Museler l’opposition en la privant de financements, cela ressemble fort, pour lui, à du totalitarisme.

 

Plus d’un quart des députés européens appelle à la suspension du financement communautaire des partis et autres formations composées par les élus du Front national et leurs alliés européens. Quelle a été votre première réaction ?

Des apparatchiks, dans un bureau à Bruxelles, ont décidé que le Front national était un parti d’extrême droite qui bafouait les valeurs de l’Union européenne. Le FN n’est pas un parti d’extrême droite au sens péjoratif auquel l’entend la société médiatique. C’est un parti patriote et républicain qui défend les intérêts de la France et des Français. Depuis sa création par Jean-Marie le Pen, le parti n’a eu de cesse de respecter les lois de la République et de s’organiser légalement pour se présenter à toutes les élections possibles. Personne n’a la légitimité de juger de la valeur d’un programme du moment qu’il n’enfreint pas la loi.

Cette décision est-elle justifiée par votre positionnement anti-européen ?

Nous sommes sanctionnés parce que nous voulons sortir de l’Europe telle qu’elle est aujourd’hui. Mais nous avons toujours été favorables à la construction européenne. Seulement, ne pas être en accord avec la ligne prédéfinie justifie maintenant une sanction financière et bientôt, peut-être, la disparition pure et dure de l’opposition ? Finie la liberté d’expression ? Les députés de gauche sont persuadés de détenir la vérité et la morale. Pour les sauvegarder, ils sont prêts à éliminer leurs adversaires. Le totalitarisme n’est jamais loin. C’est presque le crime d’antisoviétisme de 1953 à Berlin Est !

Les financements communautaires sont possibles grâce aux contribuables européens, dont ceux du Front national. En vous atteignant, on atteint aussi vos électeurs ? Continuer la lecture de Totalitarisme : Quand des députés européens veulent étrangler le FN !