Dictature du Bien: Clémentine Autain, porte-parole du Front de Gauche, a une chronique sur France Culture

Article du site Enquête et débat.

Les médias de service public sont décidément pluralistes : outre Là-bas si j’y suis, entièrement dévolue aux thèses (et aux copains) d’extrême-gauche, outre Audrey Pulvar, la femme d’un membre important du PS, qui assène sa morale de gauche chaque semaine à On n’est pas couché sur France 2 et qui anime quotidiennement la tranche 6h – 7h sur France Inter, la porte-parole du Front de gauche, Clémentine Autain, jouit d’une chronique hebdomadaire sur France Culture depuis août 2011.


Les Idées claires – Clémentine Autain par franceculture

L’année que nous venons de vivre et qui se terminera le 6 mai 2012 fut une année électorale, chacun en conviendra. Depuis le 29 août 2011 jusqu’à ce jour, France Culture, chaîne du service public, a donc ouvert son antenne à celle qui est la porte-parole du Front de gauche et de Jean-Luc Mélenchon depuis le début de la campagne. Sa première prise de parole publique avec le Front de Gauche date même du 21 novembre 2010. Autant dire que la direction de France Culture savait à qui elle avait affaire en donnant l’antenne à cette militante politique.

Imaginons-nous un seul instant le même temps de parole donné chaque semaine à, par exemple, Florian Philippot, porte-parole de Marine le Pen ? Ou bien à Jean-François Copé, porte-parole de Nicolas Sarkozy ? Évidemment non, les syndicats de France Culture seraient certainement sur le pont, voire même en grève directement, pour dénoncer cette insupportable ingérence dans la ligne éditoriale neutre (donc de gauche) d’un service public. Moi qui croyais que service public voulait dire payé par tous les Français, et redevable envers tous les Français, dans toute leur diversité, me voilà perplexe. Peut-être faudrait-il que les gens de droite soient exonérés de redevance (qui finance Radio France au même titre que France Télévisions ou Arte) ?

Alors vous me direz, ce ne sont que 3 petites minutes hebdomadaires, ce n’est rien du tout. Las ! Il s’agit de 3 minutes à 7h35 du matin, quand les audiences radio sont maximales. Et le problème est bien celui du pluralisme, ce mot que les gens de gauche ont à la bouche du matin au soir, uniquement pour faire passer dans les têtes qu’il signifie en réalité “pluralisme de gauche”. PS, NPA, FDG, Verts, LO, voilà le pluralisme ! D’ailleurs, en 1997 on parlait bien de gauche plurielle, non ?

En fait, après quelques recherches on se rend même compte que Clémentine Autain avait déjà une chronique de 3 minutes sur France Culture la saison précédente, 2010-2011. Mais cette fois, à 8h45, au lieu de 7h35. Toujours dans la tranche d’audience maximale des radios en tout cas.

D’autres cas du même genre

Au moins, Itélé s’est séparé d’Audrey Pulvar pour éviter le conflit d’intérêt, mais France Inter et France 2, les deux médias de service public, ont gardé la représentante officieuse du PS sur leurs plateaux. Béatrice Schönberg, épouse d’un ministre de droite, Jean-Louis Borloo, avait été démissionnée de la présentation du 20h de France 2 (même si elle restait animatrice d’émissions de façon plus sporadique et malgré tout problématique). Seule Christine Ockrent était restée longtemps (3 ans) à la fois femme d’un ministre membre d’un gouvernement de droite (Bernard Kouchner) et avec des responsabilités dans l’audiovisuel public, puisqu’elle était directrice générale de l’AEF (Audiovisuel extérieur de la France).

Intéressant, nos confrères qui critiquent les médias, tels qu’Acrimed ou Arrêt sur images, n’avaient pas relevé le conflit d’intérêt concernant Clémentine Autain (pas plus qu’ils ne critiquent le sectarisme et le clientélisme de Là-bas si j’y suis), alors qu’ils sont les premiers à dénoncer les conflits d’intérêt quand il s’agit de la droite. Le hasard sans doute.