Hillary Clinton : « L’Europe doit freiner l’immigration pour mettre un terme aux populistes de droite »

Les élites mondialistes sont terrorisés par le peuple. Le vrai danger pour eux ce n’est pas la perte de notre identité et de notre modèle économique, social et démocratique, non, pour le seul et unique danger c’est le peuple et les populistes.


« L’Europe doit maîtriser l’immigration pour lutter contre la menace croissante des populistes de droite », a déclaré Hillary Clinton, appelant les dirigeants du continent à envoyer un signal plus fort montrant « qu’ils ne pourront plus continuer à fournir refuge et soutien ».

Dans une interview accordée au Guardian, l’ancienne candidate démocrate à la présidence a salué la générosité de la chancelière allemande, Angela Merkel, tout en suggérant que« l’immigration était un sujet prioritaire pour les électeurs et avait contribué à l’élection de Donald Trump et au Brexit. »

« J’admire les approches très généreuses et empreintes de compassion adoptées notamment par des dirigeants comme Angela Merkel, mais je pense qu’il est juste de dire que l’Europe a fait sa part et doit envoyer un message très clair: nous ne pourrons pas continuer à fournir refuge et soutien, parce que si nous ne traitons pas la question de la migration, cela continuera à faire trembler le corps politique ».

Les propos de Clinton risquent de susciter la controverse dans toute l’Europe, qui s’est battue pour former une position unifiée depuis que plus d’un million de migrants et de réfugiés sont arrivés dans l’UE en 2015.

« L’utilisation des immigrés en tant que moyen politique et en tant que symbole du gouvernement qui a mal tourné, des attaques contre son patrimoine, son identité, son unité nationale a été très exploitée par le gouvernement actuel », a-t-elle déclaré.

Le Brexit, décrit par Clinton comme le plus grand acte d’autodestruction économique de l’histoire moderne, « était essentiellement lié à l’immigration », a-t-elle déclaré.

Les deux autres personnes interrogées, Tony Blair et Matteo Renzi , ont convenu que le problème de la migration avait posé des problèmes importants à la politique centriste.

The Guardian  via fdesouche