Discrimination : Paniquée par les éléments accablants apportés par la Ville de Beaucaire, Carole Delga demande un report d’audience

Source

En avril dernier, la Ville de Beaucaire déposait une plainte à l’encontre de Carole Delga pour discrimination envers la commune à raison des idées politiques de son Maire.

Face à un dossier accablant présenté par l’avocat de la Ville de Beaucaire, le conseil de Carole Delga a demandé et obtenu le report de l’audience prévue aujourd’hui mardi 28 février au Tribunal Correctionnel de Nîmes au 3 octobre 2017.

Cette demande de report pour gagner du temps, alors que la présidente du conseil régional d’Occitanie a déjà eu 10 mois pour préparer sa défense, prouve que l’élue n’est pas sereine. Et pour cause : les éléments apportés par la commune démontrent clairement la discrimination dont Beaucaire est victime.

Le Maire de Beaucaire, qui ne s’étonne même plus de l’absence de Carole Delga à l’audience, montrant là son mépris pour l’institution judiciaire, est déterminé à aller jusqu’au bout de cette procédure et rappelle que la discrimination est un délit passible d’une peine d’emprisonnement de 3 ans et de 45.000 euros d’amende pour les personnes physiques et qu’elle est plus sévèrement sanctionnée quand elle est commise par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public (peine d’emprisonnement de 5 ans et 75.000 euros d’amende).