« Pourquoi François Fillon fait-il appel à un ami pour régler ses costumes ? »

Ça devient franchement n’importe quoi… 

Petites précisions:

Le JDD appartient à Lagardère Active, qui possède également Europe1 et d’autres média comme Paris-match qui a battu des records de Une pro-Macron.
Mais pourquoi Lagardère aime tant Macron?: Ce dernier était secrétaire général adjoint à l’Elysée en charge des affaires économiques, dans le dépeçage de EADS en 2013 qui permit au groupe Lagardère d’empocher un jackpot à 2 milliards d’euros ( !) et au principal intéressé de se renflouer à hauteur d’une centaine de millions d’euros. Comme le décrivait à l’époque le journal Marianne, « en fait, la négociation n’a pas eu lieu avec le ministère, mais entre Marwan Lahoud, numéro 2 d’EADS, et le tandem Emmanuel Macron, secrétaire général adjoint de l’Elysée et ex-banquier d’affaires chez Rothschild, accompagné de David Azéma, directeur de l’Agence des participations de l’Etat, haut fonctionnaire lui aussi passé par le privé, chez Vinci en l’occurrence. Un observateur de la négociation décrit leur attitude pendant le deal : « Ils ont été for-mi-dables ! Enfin des responsables qui gèrent les participations de l’Etat comme s’ils étaient un fonds de pension… » Il y a des compliments qui tuent ».


Le 20 février, deux costumes de Fillon ont été payés en chèque par un ami généreux, pour un montant de 13 000 euros https://t.co/kOi9CMdyol pic.twitter.com/4wa3vISz4s

Laurent Valdiguié, journaliste au Journal du dimanche, revient sur les interrogations soulevées par les révélations sur l’achat de costumes sur-mesure par François Fillon.

Après les accusations d’emploi fictif ou encore celles sur le détournement de fonds sénatoriaux, François Fillon fait l’objet de nouvelles révélations embarrassantes dans les colonnes du Journal du dimanche. Cette fois, elles concernent sa garde-robe et l’achat, en espèces puis grâce aux chèques d’un ami, de différents costumes dans une grande enseigne parisienne.

« On a enquêté sur les costumes sur mesure de François Fillon et on a découvert que depuis le mois de septembre, il avait commandé trois costumes sur mesure », explique le journaliste Laurent Valdiguié au micro d’Europe 1. « Selon nos sources, un costume pour 7.000 euros et une veste pour 5.000 euros ont été réglés en espèces. En revanche, le 9 et 10

février, les deux derniers costumes, 6.500 euros chacun, n’ont pas été réglés immédiatement mais ont été payés par un chèque d’un ami, qui a confirmé au JDD, à la demande de François Fillon, avoir fait un chèque de 13.000 euros pour ces deux derniers costumes. »

35.500 euros d’achats en espèces. Pour le journaliste d’investigation, ces éléments soulèvent deux interrogations principales. D’abord, « pourquoi des espèces ? Et qui aurait versé ces espèces pour payer un costume et une veste forestière à François Fillon cet automne ? » D’autres achats depuis 2012 font monter la facture en espèces à 35.500 euros.

Ensuite, « pourquoi ne pas avoir fait appel aux fonds de la campagne électorale proprement dite et pourquoi un ami à lui seul a-t-il été amené à faire un cadeau de 13.000 euros au candidat ? » Une enquête de Buzzfeed sur l’activité d’Anne Faguer, assistante parlementaire mobilisée pour la campagne présidentielle, interrogeait déjà sur la possibilité de voir le candidat Fillon contourner les règles de financement pour l’élection présidentielle.

« Rien de répréhensible », répond l’entourage de Fillon. « On se demande jusqu’où iront ces intrusions malveillantes dans sa vie privée », a répondu l’entourage de François Fillon auprès du JDD. « Il est exact qu’un de ses amis lui a offert des costumes en février. Ça n’a rien de répréhensible. Quant à l’affirmation que certains costumes auraient été payés en espèces, c’est totalement extravagant. Aucune maison sérieuse n’accepte des paiements en espèces pour de tels montants. »