Grèce : affrontements entre police et clandestins sur l’île de Lesbos, le maire appelle au boycott des élections

La manifestation a largement impliqués des Afghans, des Syriens et des Irakiens, qui ont déclaré aux journalistes qu’ils n’avaient reçu aucune aide du gouvernement grec et sont à court d’argent.

Un réfugié a été emmené en ambulance après les affrontements, le troisième incident de ce genre en autant de jours.

Les îles grecques sont au centre de la crise croissante des réfugiés, en tant que l’un des premiers points de débarquement pour les bateaux venant de Turquie.

Samedi, un nouveau-né est mort alors ses parents sont arrivés en bateau sur les rives de l’île d’Agathonissi. Le garçon a été transporté à un hôpital sur l’île voisine de Samos, où il a été déclaré mort.

Plus de 13 000 personnes ont été transportés en Grèce continentale depuis îles depuis lundi dernier, selon les garde-côtes, y compris avec ferry de 2 500 passagers pour la seule journée de samedi.

A Lesbos, le maire de la ville principale de l’île a demandé au gouvernement de faire davantage pour remédier à la situation.

« Une île de 85 000 personnes supporte le fardeau d’une énorme crise humanitaire », a déclaré Spyros Galinos. « Nous appelons les habitants de Lesbos à ne pas participer aux prochaines élections et nous affirmons clairement notre intention de ne pas mettre en place d’urnes, si il n’y a pas une action immédiate. »

Traduction Fdesouche

The Independent