FN : Gilbert Collard avoue «prendre pour un con» le journaliste Guillaume Durand

l ne s’est même pas donné la peine de botter en touche à coup d’éléments de langage. Invité mardi martin de Guillaume Durand sur Radio Classique, Gilbert Collard a refusé avec joie de s’épancher sur les accusations portées par deux journalistes du Canard Enchaîné. Ces derniers, dans le déjà célèbre livre-enquête «Bienvenue Place Beauvau», affirment en effet que Christian Lambert, le patron de l’unité d’élite du Raid, a fait appel au député Rassemblement bleu marine (RBM) pour proposer ses services au Front national.

 

«Quand je joue les intermédiaires, si cela m’arrive, je me garde bien de le dire», lance alors Gilbert Collard. «C’est intéressant, parce qu’il y a un grand débat sur l’appareil d’Etat aujourd’hui, qui est lancé par Les Républicains… Est-ce que le patron du Raid est un membre du Front national ?», relance Guillaume Durand, avant que l’avocat déclare ne pas connaître «ce monsieur». «Je n’en ai jamais entendu parler», ajoute-t-il, avant d’assumer, plus serein que jamais, qu’il se moque de son interlocuteur. «Je vous prends pour un con, oui, tout à fait» , répète-t-il, le sourire aux coins des lèvres…

 

Le dialogue de sourds s’éternise, l’un et l’autre campant sur leurs positions. Extraits de fin : «Est-ce qu’il (Christian Lambert ndlr) est membre du Front national ? – Pas du tout. […] Je vous prends pour un con, je vous dis. […] Si cela était [vrai], ce qui n’est pas le cas, est-ce que j’irais vous le dire ? – Je vous pose la question – Bah bravo, vous avez tout à fait le droit de me poser toutes les questions.»

 

VIDEO. «Je vous prends pour un con» : quand Gilbert Collard répond à Guillaume Durand (Radio Classique)

« Le dossier François Fillon existe…par radioclassique

 

«Je vois pas comment le téléphone pourrait se déclencher tout seul»

Gilbert Collard ne s’arrête pas là. Il est question dans ce deuxième acte -tout aussi sidérant- d’espionnage via smartphone. Alors que Guillaume Durand lui demande s’il pense être sur écoute, Gilbert Collard se lance dans une étrange explication. «Moi, je suis sur écoute, affirme l’ancien avocat. Je le sais parce que mon téléphone, de temps en temps, se déclenche tout seul et me dit, c’est incroyable mais vrai : « Répétez ce que vous venez de dire ». Bon. Je ne vois pas comment le téléphone pourrait se déclencher tout seul.»

 

Impossible de savoir s’il se joue encore de l’intervieweur. Il est en tout cas nécessaire de rappeler que ce dont parle Gilbert Collard n’est autre que le système de reconnaissance vocale installé sur une majorité des smartphones. En appuyant sur le bouton central -par inadvertance ou non-, une voix interpelle automatiquement l’usager.

 

Trois semaines plus tôt, le soutien de Marine le Pen avait déjà affiché ses limites numériques, en publiant par erreur sur Twitter plusieurs de ses mots de passe et identifiants.

Source