ESTROSI, MOSQUÉES, UOIF : POUR EN FINIR AVEC LE DOUBLE-DISCOURS ET LES MENSONGES !

Voici trois ans, je faisais condamner la municipalité de Christian Estrosi devant le Tribunal Administratif pour atteinte au principe de laïcité dans le cadre de la mosquée de la rue de Suisse dont le loyer (puisqu’elle est établie dans des locaux appartenant à la municipalité) était totalement sous-évalué. J’ai aussi, l’an passé, consacré un livre entier aux relations que Christian Estrosi entretient avec les musulmans de Nice, leurs imams et associations, et en particulier l’UMAM, branche locale de l’Union des Organisations Islamiques de France. Fort de cette expérience et cette expertise, je me dois de réagir à la petite entreprise de désinformation à laquelle s’est livré le député-maire de Nice dans les colonnes de Nice Matin ce lundi.*

Cea-tgqW8AIZ5nU

Christian Estrosi déclare que lors de son arrivée aux affaires il y avait 21 mosquées à Nice, il y a un an il avait déclaré sur une radio qu’il y en avait même 40… Puis il enchaîne en avouant – car c’est la première fois qu’il reconnait un tel chiffre ! – qu’il y en aurait aujourd’hui 17. En réalité 18 ou 19, selon les musulmans eux-mêmes, et il s’agit bien à leurs yeux de MOSQUÉES et non de « lieux de culte » comme le député-maire l’énonce pudiquement, sans doute pour ne pas affoler les Niçois. On aura bien compris le sens de ce soudain étalage de chiffres : Christian Estrosi veut ainsi expliquer que l’islamisation de notre ville a reculé grâce à lui. On croit rêver.

Les chiffres avancés sont évidemment tout à fait discutables, le député-maire n’apportant pas la moindre démonstration. Il n’évoque que la fermeture de la petite mosquée rue Saint-Joseph, qui n’a été qu’un déplacement (les salafistes se réunissant désormais ailleurs, das le même secteur) lié à un départ volontaire et non pas à ses fanfaronnades médiatiques. Par ailleurs, quand Christian Estrosi a poussé à la fermeture d’une autre petite mosquée, au foyer ADOMA, c’est pour favoriser l’ouverture de celle installée dans les locaux de Côte d’Azur Habitat aux pieds des HLM Roquebillière, sur plusieurs centaines de mètres carrés, et sous le contrôle des islamistes de l’UOIF. On est en droit de s’interroger sur l’initiative. D’autant que la mosquée en question porte un nom charmant : Al-Fath, c’est-à-dire « la conquête ». Christian Estrosi n’a-t-il pas pourtant reprocher à Dalil Boubakeur de faire de la France « une terre de conquête » à travers ses déclarations ? Le voici servi avec cette mosquée nommée « la conquête » dont il a lui-même permis et favorisé l’ouverture dans des locaux gérés par la municipalité ! Vous avez dit double-discours ?

Le jugement que Christian Estrosi porte sur ses partenaires de l’UOIF reste le passage le plus déconcertant de cet entretien : « organisation proche des Frères musulmans – des fondamentalistes » selon ses propres mots. Fort bien, c’est ce que je m’efforce de lui expliquer depuis 7 ans.
Mais alors pourquoi a-t-il donc tout fait depuis son arrivée à la mairie pour favoriser l’emprise de ces « fondamentalistes » sur les musulmans niçois ?! Pourquoi a-t-il fait de l’imam Otmane Aissaoui (président de l’UMAM) son interlocuteur privilégié et quasiment unique, l’invitant toujours à ses côtés ? Pourquoi a-t-il installé des imams liés à l’UMAM-UOIF et donc aux Frères Musulmans dans des locaux municipaux ? Pourquoi subventionne-t-il l’association Jeunes Musulmans de France, excroissance directe de l’UOIF ?

Ces faits sont publics, mais pourtant il ne se trouve personne pour porter la contradiction au tout-puissant député-maire de Nice quand celui-ci se permet de telles affirmations. Je considère pour ma part qu’il est de mon devoir de continuer, inlassablement, à informer les Niçois sur la politique que mène réellement leur maire. Ce sera le cas tant que ses paroles ne refléteront pas ses actes, et inversement.

Philippe Vardon
Auteur de « L’imam Estrosi – Demain à Nice, 20 mosquées »

* http://www.nicematin.com/…/le-maire-de-nice-soppose-fermeme…