Immigration: le FN dénonce une « hypocrisie politique française »

Addendum : Communiqué de Steeve Briois, Secrétaire général du Front National

La campagne de David Cameron lancée à Londres ces derniers jours contre l’immigration clandestine nous amène à nous poser un certain nombre de questions.

BrioisSur le thème « Rentrez chez vous ou assumez d’être arrêtés », nous nous demandons comment serait perçue cette campagne si elle émanait du Front National, déjà taxé de crypto-fascisme quand il évoque le contrôle et le renvoi chez eux des immigrés clandestins. Nous posons donc le problème : le gouvernement socialiste français va-t-il mettre fin aux relations cordiales qu’entretiennent nos deux pays afin de ne pas cautionner cette campagne qu’il jugerait inacceptable sur le territoire français ?

Plus sérieusement, ce genre de campagne est extrêmement courant dans les pays où il reste une classe politique un peu consciente : le Japon avait notamment lancé dans certaines préfectures une campagne de dénonciation des immigrés clandestins qui, encore une fois, sont par définition des délinquants. Là encore, les relations entre la France et le Japon n’avaient pas été altérées et nous nous en félicitons.

– – – – – – – –

Après le lancement d’une campagne en Grande-Bretagne incitant les immigrés clandestins à « rentrer chez eux », le Front national s’interroge sur l’impact qu’une telle campagne pourrait avoir en France, pays où « la liberté d’expression est aujourd’hui plus que bafouée ».

2525407« Rentrez chez-vous ou vous courez le risque de vous faire arrêter« . Cette campagne anti-immigration, diffusée à Londres la semaine dernière à l’initiative du Premier ministre conservateur, David Cameron, a suscité la polémique dans tout le pays et la division au sein de la classe politique.

En France, le Front national a jugé que s’il avait lui-même porté un tel message en France, il aurait été bien plus stigmatisé, puisque, selon lui, « la France est un pays où la liberté d’expression n’a aujourd’hui plus aucune valeur. »

 

Censure et hypocrisie

A L’Express, le vice-président du Front national, Louis Aliot, poursuit en dénonçant une « hypocrisie politique française » ainsi qu’une absence de débats due à la « censure permanente opérée par de nombreuses associations françaises sur des sujets qui ne peuvent être perçus à juste titre comme tabous ».

Louis Aliot a toutefois affirmé « faire confiance aux Français, désormais lucides sur la situation de leur pays, sur l’incompatibilité entre islamisme et république et sur le nécessaire renforcement des frontières à l’échelle européenne« .

Et d’ajouter que les « citoyens français étaient toujours plus nombreux à refuser de se taire sur le problème de l’immigration et de l’insécurité dans le pays de Voltaire pour qui la liberté d’expression était si chère ».