France Inter : « La question ethno-culturelle est décisive pour comprendre les clivages électoraux »

Le Front National gagne-t-il du terrain en banlieue ? La Seine St Denis sera-t-il le laboratoire d’une banlieue patriote ? Quel est la réalité du vote frontiste dans les banlieues françaises ? Comment votent les différentes communautés ? Les votes ont-ils évolué ? Existe-t-il un lien entre le vote FN et la population issue de l’immigration ?

« Historiquement, la Seine-St-Denis a fait figure de bastion FN notamment sur des problématiques liées à la confrontation avec une population immigrée, néanmoins aujourd’hui hormis quelques communes ou quartiers, le vote FN est en fort recul.

La question ethno-culturelle est tout à fait décisive pour comprendre comment se structure les clivages politiques et électoraux.

La population issue de l’immigration européenne vote souvent plus FN que la moyenne national. Quand on connaît la sociologie électorale, on constate un vote FN relativement élevé dans certaines communes du Val de Marne dans des quartiers où il y a une forte population d’origine portugaise. » Jérome Fourquet, directeur de l’IFOP.

« Le cadre FN Farid Smahi explique en 2002 que les banlieues vont voter FN car ce parti lutte comme eux contre le lobby sioniste. Fabrice Robert, président aujourd’hui du Bloc Identitaire, lui répond : « Farid Smahi ne comprend pas que l’électorat du FN vote contre sa présence, vote contre lui. » Nicolas Lebourg, spécialiste FN.