Corse : Mélenchon se réjouit de la victoire des nationalistes et de l’échec des communistes

Le leader de la France insoumise a félicité la liste arrivée en tête de l’élection territoriale en Corse dimanche soir. Une joie qui s’explique davantage par la cinglante défaite de la République en marche et du Parti communiste.

Les ennemis de mes ennemis sont mes amis. Jean-Luc Mélenchon a vérifié le vieil adage dimanche soir. Sur Twitter, le chef de file de laFrance insoumise, n’a pas hésité à se féliciter de la large victoire emportée par les nationalistes corses lors du premier tour des élections territoriales. «En Corse, le dégagisme c’est Simeoni. Bravo! Macron sévèrement puni. Le FN ridiculisé. L’usurpation d’identité et la tambouille du PCF ont été durement sanctionnées», a-t-il cinglé.

Un cri de joie pour le moins étonnant venant d’un républicain convaincu, n’ayant jamais montré de sympathie à l’égard de mouvements autonomistes ou indépendantistes quels qu’ils soient. Plus que la percée de Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, c’est surtout les faibles scores de la République en marche comme la claque essuyée par le Parti communiste qui justifie l’euphorie de l’ancien candidat à la présidentielle.

Mais le leader de la France insoumise se réjouit également du faible score de la liste PCF. «En Corse, le PCF a intitulé sa liste «Corse insoumise» en dépit de nos démentis. Ils sont éliminés. Avis aux amateurs d’usurpation d’identité…», a-t-il tweeté. Contre toute alliance avec d’autres forces de gauche – qu’il assimile à de la «tambouille» ou de la «combine» – Jean-Luc Mélenchon avait dès le mois de septembre désavoué une partie de ses militants de l’île de beauté, ayant fait le choix de faire liste commune avec le PCF. «Cette pauvre tambouille tourne le dos à toutes les grandes questions qui se posent en Corse à partir du vote des législatives. J’admets que le PCF et ses alliés fassent leur liste. C’est bien leur droit le plus strict. Mais pourquoi vouloir faire croire que La France insoumise en est partie prenante?», dénonçait-il en novembre sur son blog.

«Les résultats en Corse démontrent une nouvelle fois que les méthodes de l’ancienne gauche ne peuvent répondre aux aspirations populaires. Les magouilleurs et les usurpateurs n’ont pas d’avenir», taclait quant à lui le directeur des campagnes de la France insoumise, Manuel Bompard. Invité sur le plateau de LCI ce lundi matin, le député Alexis Corbière tempère cependant ce soutien de circonstance aux nationalistes Corses: «C’est un phénomène politique qu’il faut observer. C’est des indépendantistes plus que des autonomistes (…) Ca ne veut pas dire qu’on est totalement d’accord avec ça, mais il faut l’observer, pas avec condescendence ni arrogance.» Les communistes ont quant à eux réagi par la voix de leur porte parole, Olivier Dartigolles: «La victoire annoncée des nationalistes est confirmée. Aucun élu de gauche dans la future Assemblée dans un territoire miné par les souffrances sociales et les inégalités. Qui, à gauche, peut trouver cela formidable?»