Politique

Immigration : le député PS René Dosière veut limiter l’immigration.

Dans son dernier ouvrage, «L’Etat au régime», le député socialiste de l’Aisne René Dosière propose des pistes de réforme pour faire maigrir l’Etat et réduire les dépenses publiques. Et face aux excès générés par l’aide médicale d’Etat dispensée aux clandestins, René Dosière appelle à « limiter l’immigration ».
Oui, vous avez bien lu : limiter l’immigration. Certes on n’en est pas à l’arrêt de l’immigration, mais ne boudons pas notre plaisir, c’est un premier pas franchit vers une politique de raison… et vers le changement.

Cette proposition, qui va faire rugir de colère nos vertueux immigrationnistes, confirme que l’immigration est loin d’être une richesse pour la France.
On se demande comment vont faire les média et les militants anti-racistes pour lutter contre les « fascistes » si même des députés socialistes se mettent à parler comme Marine Le Pen.

Extrait de l’Entretien de René Dozière dans le Cri du Contribuable.

«Les organismes de Sécurité sociale devraient impérativement être équilibrés» écrivez-vous. Etes-vous d’accord avec la suppression du forfait AME de 30 € par le ministre de la Santé Marisol Touraine ?

L’AME (aide médicale d’Etat) est une disposition qui s’applique aux clandestins, qui n’ont aucune couverture, pour des raisons humanitaires. Leur état de santé doit parfois faire l’objet d’une prise en charge médicale.

Le rapport du comité d’évaluation sur l’AME, réalisé par le député Goasguen, montre que ce système ne fonctionne pas. Son budget explose. Mais le problème est d’avantage celui du dysfonctionnement entre les caisses de Sécurité sociale.

Ceux qui reçoivent l’AME n’ont rien du tout, donc je ne suis pas contre une participation des contribuables. Il faut réorganiser l’organisation de l’AME pour mieux maîtriser les choses.

Il faut aussi limiter l’immigration. Mais comment empêcher les gens de risquer leur vie pour venir s’installer clandestinement chez nous ? Il vaut mieux les renvoyer chez eux lorsque nous constatons leur présence. Le problème dépasse de beaucoup l’AME.