Non classé

Irak : la ville de Faloudja tombe aux mains d’al-Qaida

Où sont toutes ces belles âmes qui ont défendu l’intervention américaine en Irak ? Où sont ces va-t-en guerre qui ont fermé les yeux sur la propagande du gouvernement Bush ? Aujourd’hui que nous savons que Colin Powell a menti à la planète entière sur les pseudo-armes chimques de Saddam Hussein , n’ont-ils pas l’impression d’avoir collaboré à un crime contre l’humanité ? Et pour quels résultats ? Sont-ils satisfait dans leurs petits appartements cossus du beau Paris d’avoir semé la terreur, le chaos, réveillé des haines, de la rancœur au sein d’un peuple qui n’avait rien demandé, et ouvert la voie aux islamistes ? Qu’est-ce-qu’ils ont à dire aujourd’hui les BHL, Kouchner et compagnie….???

histoire05-colin-powell-anthrax-irakEst ce qu ‘un jour on se rendra compte de tout le mal qu’ont fait ces racailles ? Est-ce-qu’un jour on pourra dire que finalement les fascistes… ce sont eux ?

——————

Devenu un bastion de l’insurrection après l’invasion américaine, la ville est le théâtre d’intenses combats depuis le début de la semaine. 55 combattants d’al-Qaida auraient été tués ce samedi.

Le gouvernement irakien a perdu le contrôle de Faloudja, tombée aux mains de combattants liés à al-Qaida, une ville où les forces américaines ont subi de lourdes pertes face à l’insurrection. Aucun bilan global des violences de la semaine à Faloudja, à 60 km à l’ouest de Bagdad, ou à Ramadi, à 50 km plus à l’ouest, n’était disponible, mais des responsables ont fait état de 103 morts vendredi, dont 32 civils, et de 65 morts samedi, dont 55 combattants liés à al-Qaida.

«Nous ne céderons pas tant que nous n’aurons pas vaincu tous les groupes terroristes et sauvé notre peuple à Anbar», a assuré le premier ministre Nouri al-Maliki, selon des propos rapportés par la télévision d’Etat. Les combats ont été déclenchés lundi par le démantèlement d’un camp de protestataires anti-gouvernementaux dans la province d’Al-Anbar, bastion sunnite hostile à Nouri al- Maliki, un chiite accusé d’accaparer le pouvoir et de marginaliser les sunnites. Après l’invasion américaine en 2003, Faloudja et Ramadi ont été des bastions de l’insurrection. Et c’est à Anbar que l’armée américaine a compté près d’un tiers de ses pertes en Irak, selon le site indépendant icasualties.org.

«Faloudja est sous le contrôle de l’EIIL», l’Etat islamique en Irak et au Levant, filiale d’Al-Qaïda en Irak, a annoncé samedi un haut responsable de la sécurité, précisant que le groupe extrémiste sunnite avait «désigné un gouverneur» pour la ville. Ce responsable a cependant précisé que les alentours de Faloudja restaient aux mains de la police locale. Un correspondant de l’AFP sur place a confirmé que la ville était «totalement contrôlée par al-Qaida», assurant que «ni les forces de sécurité ni celles des (milices anti-Qaïda) Sahwa n’étaient présentes dans Faloudja» samedi.

«Les combats vont commencer»

L’électricité est totalement coupée, et les groupes électrogènes ne fonctionnent pas en raison d’une pénurie de carburant. De longues queues se sont formées devant les boulangeries ouvertes. De nombreux habitants ont décidé de quitter la ville pour échapper aux violents combats redoutés, compte tenu de la détermination affichée par les autorités. «Les combats vont commencer. Et nous ne voulons pas mourir dans un affrontement entre al-Qaida et les forces de sécurité», a expliqué Salam al-Kritawi, un chauffeur de taxi de 27 ans, accompagné de sa femme et de leurs deux jeunes enfants, au volant de son véhicule chargé de sacs et de vêtements.

suite sur le Figaro

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE