Économie, Écologie...

Douce France/ L’euro fort est-il la seule cause de tous nos problèmes ? Entretien Atlantico- Bruno Bertez

Atlantico : François Hollande a déclaré mardi devant le Parlement européen que « une zone monétaire doit avoir une politique de change, sinon elle se voit imposer une parité qui ne correspond pas à l’état réel de son économie » et que la monnaie unique « ne peut fluctuer selon les humeurs du marché ». Le gouvernement français s’est à plusieurs reprises alarmé du niveau de l’euro et des conséquences d’un euro trop fort sur l’économie française. L’euro est-il vraiment notre plus gros handicap aujourd’hui ?

Bruno Bertez : La France, au fil des ans, a perdu beaucoup de compétitivité. Elle tente timidement, d’enrayer la dégringolade de cette compétitivité  L’action se concentre sur la baisse des charges d’un côté et une politique de relative austérité de l’autre. Pour parler clairement, il s’agit d’une action que l’on peut qualifier de modérément déflationniste. Le fait que cette action, pour des raisons politiques soit insuffisante doit être souligné, mais ce n’est pas notre propos.

Notre propos est que pour être cohérente, éviter la récession et une montée du chômage en France, cette action doit être complétée par une dévaluation, une baisse du change. Dans les temps anciens, face à ce problème, on annonçait une dévaluation et on la complétait par des mesures dites d’accompagnement, qui sont précisément des mesures d’austérité. L’ensemble était cohérent : d’un cote on pèse sur la demande interne, de l’autre on bénéficie d’un surcroît de demande externe grâce à la devise moins chère  Avec la monnaie commune arrimée à une sorte de Deutsche Mark en filigrane, il est évident que non seulement il n’est pas possible de dévaluer, mais en plus, le change est trop élevé. 

Toutes proportions gardées, la France se trouve dans la position de Pierre Laval en 1935 quand il a imposé une baisse des prix et salaires et a refusé de dévaluer malgré les conseils de Jacques Rueff. 

Au niveau où il se trouve aujourd’hui, quelles conséquences réelles l’euro peut-il avoir sur l’économie française ? Quels secteurs en profitent, quels sont ceux qui en sont pénalisés ?

Bruno Bertez : Il faut préciser que ma réponse ci-dessus est une réponse de pure logique. Si on pèse sur la demande interne et que l’on veut éviter la montée du chômage en France, il faut élargir les débouchés externes et dans le court terme, cela n’est possible que par la dévaluation. Il est évident que toute politique ne se juge qu’en regard des objectifs qu’elle se fixe et des choix et sacrifices qu’elle accepte en contrepartie. On ne peut restructurer une économie, la rendre compétitive sans douleur, or le gouvernement, fidèle en cela à son idéologie voudrait accomplir ce miracle d’une reconquête de l’efficacité sans effort et sans douleur, c’est ce qui explique son rêve, sa demande, son trépignement d’enfant gâté auprès des Allemands : aidez nous, favorisez une baisse du change  européen. 

La dévaluation telle que nous la comprenons et telle que les allemands la comprennent vise à faire l’économie de l’effort et de la douleur . Les socialistes marchent sur la tête, ils croient que la solution aux problèmes de compétitivité, c’est la baisse du change, tout comme ils croient que la solution au problème de la croissance, c’est l’augmentation de dettes ! La réalité économique est que les avantages procurés par les baisses du change sont temporaires, éphémères et qu’en revanche les dégâts faits par une politique laxiste, inflationniste, dévaluationniste durent très longtemps. Aucun secteur ne bénéficie sur le long terme d’une baisse du change, on ne voit pas en quoi une destruction du pouvoir d’achat de la monnaie pourrait etre positive a qui que ce soit qui marcherait sur les pieds et non sur la tête. Appauvrir les Français n’est une solution à aucun problème, sauf ceux des gens de gauche, cela augmente leur clientèle.  

Avons-nous tant souffert de l’épisode précédent d’euro fort ? En quoi ce nouvel épisode est-il différent ?

Bruno Bertez : La France n’a jamais souffert de quoi que ce soit en raison d’un euro fort. Au contraire nous avons bénéficié de l’euro fort … pour faire les imbéciles. Au lieu de saisir la chance historique d’une monnaie incontestée, de taux bas, de l’afflux de capitaux, nous avons consommé, gaspillé, accumulé dettes et déficits improductifs. Quelle gabegie ! Nous avons bénéficié d’un cadeau tombé du ciel, le Mark Allemand et nous l’avons gâché par le laissez aller, la veulerie, la facilité, la surestimation nationale. 

Si, à la faveur des taux bas et de l’afflux des capitaux rendus possibles par un euro fort, nous avions investi, afin de produire des biens internationalement négociables, nous aurions les moyens de rembourser nos dettes, de mettre au travail nos enfants et les moyens de parler haut en Europe au lieu de mendier: Please, donnez-nous un euro faible. La France, en tant que pays du milieu entre les pestiférés du sud et les biens portants du nord continue dans la voie de la facilité en quémandant un affaiblissement du change. La France veut jouir, pas produire. La jouissance crée peu d’emplois. 

Dans quelle mesure l’euro fort peut-il servir de prétexte pour remettre à plus tard les réformes structurelles pourtant indispensables ?

Bruno Bertez : L’euro fort, si tant est qu’un euro à 1,35 contre dollar soit un euro fort, l’euro fort est comme tout dans la vie, ce peut être la meilleure et la pire des choses. Tout dépend de ce que l’on en fait, des objectifs que l’on poursuit, des priorités que l’on se donne. Ce qui compte dans une politique économique, c’est sa cohérence. Lorsque l’on mène des politiques brouillonnes, de type Gribouille alors aucune politique ne donne de résultats, on n’a que les inconvénients sans jamais aucun bénéfice.

 La première chose à faire est définir l’horizon de son action, on ne gère pas de la même façon selon que l’on vise les sondages, les échéances des élections municipales ou la réélection dans 4 ans! Le temps est déterminant. A la faveur d’un euro fort, vous bénéficiez de taux très bas, vous pouvez rouler votre dette, consolider sa maturité, bref, vous pouvez desserrer la contrainte financière, le fameux mur de l’argent. Le tout c’est de savoir ce que vous faites des marges de manoeuvres ainsi crées. Vous pouvez les distribuer pour qu’elles soient consommées. Vous pouvez réduire les prélèvements qui pèsent sur l’effort productif, vous pouvez reprendre en mains tout ce qui dysfonctionne, et Dieu sait s’il y de quoi faire . 

L’euro fort, pour des gouvernants qui ont le sens national et le sens de l’histoire, devrait être une raison d’accélérer les restructurations du système français sous tous ses aspects, tous. C’est une opportunité, un créneau pour l’action. Pleurnicher pour un euro plus faible est une idiotie au plan international dans le climat actuel marqué par la persistance de la crise financière en Europe. Compte-tenu de la situation pourrie dans laquelle se trouvent les Italiens et l’Espagne, on devrait se lever chaque matin et remercier le ciel d’être arrimé aux allemands et prier pour qu’ils ne nous laissent pas tomber.

 

Propos recueillis par Olivier Harmant/Atlantico 8 Février 2013 

http://www.atlantico.fr/decryptage/euro-fort-est-seule-cause-tous-nos-problemes-jean-paul-betbeze-marc-touati-bruno-bertez-alexandre-baradez-632306.html?page=0,0


Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE