Archives par mot-clé : Wolfgang Schäuble

Réformes: Pour le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble, un des pires maux de la France serait… la démocratie.

A en croire le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble, un des pires maux de la France serait… la démocratie. De Washington, ce chantre de la discipline budgétaire a fait cette déclaration :

«La France serait contente que quelqu’un force le Parlement, mais c’est difficile, c’est la démocratie».

 

 Citant les réformes «très réussies» menées en Espagne, il regrette, semble-t-il, que la main de fer de la «troïka» ne puisse ordonner et régir l’économie française. La «troïka», terme tombé en disgrâce en raison du rejet par les Grecs de cette organisation, haïe par le gouvernement de gauche radicale d’Alexis Tsipras, désigne un groupe de hauts fonctionnaires de la Banque centrale européenne, du Fonds monétaire international, et de l’Union européenne, qui contrôle la mise en œuvre de réformes dans les pays européens bénéficiant d’une aide internationale.

«Si vous en parlez avec mes amis français, que ce soit (le ministre des Finances) Michel Sapin ou (de l’Economie) Emmanuel Macron, ils ont de longues histoires à Continuer la lecture de Réformes: Pour le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble, un des pires maux de la France serait… la démocratie.

Allemagne : Sauver les banques en difficulté en ponctionnant les dépôts et les actifs de 8%

Les impôts ne leurs suffisent plus, il vont taper dans vos comptes en banque…. ils sont prêts à vous dépouiller pour sauver les vautours banquiers et leur euro maudit….

La solutions serait d’enlever notre argent des banques… ça ferait un bank run du tonnerre.Sauf que ces bandits ont tout prévu : il est devenu impossible de sortir plus de 1500 euros en une fois sans avoir déposé 5 jours à l’avance une demande justifiée  à votre conseiller.

– – – – – – – – – – – – – – – –

Samedi, les ministres des Finances de l’UE ne sont pas parvenus à se mettre d’accord pour garantir la survie des banques en difficultés au terme de 20 heures de discussion. Mercredi, ils poursuivront les débats pour tenter de parvenir à une solution avant le prochain sommet européen de jeudi et vendredi.

20075324-p-590_450

Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble a proposé que les actionnaires, les créanciers, les déposants et les titulaires de comptes subissent une ponction de 8%, affirmant que cette solution demeurait plus favorable pour eux, car leurs pertes seraient beaucoup plus importantes si les banques faisaient faillite. Continuer la lecture de Allemagne : Sauver les banques en difficulté en ponctionnant les dépôts et les actifs de 8%

Le ministre allemand de Finances craint que les banques ne puissent etre rouvertes…

De son côté, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble s’est montré plus alarmiste. Il a ainsi déclaré que sans fonds d’urgence « deux grandes banques chypriotes étaient insolvables ». « Je crois qu’il y a un danger qu’ils ne puissent jamais rouvrir les banques ». Ce mercredi, les établissements bancaires et la Bourse restaient fermées.

Interviewé sur la chaîne de télévision allemande ZDF, il reconnu que Chypre était dans « une situation grave ». Tout en affirmant sa « compréhension » contre les manifestations de colère dans le pays, il a affirmé que « cela ne devait pas conduire à ce que nous prenions des décisions irrationnelles, irresponsables ».
(…)
La Tribune

Le plan de l’Allemagne pour l’Europe fédérale !

Les concessions de Berlin sur la Grèce ou la BCE visaient à obtenir la centralisation du contrôle budgétaire au niveau de la zone euro. Wolfgang Schäuble a dévoilé ses intentions ce mardi.

A ceux qui s’interrogeaient sur les raisons des concessions allemandes sur la Grèce et, auparavant, sur la BCE, Wolfgang Schäuble, le ministre des Finances vient d’apporter une réponse claire.

Un commissaire budgétaire tout puissant

«Nous devons à présent faire un grand pas vers l’union budgétaire», a-t-il affirmé mardi matin à son retour d’Asie. Ce pas se ferait par le renforcement des pouvoirs du commissaire aux affaires monétaires qui pourrait, par exemple, refuser de son propre chef les projets budgétaires nationaux qui iraient à l’encontre du pacte budgétaire et réclamer des améliorations. «Là-dessus, il devra décider seul pour ce qui concerne le respect du pacte budgétaire», affirme Wolfgang Schäuble. Jusqu’à aujourd’hui, le commissaire aux affaires monétaires ne peut que «conseiller» des améliorations aux budgets nationaux avec l’appui de l’ensemble de la commission. On passerait donc, comme le souligne le ministre allemand d’un droit de conseil à un droit d’injonction. «Le commissaire au budget devra être aussi craint que l’est aujourd’hui le commissaire à la concurrence», explique-t-il.

Un parlement de la zone euro plutôt que des parlements nationaux

Le ministre allemand veut accompagner cette réforme d’une amélioration du droit du parlement européen. Ou plus exactement du parlement de la zone euro. Car Berlin propose de faire voter au sein du parlement européen seulement les députés concernés par les questions en jeu.

Dans le projet allemand, ce parlement de la zone euro obtiendrait le pouvoir budgétaire des parlements nationaux et devrait valider les budgets des Etats-membres. Ce serait un pas de géant vers la centralisation de l’Union européenne.

Mais Wolfgang Schäuble prévient: un député européen devra alors représenter le même nombre d’électeurs. Pas question donc de donner plus de pouvoir à Malte ou Chypre que ce qu’ils représentent vraiment.
Continuer la lecture de Le plan de l’Allemagne pour l’Europe fédérale !