Politique

France Orange Mécanique : attroupement de jeunes armés devant un lycée, 26 interpellations

Vingt-six jeunes ont été interpellés mardi vers midi alors qu’ils étaient sur le point de s’affronter devant une annexe du lycée Edgar Quinet, rue Duperré (9e arrondissement de Paris). De nombreux policiers ont été mobilisés et des armes ont été saisies.

photo-1Une guerre entre bandes a bien failli éclater mardi vers 12h30, en plein cœur 9e arrondissement de Paris. Vingt-six jeunes ont été interpellés alors qu’ils s’attroupaient devant le lycée général et technologique Edgar Quinet, rue Duperré, selon une information révélée par RTL.

Les suspects, qui n’étaient pas inscrits dans l’établissement, se sont rassemblés devant le lycée avec un véritable arsenal : battes, béquilles, armes blanches, couteaux, bombes lacrymogènes, machettes et même un sabre de samouraï, selon des témoins. Ils avaient la ferme intention d’en découdre avec un élève de 16 ans, scolarisé au lycée. 

 

La police demande des renforts

C’est le proviseur du lycée qui, voyant des jeunes à « l’air hostile » qui se regroupaient, a prévenu la police.  Pour éviter l’affrontement, la police a dû appeler en renfort plusieurs équipes de la brigade anticriminalité (BAC).  Les vingt-six interpellés ont été placés en garde à vue à la demande du parquet.  

Les origines du conflit étaient inconnues mardi soir. Il s’agirait « d’une histoire de bandes », a indiqué à Metronews le proviseur, Jean Claude Devaux. Une quarantaine de jeunes s’étaient postés une première fois vers midi devant le lycée, avant de revenir vers 13 heures. « Heureusement, c’est arrivé entre midi et deux. Beaucoup d’élèves n’ont rien vu », a précisé le proviseur.

« Escalade de violence »

Selon une source policière, les jeunes interpellés ont entre 14 et 18 ans. Lundi soir, une première altercation entre jeunes s’est soldée par six interpellations rue Lafayette, à proximité. « C’était le match retour », estimait cette source.

Dans un contexte électoral fort, la droite parisienne n’a pas hésité à dénoncer « l’escalade de violence qui sévit dans Paris », ciblant « l’angélisme de l’équipe sortante » et appelant au renforcement de la vidéoprotection et de la « police de quartier ».

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE