Est-on à la veille d’un nouveau krach boursier ?

Voir également l’article de la Chronique Agora : Krach boursier : rendez-vous au troisième trimestre ?

————–

Un responsable de la Réserve fédérale américaine (Fed) […] entrevoit des «feux orange» d’une possible surchauffe des marchés financiers et la possibilité d’une nouvelle crise financière.

Richard Fisher, le président de la banque régionale de la Fed à Dallas (Texas), a estimé, dans un discours prononcé vendredi à Hong Kong, que le soutien monétaire exceptionnel de la Fed «avait aidé à nourrir un marché boursier rugissant».

Dans ce discours, il souligne que les indices boursiers ont «presque triplé depuis leur plancher de 2009» et que la capitalisation du marché boursier américain atteint 145% du produit intérieur brut (PIB) du pays, soit deux fois plus que le dernier record en la matière qui date de mars 2000, avant l’éclatement de la bulle Internet.

Citant d’autres signes, comme le ratio de rendement par action ajusté de l’inflation qui a grimpé à 26 – à quatre points du niveau atteint (30) à la veille du krach de 1929 -, M. Fisher s’alarme de ces «feux orange».

«Nous devons veiller à ces développements pour ne pas être accusés d’avoir ressuscité le fantôme de l’exubérance irrationnelle», a-t-il lancé. M. Fisher fait référence à la célèbre expression utilisée par l’ancien patron de la Fed, Alan Greenspan, en 1996, pour décrire une surévaluation du marché des actions, quatre ans avant l’éclatement de la bulle technologique.

Alimenté par les achats d’actifs de la Fed, le marché du crédit américain est aujourd’hui «inondé de liquidités», affirme-t-il, ajoutant qu’«une large part de l’argent injecté par la Fed dans l’économie a été conservé à l’écart plutôt que dépensé dans les proportions souhaitées». Les banques ont accumulé «un montant énorme de réserves» : 2.700 milliards de dollars contre 2.000 avant la crise, souligne-t-il.

Ce membre votant cette année du Comité de politique monétaire (FOMC) se dit «plus que partisan» de la décision du comité de réduire les achats par la Fed de bons du Trésor et de titres adossés à des créances hypothécaires qui sont passés de 85 milliards de dollars par mois en décembre à 55 milliards aujourd’hui. Il trouve toutefois cet abaissement «un peu léger».

Le banquier central se dit aussi partisan d’un message d’orientation monétaire («Forward guidance») plus énigmatique qu’explicite, estimant que des engagements précis ou chiffrés ne sont «pas crédibles». Il prône ainsi un message d’orientation monétaire de type «delphique» qui rappelle les réponses ambiguës de l’oracle de Delphes.

«Cela revient à dire : voilà ce que nous pensons faire si l’économie évolue comme nous pensons qu’elle va le faire», résume-t-il. «L’orientation delphique clarifie votre pensée sur la politique monétaire sans faire de promesses (…). C’est plus obscur, plus énigmatique».

L’Essentiel et Le Temps

D'autres articles: