Discours de l’écrivain Renaud Camus à Orange (vidéo)

A l’occasion de la Convention des dix ans du Bloc Identitaire, Renaud Camus a prononcé un discours admirable.

Je l’ai dit deux mille fois, seul un peuple hébété se laisse mener sans regimber dans les poubelles de l’histoire.

Encore faut-il tout de même que ce ne soit pas dit, qu’on ne lui dise pas où on le conduit, même s’il ne tiendrait qu’à lui de s’en apercevoir.

Comment est-il possible qu’un phénomène aussi énorme que le changement de peuple, le Grand Remplacement, auprès duquel même la crise économique, la terrible crise, n’est qu’un épiphénomène, un contre coup secondaire — ce n’est évidemment pas un hasard si la crise mondiale frappe principalement les nations, et d’abord celles d’Europe, qui sont en butte au changement de peuple —, comment se fait-il qu’un tel phénomène, qui représente exactement tout ce que nos ancêtres se sont ingéniés de toutes les façons possibles à éviter, et d’abord en donnant leur sang, comment se fait-il qu’un tel phénomène puisse se dérouler en silence, sans susciter de grandes protestations, sans tenir de place notable dans les élections, par exemple ?

Eh bien c’est là que joue son rôle ce défaut logique constitutif de l’antiracisme dogmatique dont je parlais plus haut, et qu’il a retourné en instrument de pouvoir, et même d’abus de pouvoir, en substituant en permanence la question peut-on le dire ? (or on ne peut pas) à la question est-ce vrai ?

La question est-ce vrai ? ne sera pas posée, jamais, car si elle était posée, comme il n’est pas logique avec lui-même, il s’effondrerait.

lire le texte dans son intégralité ici