Copé sur Sarkozy: « Il voudrait que vous l’élisiez pour ne pas aller au tribunal »

Blanchi dans l’affaire Bygmalion, l’ancien président de l’UMP lâche ses coups. Jean-François Copé charge violemment Nicolas Sarkozy, accusé de se présenter à la présidence pour éviter les tribunaux.

Pour Copé, Sarkozy est coupable

Une accusation qui repose sur une certitude chez le maire de Meaux: Nicolas Sarkozy est coupable du maquillage de ses comptes de campagne par la société Bygmalion. Au Monde, Jean-François Copé déclare:

« Bygmalion, ce n’est que l’histoire de la dérive d’une campagne, constate le député de Seine-et-Marne. Je ne pouvais pas imaginer que l’UMP paye! C’était leur campagne. Je ne savais pas combien il y avait de meetings prévus. Je ne suis ni idiot, ni incompétent, je n’ai pas eu une alarme » assène l’élu de droite.

Jean-François Copé affirme par ailleurs qu’en apprenant une partie de ce qui allait devenir l’affaire Bygmalion, il a souhaité en parler à Nicolas Sarkozy. « J’explique ce que je sais, et là, j’ai un mur de silence. J’ai compris rétrospectivement pourquoi » se souvient-il. Dans l’ombre, tout son parti se ligue contre lui pour en faire le coupable désigné de l’explosion des comptes de campagne.

La trahison de Sarkozy

« Seule la justice pouvait me sortir de là. Je n’ai jamais douté des juges » affirme Copé. Suite à une enquête appronfondie, ceux-ci décident finalement en février de ne pas le mettre en examen. En coulisses, tout son parti a lâché Jean-François Copé, le 27 mai 2014, lors d’un conseil extraordinaire.

« Ce jour-là, le décor était dressé, pose Copé. J’ai compris qu’il y avait un alignement d’intérêts entre des écuries différentes. J’apparaissais pour chacun d’eux comme le coupable idéal, l’alibi parfait » résume l’élu de Meaux.

Une trahison qui, selon son ami Jérôme Lavrilleux, mis en examen dans l’affaire, tient à la personnalité de Jean-François Copé. « Avec sa tête de juif amoureux de Ziad Takieddine, qui aime bien vivre, il a la tête de l’emploi. Copé, ça arrangeait tout le monde » lâche Lavrilleux. Et Copé de renchérir:

« Un jour, une femme a sauvé ma famille dans une rafle, je vis avec ça. Je consacre ma vie à me préparer. »