Covid-19 : l’OMS recommande de ne pas utiliser le remdesivir pour traiter les malades

Quel scandale! L’UE en a commandé 1 milliard de doses et la France le livre gratuitement aux hôpitaux. C’est ce traitement de Gilead que soutenait la majorité des « experts » qui ont squatté les plateaux télé et radio. experts qui le plus souvent ont reçu des émolument de… Giléad.

Raoult l’avait dénoncé il y a un mois dans une vidéo.


Déjà contesté, le remdesivir sera-t-il totalement abandonné dans la lutte contre le coronavirus ? L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande, vendredi 20 novembre, de ne pas administrer ce médicament antiviral aux malades du Covid-19 hospitalisés, faute de preuve de son efficacité pour éviter des morts ou des formes graves de la maladie.

« Le médicament antiviral remdesivir n’est pas conseillé pour les patients admis à l’hôpital pour le Covid-19, quel que soit le degré de gravité de leur maladie, car il n’y a actuellement pas de preuve qu’il améliore la survie ni qu’il permette d’éviter d’être placé sous ventilation artificielle », détaille le communiqué de l’OMS.

« D’importants effets secondaires » possibles

Développé par le laboratoire américain Gilead, au départ contre Ebola, le remdesivir était devenu le 3 juillet le premier médicament contre le Covid-19 à recevoir une autorisation de mise sur le marché européen conditionnelle.

En France, la Haute Autorité de santé avait cependant jugé que son intérêt (son « service médical rendu ») était « faible ». Et l’Agence européenne du médicament a indiqué le 2 octobre qu’elle allait étudier des signalements selon lesquels des « problèmes rénaux aigus » pourraient être liés à la prise de remdesivir.

L’OMS se prononce après un avis de son panel d’experts, qui ont analysé quatre essais cliniques internationaux comparant l’efficacité de différents traitements, portant au total sur plus de 7 000 patients dans le monde.

Dans leurs conclusions, publiées dans la revue médicale British Medical Journal, ils soulignent « la possibilité d’importants effets secondaires » de ce médicament, de même que « son coût relativement important et ses implications logistiques », puisqu’« il doit être administré par intraveineuse ».

France Info