Politique

En refusant de recevoir Marine Le Pen, François Hollande ne souhaite pas entendre 20% des électeurs.

Le PS vient une nouvelle fois de démontrer son mépris pour les principes les plus élémentaires de notre république. Alors qu’il organisait une consultation de tous les partis politiques sur le futur G20, François Hollande a refusé de recevoir Marine Le Pen, présidente de la troisième force politique française. Cette dernière a jugé cet ostracisme intolérable:

François Hollande montre qu’il ne sera pas plus républicain que ses prédécesseurs, et tout aussi peu respectueux de la démocratie. Ainsi l’on reçoit les chefs de tous les groupuscules représentés au Parlement, comme Jean-Pierre Chevènement, qui ne pèse plus rien politiquement, et l’on rejette la présidente du troisième parti de France ! Il n’y a qu’en France que l’on voit cela !

Ce comportement anti-républicain n’est pas une surprise pour celui qui connait la gauche. Mais ici, nous assistons à un recul démocratique. Non seulement parce qu’un président de la république est censé être le président de tous les français, mais aussi parce que sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, Jean-Marie Le Pen s’est rendu à – au moins – quatre reprises à l’Élysée.

Et comme le souligne lucette Jeanpierre sur riposte laïque, Hollande montre qu’il n’est qu’un minable politicien sectaire:

Aux naïfs qui tomberaient dans le coup de « l’anti-fascisme » que vont nous faire Hollande et tous les imposteurs socialistes, communistes ou écologiques, rappelons-nous quand même que cela n’a jamais dérangé ce paltoquet de se prosterner devant le FLN algérien, dont on connaît pourtant toutes les exactions exercées, historiquement, contre les harkis, contre leur peuple et contre les Pieds-noirs. Pourtant, qui pourrait nier qu’à côté d’un Bouteflika, Marine Le Pen et son parti sont des humanistes qui se situent largement à gauche de ces fascistes ?

Hollande nous fait penser à Sartre, qui n’avait qu’insultes contre le général de Gaulle, qu’il osait qualifier de fasciste, mais qui s’est prosterné toute sa vie devant les pires tyrans totalitaires, parfois sanguinaires ou staliniens, du moment qu’ils se disent marxistes, anti-capitalistes ou révolutionnaires.

Hollande crache sur Marine Le Pen et ses électeurs, mais ce grand laïque se prosterne devant les dignitaires musulmans, à qui il souhaite de bonnes fêtes religieuses, sans vouloir regarder la réalité du modèle fasciste (le seul vrai péril, aujourd’hui, en France) que lui et les siens sont en train de laisser s’implanter sur notre sol.

lire l’article