Média-mensonge et propagande,  Politique,  vidéo

Grèce: le laboratoire de l’Europe et l’avenir de la France (vidéo)

L’agonie de la Grèce n’en finit plus. Ses bourreaux s’acharnent. Souvenez-vous, il y a quelques mois Sarkozy et Merkel ont tout fait pour que le référendum sur la sortie de l’euro proposé par le premier ministre Papandréou n’ait pas lieu. Ils sont parvenus à leur fin. Et l’Europe, sans consulter le peuple grec, a aussitôt placer à la tête du pays des oligarques de la banque Goldman Sachs.
Aujourd’hui les grecs s’enfoncent dans la misère. Avec 6% de récession, un salaire minimum descendu à 400 euros et un chômage insurmontable, les successifs plans de rigueurs se sont avérés inefficaces et ont ramené l’économie du pays aux années 50. Aujourd’hui beaucoup s’accordent enfin à dire ( ce ne nous disions depuis le début) qu’il faut sortir la Grèce de la zone euro, et que le berceau de la démocratie retrouve sa souveraineté monétaire. Mais cette seule et unique solution signerait l’échec de nos Européistes et pourrait donner des idées aux autres pays qui dansent au bord du gouffre. Ce serait donc la mort de l’Euro.

Malgré la gravité des enjeux, cette crise apparait comme un fantôme dans la campagne présidentielle en France. Ce n’est bien évidement pas un hasard. Les trois candidats (UMP, PS, Modem) savent qu’ils sont responsables des choix qui ont été pris sur la monnaie unique ainsi que sur l’ensemble des traités européens qu’ils ont soutenu et signé. Il savent qu’ils partagent les mêmes solutions: plan de rigueurs, et abandon total de notre souveraineté. Et c’est le nœud gordien de l’élection qui se profile: parler de la crise, c’est prendre le risque de transformer la présidentielle en référendum pour ou contre une Europe fédérale. Le peuple ne voulant pas entendre parler d’une éventuelle soumission aux directives d’une Europe Allemande, le système a beaucoup à perdre. Alors ils préfèrent se taire et amuser la galerie avec des postures pseudo-patriotiques dictées par leurs communicants. Leur objectif: nous mettre au pied du mur, après l’élection. L’économiste Marc Fiorentino envisage même, dans la Tribune, que dès le 7 Mai, au lendemain de l’élection de François Hollande, la France sera attaquée par les marchés.

Le 7 Mai la France sera attaquée. Et mise à genoux. Dans la City et dans les plus grands hedge funds américains, c’est la veillée d’armes. On se prépare. Dans le calme mais avec une détermination froide et inquiétante.

Il faut être conscient qu’en Grèce se joue l’avenir de la France, de la zone euro, et de la construction de l’Europe. Nous sommes à un carrefour de notre histoire. Ne pas voir que la Grèce est devenue le laboratoire des plans d’austérités à venir en Europe, c’est faire preuve du pire cynisme. Pour l’instant la résistance est contenue par la police, sauf que depuis hier cette dernière a fait savoir qu’elle ne jouerait pas le jeu du pouvoir bien longtemps…le principal syndicat de la police a même menacé de réclamer des mandats d’arrêt contre les émissaires de l’Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI) imposant la mise en œuvre de mesures d’austérité fortement impopulaires.

L’avenir va se tendre !!!!!


Grèce labo de l'Europe – Plans d'austérités par khalem2012