Emmanuel Ratier et Dieudonné ont-ils des révélations à faire sur Manuel Valls ?

Dans l’une de ses récentes vidéo, Dieudonné promet de faire des révélation sur le premier ministre Manuel Valls. S’agit-il d’un bluff? peut-être. (Voir la vidéo à partir de 7mn30)

Aujourd’hui c’est au tour du journaliste Emmanuel ratier de promettre une révélation sur Manuel Valls dans son dernier livre  » Le vrai visage de Manuel Valls » avec preuve à l’appui si l’on en croit la bande annonce de TV Liberté. Là encore s’agit-il d’un bluff pour mieux vendre son livre ?, on le saura vendredi soir.

Emmanuel ratier est proche des mouvements d’extrème droite. Il mène un gros travail depuis ces dernières années sur la France des réseaux. Sa lettre confidentielle Faits & Documents compile les biographies précises de ceux qui constituent la caste au pouvoir. Elle est très riche en détail qui en disent long sur les accointances, les affinités, les copinages, les conflits d’intérêts des uns et des autres.

voilà ce que l’on peut d’ores et déjà savoir sur notre premier ministre :

En moins de trois ans, Manuel Valls est passé de l’anonymat (5,6 % lors de primaire socialiste de 2011) à Matignon. L’histoire de Manuel Valls est une espèce de bluff très largement reconstruit.

Issu de la plus haute bourgeoisie catalane par son père et d’une famille suisse enrichie dans le trafic de l’or par sa mère, ce fils d’un célèbre peintre catalan nullement anti-franquiste a grandi dans un milieu huppé, dans une maison située en face de l’île Saint-Louis. Ce qui lui a permis de fréquenter le gratin des beaux-arts mais aussi de la politique. Dès ses 18 ans, alors qu’il n’était même pas encore naturalisé français, il a passé un accord secret, appelé « pacte de Tolbiac », avec deux camarades au très brillant avenir : Stéphane Fouks, aujourd’hui pape des communicants socialistes et responsable du Conseil représentatif des institutions juives de France, et Alain Bauer, ancien Grand Maître du Grand Orient de France et ponte de la sécurité urbaine. Son ascension doit beaucoup à ces deux hommes, avec lesquels il est demeuré étroitement lié.

Le nouveau Premier ministre est aussi l’incarnation même du nouveau Parti socialiste tel que défini par son think tank Terra Nova : un pur apparatchik rompu aux jeux d’appareil, à la fois « boboïsé », social-démocrate modéré en apparence mais surtout haineux vis-à-vis de ses adversaires politiques, prêt à toutes les compromissions avec les milieux sarközystes recentrés, libéral rallié au mondialisme, à l’européisme, au métissage et au multiculturalisme. Ce que d’aucuns pourraient appeler l’« after-socialisme » ou socialisme « à l’eau de rose ». Il est bien évidemment membre du club d’influence Le Siècle, mais aussi du groupe mondialiste de Bilderberg. Semblable aux néo-cons américains, en général venus de l’extrême gauche, il est également un soutien fanatique d’Israël, pays avec lequel il s’est déclaré « éternellement lié ». C’est cet individu qui se voit évidemment trôner en 2017 ou 2024 à la présidence de la République.