Goldman Sachs conseille une baisse générale des salaires de 30 % en France

Interrogé par le Huffington Post sur une éventuelle solution pour sortir la France de la crise financière, Huw Pill, économiste en chef de Goldman Sachs en Europe, répond qu’il faudrait baisser la « moyenne salariale d’environ un tiers », précisant toute de même que ce serait « politiquement impossible à imposer ».

Une recette miracle pour François Hollande ?

Il faudrait déplacer l’emprise de l’Etat vers le secteur privé. Ensuite, il faudrait s’appuyer sur une baisse des salaires générale, afin de regagner de la compétitivité. On estime que la France devrait réduire sa moyenne salariale d’environ un tiers, ce qui est politiquement impossible à imposer…

Si cette proposition est appliquée, le salaire minimum équivaudrait à un peu moins de 1 000 € par mois alors que dans le même temps, on parle de centaines de millions de dollars de bonus chez les actionnaires de Goldman Sachs en 2012.

Mais que les gars de la Goldman sachs ne s’inquiètent pas. François Mimolette est sur la bonne voie du grand saccage social. Pour améliorer la compétitivité de l’industrie française tout en restant dans l’euro et en réduisant les dépenses publiques comme le lui recommandent les grands d’Europe et les marchés, Mimolette va pousser les salaires à la baisse. C’est l’équivalent d’une dévaluation interne… l’idée est déjà présente dans l’accord signé entre le patronat, la CFDT, et la CGC comme l’explique si justement Jacques Sapir dans un article : Flexibilité et dévaluation interne : de dangereuses idées à la mode

Le seul résultat de cette méthode sera de tuer la demande et d’enfoncer les gens dans la précarité. C’est ce que l’on constate dans les pays fortement endettés du Sud de l’Europe.
On est sur la route de la tiers-mondisation de l’europe

Lire un rapport intéressant de Natixis sur le sujet

Mais aussi nos articles :

La BCE : «Baissez les salaires pour préserver l’euro» (vidéo)

Compétitivité : l’aveu de Mme Christine Lagarde » il faudra baisser

Nicolas Doze : il faudra baisser les salaires.

Philippe Béchade : « Ce n’est pas l’euro, c’est le modèle social européen qui éclate ! » (vidéo)