Politique

Grenoble: 2 hommes tués dans une rixe (Maj)

Addendum :

Nous sommes rassurés de savoir que Manuel Valls est ému.

« banlieue sensible de Grenoble », »mauvais regard », « petit frère », « couteau« , « pioche« , c’est bon, on a compris !

Deux jeunes hommes sans histoires de 20 et de 21 ans ont été tués à l’arme blanche lors d’une rixe vendredi soir à la Villeneuve, banlieue sensible de Grenoble.

La première victime, que les secours ont tenté de réanimer en vain, était décédée après avoir reçu plusieurs coups de couteau dont l’un mortel au thorax. L’autre victime, un jeune homme de 20 ans dont le pronostic vital était engagé lors de son transfert à l’hôpital, est décédée ce samedi matin, a indiqué un responsable de la police.

Les deux victimes, étudiantes et sans problèmes selon les voisins, n’étaient pas défavorablement connues des services de police. Les deux hommes, amis d’enfance selon des voisins, étaient dans un parc de la Villeneuve, à Echirolles, lorsqu’un groupe de personnes à pied et à scooter a « fondu » sur eux vers 21h00, leur assénant de nombreux coups de couteau et de pioche, a indiqué la police. Des douilles d’arme à feu non létale, provenant probablement d’un pistolet à grenaille, ont également été retrouvées sur place.

Des témoins évoquent deux disputes

Selon des voisins, une dispute aurait éclaté plus tôt entre le petit frère d’une des victimes à la sortie du lycée en raison « d’un mauvais regard ».

Cette piste est étudiée par la police, qui estime toutefois qu’il est encore trop tôt pour la confirmer. Une dispute à quelques mètres du lieu du drame avait par ailleurs éclaté dès 20h00 dans ce même quartier, mais les policiers de la brigade spécialisée n’avaient constaté aucune victime sur place. « On peut penser raisonnablement qu’il y a un lien entre les deux disputes. Le rapport de force lors de cette première rixe était plus équilibré et puis sans doute que des personnes ont décidé de revenir en force », selon la police.

Une personne, considérée comme un témoin privilégié, était entendue ce matin à l’hôtel de police de Grenoble. Aucune autre interpellation n’a eu lieu. Un cordon de sécurité a du être installé hier soir aux urgences de l’hôpital après l’arrivée des familles des victimes et de leurs amis, très remontés, a précisé la même source qui souligne toutefois « l’extrême dignité » dont font preuve les familles.

source : Le Figaro