Financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par Khadafi en 2007 : l’implication du malien Bani Kanté

Depuis quelques jours, notre compatriote Amadou Cheick Bani Kanté est au coeur de l’actualité française. Et pour cause: l’affaire de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par Khadafi en 2007. On sait depuis plusieurs mois que la justice française a ouvert une enquête sur le financement illégal de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par le guide de la révolution libyenne, Mouammar Kadhafi. Une affaire très grave au yeux de la législation française.

(…)BANI KANTÉ, CONSEILLER SPÉCIAL D’ATT

Le cas de Amadou Cheick Bani Kanté semble être la piste la plus solide pour mieux comprendre le réseau de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par Khadafi.

Plus connu sous le nom de Bani Kanté, cet homme d’affaires était également le Conseiller Spécial du Président ATT. C’est lui qui gérait l’avion présidentiel: les pilotes et l’équipage, les plans de vol, les royalties à payer dans les aéroports, les entretiens de l’appareil. ATT ne se déplaçait jamais sans Bani Kanté, puisqu’il était toujours à bord de l’avion présidentiel.

Il a été un moment le secrétaire national adjoint du Parti pour le Développement Économique et Social (Pdes).

Amadou Cheick Bani Kanté était également le grand patron des investissements libyens au Mali (son titre était “le représentant de la Libyan Africa Investment Portfolio (Lap)”) : les hôtels, les stations d’essence, les exportations de fruits pour le compte du pouvoir libyen, les financements occultes de telle ou telle personnalité, de tel ou tel projet, etc… Il est dit également que Bani Kanté jouait le même rôle pour toute l’Afrique de l’ouest pour le compte du pouvoir de Mouammar Kadhafi.

Le correspondant direct de Bani Kanté en Libye était le Libyen noir, Béchir Saleh. Celui-là même que khadafi appelait “le Noir” et qui était son directeur de cabinet et en quelque sorte son ambassadeur auprès des Chefs d’États africains, surtout francophones.

Il est dit que Amadou Cheick Bani Kanté et Béchir Saleh s’étaient connus en France, alors qu’ils y étudiaient tous les deux, avant qu’ils ne travaillent tous deux pour le pouvoir de Mouammar Kadhafi.

L’IMPLICATION DE BANI KANTÉ DANS L’AFFAIRE DE FINANCEMENT

Un homme d’affaires français répondant au nom de Jacques Dupuydauby, PDG de la société Progosa, qui a longtemps travaillé avec la Libye de Kadhafi, affirme avoir rencontré Amadou Cheick Bani Kanté à Tripoli, en compagnie de Béchir Saleh. C’était au cours d’une réunion qui s’est tenue le 28 janvier 2009.

Au cours de cette réunion, Jacques Dupuydauby affirme que Béchir Saleh et Bani Kanté ont parlé devant lui du financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi.

Jacques Dupuydauby a fait cette déclaration, le 8 avril 2013, devant le juge français qui enquête sur l’affaire du financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi.

Notre compatriote est soupçonné d’être celui qui a porté “les valises” d’argent libyen à Sarkozy. Donc d’être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007. Et c’est pourquoi la justice française veut qu’il soit auditionné.

Le mercredi 20 août 2014, interrogé par Radio France Internationale (Rfi) sur son rôle réel dans cette affaire, Bani Kanté a répondu aux allégations de la justice française, assurant « tomber un peu des nues parce que je n’ai jamais été un porteur de valises pour qui que ce soit. (…)“Je n’ai jamais été témoin d’un tel financement. Je ne connais rien de l’affaire »… »Je n’ai jamais été porteur de valises. C’est faux, et je n’ai jamais rencontré Sarkozy de ma vie »… Je ne me sens pas concerné par cette affaire et je suis quand même prêt à m’expliquer devant la justice française ou malienne dès qu’on me convoquera. Mon rôle était d’être une passerelle entre les autorités maliennes et les autorités libyennes par rapport à des projets. (…) Entre nous, Kadhafi et Sarkozy n’avaient pas besoin de moi pour transporter une valise quand même ! »

A propos de Béchir Saleh, Bani Kanté a déclaré que celui-ci « est un ami avec qui j’ai travaillé correctement pour les intérêts du Mali et de la Libye ». Et à propos de la réunion qui s’est tenue le 28 janvier 2009, selon Jacques Dupuydauby, et au cours de laquelle Béchir Saleh et Bani Kanté ont parlé du financement de la campagne de Nicolas Sarkozy, notre compatriote a déclaré sur Rfi que « Je n’ai jamais eu une rencontre pareille !… Je ne le connais pas ».

Toujours le mercredi 20 août 2014, Jacques Dupuydauby, Pdg de Progosa, a réagi aux propos de Amadou Cheick Bani Kanté, en déclarant: “Nous nous connaissons très bien… Tant à titre personnel que professionnel, Bani Kanté et moi-même nous connaissons très bien.”

Comme on le voit, Amadou Cheick Bani Kanté est dans une mauvaise passe. Dans cette affaire il y a un témoin à charge contre lui. Ce témoin est crédible et son témoignage l’est autant, parce qu’il apporte une date, un lieu précis et un objet clair. Il appartient à notre compatriote d’apporter la preuve concrète qu’il n’était pas en Libye à la date du 28 janvier 2009. Affaire à suivre donc.

Demba KONTÉ

Source: Nouvel Horizon