Islam, voile… Saint-Ouen (93) : « Eviter Valls à tout prix »

En Seine-Saint-Denis, « l’anti-vallsisme » fait florès. A la veille du second tour de la primaire à gauche, de nombreux électeurs, dénoncent les positions de l’ex-premier ministre sur l’islam, la loi travail ou la déchéance de nationalité.

«J’ai le choix entre Valls et l’autre, c’est ça ?» Fadia Mahmoudi, 25 ans, ne parvient pas à mettre un nom sur le visage de Benoît Hamon, qui apparaît en haut du tract qu’on vient de lui donner. Ce matin-là, devant la maternelle Jean-Jaurès de Saint-Ouen, deux militants tractent en faveur du candidat arrivé en tête au premier tour de la primaire à gauche. Et ils n’ont pas besoin de longues discussions pour convaincre les parents d’élèves d’aller voter en faveur de Benoît Hamon.

Mariam Tarik, qui vient de déposer ses enfants, n’a pas voté au premier tour. Mais elle compte bien se mobiliser pour le second face à Manuel Valls. « J’ai toujours voté socialiste et ses idées anti-islam ne sont pas celles du PS», estime-t-elle. Comme par automatisme, cette maman de 35 ans qui porte un hijab blanc précise qu’elle est « née ici» et a « grandi ici». En vue du vote de dimanche, Mme Tarik aregardé le débat télévisé de l’entre-deux tours qui l’a définitivement convaincue de voter pour « Benoît ». […]

« Je ne voterai pas Manuel Valls, c’est sûr. Après cinq ans au pouvoir, c’est la guerre, les gens ne s’aiment plus, il y a du racisme », poursuit Fadia Mahmoudi. Malgré le froid, elle ne porte qu’un gilet en laine gris enfilé par-dessus le jilbab noir qui couvre son corps et encadre son visage rieur. « Je porte le voile donc je ressens le regard des gens qui ont peur. Or, le gouvernement ne facilite pas la tâche de ceux qui ne comprennent pas ce qu’est l’islam. Il fait l’inverse », déplore-t-elle. […]

« La déchéance de nationalité, le 49.3, sa volonté d’interdire le port du voile à l’université sont autant de mesures qui font qu’il est difficile de soutenir Manuel Valls pour une ville comme Clichy», détaille Samira Tayebi, première adjointe au maire, qui fait rarement plus de deux mètres sans claquer la bise à quelqu’un. […]

Le Monde