Envolée de l’immigration sous le quinquennat Hollande

La démographe Michèle Tribalat revient sur le chiffre de 200.000 entrées d’étrangers par an, brandi systématiquement dans le débat public. Derrière cette apparente stabilité se cache une envolée de l’immigration sous le quinquennat Hollande.

(…) De 2007 à 2016, le nombre d’admissions au séjour a augmenté de près d’un tiers.

(…) De 2007 à 2016, le nombre d’admissions au séjour a augmenté de près d’un tiers. Si l’indicateur conjoncturel de fécondité passait de 2 enfants par femme à 2,64 enfants en neuf ans, parlerait-on de stabilité de la fécondité en France?
Comme le graphique ci-dessous l’indique, le flux a augmenté fortement jusqu’en 2010 et a été nettement freiné ensuite. Tel est le bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Avec le quinquennat de François Hollande le flux a repris de plus belle. On avait 172 000 entrées en 2007, on en a eu 193 000 en 2012, puis 228 000 en 2016 (chiffre estimé).
Évolution des admissions au séjour des étrangers en provenance de pays tiers de 2007 à 2016 (base 1=2007) Source: Ministère de l’Intérieur
Ceux qui tiennent à se fonder sur ces chiffres pour qualifier l’effet des politiques migratoires des deux quinquennats doivent avoir l’honnêteté minimale de présenter leur évolution réelle au fil de ces deux quinquennats.
D’ailleurs, si l’on regarde comment a évolué la proportion d’immigrés en France métropolitaine au fil des enquêtes annuelles de recensement, on retrouve un résultat similaire, même si l’année 2016 manque encore. La population immigrée s’est accrue de 1,15 % de 2007 à 2012, mais de 1,85 % de 2012 à 2015. Elle était de 8,35 % en 2007, de 8,84 en 2012, mais de 9,34 % en 2015.

Source

D'autres articles: