Finlande : viol collectif et répété d’une adolescente par une dizaine de migrants, le ministre de l’Intérieur est consterné

Le ministre de l’Intérieur Kai Mykkänen a exprimé sa consternation devant les informations selon lesquelles un groupe d’hommes est soupçonné d’avoir violé et abusé sexuellement à plusieurs reprises une mineure pendant deux mois à Oulu, Ostrobothnia du Nord.

« Ce genre de choses ne devrait pas se produire en Finlande« , s’est-il lamenté sur la radio publique YLE A-Studio ce lundi.

Le service de police de Oulu a rapporté samedi que plusieurs hommes d’origine étrangère sont soupçonnés d’avoir violé et abusé sexuellement à plusieurs reprises une fille de plus de 10 ans mais de moins de 15 ans dans un certain nombre d’appartements à Oulu. Le tribunal de district d’Oulu a placé en détention sept personnes soupçonnées d’abus sexuels graves sur enfant de moins de 15 ans et de viols aggravés en relation avec ces infractions, qui auraient eu lieu cette année sur une période de plusieurs mois. D’autres arrestations sont attendues, selon les services de police d’Oulu. […]

L’antenne nationale YLE a souligné lundi que les ressortissants étrangers sont surreprésentés dans les statistiques concernant les crimes sexuels: en 2017, les ressortissants finlandais étaient soupçonnés d’un total de 693 crimes sexuels et les ressortissants étrangers de 286 crimes sexuels en Finlande. « C’est une question difficile dont nous devons pouvoir parler », a commenté Mykkänen.

Il a également attiré l’attention sur la nécessité de prendre des mesures pour prévenir les crimes sexuels, par exemple en sensibilisant les résidents des centres d’accueil à travers le pays.

Le gouvernement finlandais a déposé une proposition législative visant à accélérer les expulsions dans les cas où l’étranger a commis un crime en Finlande. Le Ministère de la justice, quant à lui, a présenté une proposition législative visant à introduire le viol aggravé d’un enfant dans le Code pénal et à alourdir les peines prévues en cas d’abus sexuel aggravé sur enfants.

Helsinski Times