Politique

Islam et immigration face au déclin démographique européen : derrière les fantasmes, la vérité des chiffres

Entretien avec Michèle Tribalat, démographe à l’INED.

À 40 ans, les femmes musulmanes de France nées dans les années 1958-1968 avaient 2,8 enfants en moyenne, contre, 1,9 chez les catholiques et 1,7 chez les femmes sans religion.
Michèle Tribalat

Lors d’un synode au Vatican lundi 15 octobre, la diffusion d’une vidéo controversée de 2009 sur le développement de l’islam en Europe a fait scandale.(…)

Un exercice de projection réalisé précédemment par Eurostat visait à estimer la part de la population d’origine étrangère en 2060 (exercice pas complètement satisfaisant d’un point de vue scientifique pour des raisons qu’il serait difficile d’expliquer ici). Il anticipait que la moitié des moins de 40 ans seraient d’origine étrangère en Espagne et en Allemagne en 2060, un peu plus de 40 % au Royaume-Uni et 20 % en France. Pour la France, c’est peu crédible car on y est déjà. (…)

J’ai estimé la fécondité des femmes musulmanes en France, toujours d’après l’enquête Trajectoires et origines réalisée en 2008. À 40 ans, les femmes musulmanes nées dans les années 1958-1968 avaient 2,8 enfants en moyenne, contre, 1,9 chez les catholiques et 1,7 chez les femmes sans religion. Quant aux naissances, toujours d’après l’enquête Trajectoires et origines, pour les enfants nés en 2006-2008, un peu moins de 20 % d’entre eux auraient au moins un parent musulman. (…)

Le scénario élaboré n’imagine pas une remontée très importante et rapide de la fécondité mais table plutôt sur l’immigration. Cela correspond tout à fait à la « philosophie » européenne qui n’imagine pas d’autre solution que l’immigration.(…)

La politique familiale n’est pas une compétence européenne, l’immigration oui. Aucun effort n’est réellement entrepris à l’échelle européenne pour penser une politique qui permettrait à la démographie de l’UE d’être un peu moins dépendante et de compter plus sur ses propres forces en mettant au monde un peu plus d’enfants (…)

Quand une culture tolérante accueille une culture intransigeante, c’est généralement la première qui cède. D’une certaine manière, la présence d’une population musulmane de plus en plus importante va nous obliger à décider ce sur quoi nous ne cèderons pas.

Source: Atlantico