Entre France insoumise et Front national, de solides divergences

Gilles Finchelstein, de la Fondation Jean-Jaurès, et Brice Teinturier, d’Ipsos, mettent à mal deux idées : les soutiens de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon seraient électoralement poreux et idéologiquement convergents.

Deux idées ont fait florès tout au long de la séquence politique qui s’achève : les soutiens de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon seraient, d’une part, électoralement poreux et, d’autre part, idéologiquement convergents.

L’analyse des comportements réels a montré que la première était fausse. Avant le 23 avril, si la mobilité électorale a été très élevée, la mobilité entre le Front national (FN) et La France insoumise (LFI) a relevé de l’anecdote. Et le 7 mai, seuls 7 % des électeurs de M. Mélenchon ont apporté leur suffrage à Mme Le Pen.

La seconde idée est tout aussi erronée. La cinquième vague de l’enquête sur les fractures françaises, menée depuis janvier 2013 par Le Monde, la Fondation Jean-Jaurès et Sciences Po (programme viepol) et réalisée par Ipsos Sopra-Steria par Internet, du 21 au 27 juin, auprès d’un échantillon représentatif de 1 000 personnes, montre que ces deux électorats ne sont d’accord sur rien ou presque.

Façon de se projeter dans l’avenir ou le passé

La première série de divergences concerne la façon de se projeter dans l’avenir ou le passé. Les électeurs de Mme Le Pen sont massivement convaincus que la France est en déclin (94 %) et qu’il est irréversible (47 %) quand ceux de M. Mélenchon se singularisent par leur refus de même accepter l’idée que la France soit en déclin. Individuellement, la quasi-totalité (91 %) des frontistes déclare également « s’inspirer de plus en plus dans leur vie des valeurs du passé » quand tel n’est le cas que de la moitié des « insoumis » (52 %).

Rapport à l’autre et à l’immigration
La deuxième série de divergences, spectaculaire également, porte sur le rapport à l’autre en général et à l’immigration en particulier. 38 % des sympathisants de LFI estiment que l’on « peut faire confiance à la plupart des gens » contre 22 % dans la population générale et 7 % seulement chez les sympathisants du FN.

De même, 30 % des sympathisants…

Le Monde

D'autres articles: