Fil Info,  Laïcité

Deux mausolées détruits par des intégristes en Libye

ZLITAN, Libye (Reuters) – Des islamistes intégristes ont détruit samedi le mausolée d’Al Chaab, situé au coeur de la capitale libyenne Tripoli au lendemain de la destruction du tombeau d’un autre théologien soufi dans l’ouest du pays.

« Un grand nombre de miliciens armés sont arrivés à la mosquée d’Al Chaab dans l’intention de détruire le mausolée parce qu’ils pensent que ces tombes sont contraires à l’islam », a indiqué un responsable du gouvernement sous couvert de l’anonymat.

Les autorités ont tenté les en empêcher avant de finalement décider de boucler la zone dans un souci d’apaisement, a-t-il ajouté.

Le Comité suprême de la sécurité (CSS) a condamné cette destruction par la voix de son porte-parole Abdel Moneim al Hurr.

Vendredi, le tombeau du théologien soufi du XVIe siècle Sidi Abdel Salam Al Asmar a été détruit par des salafistes qui ont incendié la bibliothèque de la mosquée Asmari à Zlitan (ouest), selon des témoins et le conseil militaire local, des

L’opération, menée à l’aide de bulldozers et d’explosifs, avait été précédée de deux jours d’affrontements entre des groupes tribaux à Zlitan, qui ont fait deux morts et 18 blessés.

« Les extrémistes salafistes ont profité (du fait) que les responsables de la sécurité étaient accaparés par les heurts et ont profané le mausolée », a déclaré Omar Ali, membre du conseil militaire local, interrogé par Reuters.

Les auteurs d’une page Facebook intitulée « Ensemble pour la suppression du mausolée de Sidi Abdel Salam Al Asmar » se sont félicités de la « suppression couronnée de succès du (…) plus grand signe d’idolâtrie en Libye ». Des photographies et des vidéos de la destruction du mausolée ont également été postées sur la page.

« Nous sommes bouleversés par la destruction de ce lieu historique et spirituel en Libye », a précisé à Reuters Mohamed Salem, l’intendant de la mosquée.

Ce dernier a ajouté qu’il avait dû fuir Zlitan il y a plusieurs semaines après une recrudescence des menaces de mort dirigées contre lui par des salafistes menaçant de détruire le mausolée.

Partisan de l’islam des origines, les salafistes jugent les sites soufis impies. Des telles destructions ont également eu lieu récemment en Egypte et au Mali. (Voir )

Ayman al Sahli, Jean-Philippe Lefief, Juliette Rabat et Marine Pennetier pour le service français