Écologie : Et si le FN avait eu raison de croire au thorium ? (vidéo)

Les centrales au Thorium présentent tous les avantages de l’uranium sans ses défauts. La France regorge de Thorium, or à part le Front National qui propose cette alternative  depuis 2007, aucun parti ne s’est intéressé à la question. Dommage car de nombreux pays semblent aujourd’hui considérer l’exploitation du Thorium comme une énergie crédible .
Pour que le thorium puisse être exploité, il est nécessaire de changer la technologie des réacteurs actuels. Des études sont engagées sur les réacteurs à sels fondus. Pour le Suisse Jean-Christophe de Mestral, physicien et auteur de L’atome vert – Le thorium, un nucléaire pour le développement durable,

il y a « des réserves pour 10 000 ans au moins« . De plus le thorium permet une gestion des déchets bien plus simples ; un risque zéro de fusion du réacteur et donc d’accident majeur ; une capacité à incinérer les déchets de longue durée du nucléaire actuel et du nucléaire militaire. »

Tout ces éléments étant connus depuis les 60, on peut légitimement s’interroger pourquoi une telle merveille technologique n’a jamais vu le jour. Pour l’auteur les américains ont du« choisir entre l’uranium et le thorium. Les militaires avaient eu leur mot à dire en pleine guerre froide. Et c’est la filière uranium qui a été choisie, car c’est elle qui permet de développer des armes nucléaires aisément. »

Un réacteur à sels fondus de thorium pouvant produire 200 fois plus d’énergie que la même masse d’uranium avec un risque et un cout écologique proche de zero, cette technologie pourrait nous entrainer vers du nucléaire durable !.

La plus grande barrière pour l’utilisation du thorium ? Le coût du changement selon Didier Julienne du journal LES ECHOS. Il faudra donc attendre avant de crier victoire

Mais les volontés de recherches sont enfin là: La Norvège s’apprête à tester dans le réacteur d’essai d’Halden, le Thorium; en chine et en Inde, les recherches et les essais s’intensifient. En France, c’est le LPSC de Grenoble (CNRS) qui travaille ce sujet… mais que de temps perdu…..

Et si au lieu de le diaboliser on avait écouter le FN, plutôt que les verts ?