Mafia UMPS/ Élections régionales: une stratégie commune pour l’UMP et le PS dans le Nord – Pas-de-Calais?

Le Nord – Pas-de-Calais fait partie des deux ou trois régions que pourrait rafler le Front national lors des élections régionales de 2015. Une perspective qui affole les états-majors, aussi bien à l’UMP qu’au PS. Où l’on réfléchit à une alternative… qui ne semble pas faire l’unanimité.

La date n’est pas encore connue avec certitude (fin 2015 ou début 2016), ni le périmètre (avec la Picardie ?), mais les élections régionales sont déjà dans toutes les têtes. Le risque de voir le FN s’emparer des commandes du conseil régional semble entraîner des rapprochements encore inenvisageables il y a quelques mois.

Ainsi de Marc-Philippe Daubresse et de Martine Aubry. Le député-maire de Lambersart, qui
ne cache plus son souhait de mener la liste de droite aux régionales, a reçu la maire de Lille dans sa ville, mi-octobre, à l’occasion des dix ans du Colysée, la Maison folie lambersartoise. Pierre de Saintignon, fidèle de Mme Aubry et candidat à l’investiture socialiste pour les régionales, était également présent. Un symbole fort.

FIN DES HOSTILITÉS

Les deux ténors métropolitains, longtemps en froid (M. Daubresse avait notamment qualifié Martine Aubry de « tsarine » lorsqu’elle était à la tête de la métropole lilloise), semblent avoir sifflé la fin des hostilités. Deux heures durant, ils se sont affichés côte à côte tout sourire. Surtout, ils avaient harmonisé leurs violons lors des discours qui ont suivi, au-delà du cadre de cet anniversaire. Le sujet avait sûrement été évoqué lors de leur tête-à-tête de deux heures, courant septembre.

« La République est en danger et Martine Aubry sait qu’elle pourra toujours compter sur moi pour la défense des valeurs républicaines que nous avons en commun », a prévenu le patron de l’UMP dans le Nord. L’ancienne première secrétaire du PS a, elle aussi, entrouvert la porte : « Il nous faut sortir de cette crise et peut-être avons-nous quelques réponses en commun à apporter. » La maire de Lille venait de dénoncer « populismes » et « démagogie ».

De là à imaginer, pour faire barrage au FN, un axe Aubry – De Saintignon – Daubresse en vue du second tour des régionales, au-delà du traditionnel front républicain ? « Il est clair qu’il faudra envisager deux têtes de liste, à droite et à gauche, compatibles », confie un élu UMP bien placé.

L’éventualité est aussi évoquée par le magazine Le Point, cette semaine, sous le

titre : « Quand l’UMP préfère Aubry au FN ». Un article qui n’a pas manqué de faire réagir Gérald Darmanin. Le député-maire (UMP) de Tourcoing, qui conteste la tête de liste aux régionales à M. Daubresse, a posté hier un commentaire cinglant sur le réseau social Twitter : « Le rempart contre le FN, c’est l’UMP et l’UDI, pas une fusion avec le PS. »

À l’UMP et au PS, le casse-tête pourrait vite tourner au mal de crâne.